Jacques De Voragine

  • La légende dorée illustrée par les peintres de la Renaissance italienne

    Jacques De Voragine

    • Diane de selliers
    • 19 Novembre 2020

    Vers 1260 le premier manuscrit de La Légende dorée raconte la vie de cent quatre-vingt saintes et saints. En quelques années il devient, avec la Bible, le livre le plus copié, le plus lu, écouté, raconté dans les pays de la chrétienté. Grâce à ce véritable livre de chevet, la foi, l'histoire de l'église, la religion prennent une couleur plus ingénue, plus populaire et plus pittoresque. L'iconographie Le texte émerveille aussi les artistes qui s'en emparent avec félicité dès le début de la Renaissance italienne.
    Il devient rapidement une référence essentielle, une source d'inspiration inépuisable. Les plus grands peintres - Duccio, Giotto, Simone Martini, Fra Angelico, Ambrogio et Pietro Lorenzetti, Masaccio, Masolino, Piero della Francesca... - mais aussi d'autres moins connus mais non moins inspirés déployent tout leur génie pour magnifier les scènes de la vie des saints et enrichir les églises, les couvents et les monastères de fresques, de retables, de polyptyques.
    Quatre cents reproductions en couleurs de plus de cent vingt peintres des XIVe et XVe siècles italiens sont reproduites dans notre livre. Parmi elles, si une centaine universellement connue bouleverse le spectateur d'émotion, que dire du tiers d'entre elles qui n'ont jamais été vues : fresques cachées au fond des couvents, retables découverts dans des églises inconnues, suites éparpillées...

  • La Légende dorée de Jacques de Voragine révélée à nouveau par des oeuvres exceptionnelles et souvent totalement inédites de plus de cent vingt peintres du Trecento et du Quattrocento italien. Vers 1260 paraît le premier manuscrit de La Légende dorée racontant la vie de cent quatre-vingt saints et saintes. Son retentissement est tel qu'en quelques années il devient, avec la Bible, le livre le plus copié, le plus lu, écouté, raconté et paraphrasé dans les pays de la chrétienté. Bientôt, il hérite du beau nom de Legenda Aurea car, dit-on, son contenu est d'or... Plus de dix mille manuscrits de La Légende dorée ont vu le jour et toutes les bibliothèques du monde en possèdent, dont quelques-uns comptent parmi les chefs-d'oeuvre des deux arts délicieux de la calligraphie et de l'enluminure. Avec l'arrivée de l'imprimerie, c'est encore La Légende dorée qu'on édite le plus... Au XIIIe siècle, alors que l'Inquisition et les croisades battent leur plein, Jacques de Voragine, moine dominicain et futur archevêque de Gênes, veut offrir une réponse aux chrétiens occupés à construire des églises et avides d'être enfin initiés aux secrets de la vérité sainte. Il écrit avec ferveur et enthousiasme une " histoire " retraçant toutes les connaissances accumulées au cours des siècles sur la vie des saints. Ainsi naquit le premier livre religieux bel et bien accessible à tous : la Legenda Sanctorum " ce qui doit être lu des saints ".

empty