Marie Devois

  • Crosse mortelle

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 5 Mars 2020

    Le corps d'une femme accroché à la grille de la Cité du Design.
    Quatre cartouches envoyées à un fabricant d'armes.
    Le vol, au Musée d'Art et d'Industrie, d'une crosse de fusil sculptée.
    Trois faits divers qui vont secouer Saint-Etienne d'autant que le jeune juge d'instruction chargé de l'affaire décide d'auditionner des notables stéphanois.
    Aucune piste ou en réalité pléthore car l'évidence du lien qui relie l'assassinat aux deux autres infractions multiplierait plutôt tant les suspects que leurs mobiles : Coup d'éclat de quelque anti-chasse ? Ou d'un opposant à l'armement ? Colère d'un concurrent évincé ? Seule certitude : les armes sont omniprésentes.
    Un étrange laveur de vitres s'amuse de voir les enquêteurs s'égarer dans un dédale de fausses pistes parce que personne d'autre que lui ne connaît la vérité.

  • Van Gogh et ses juges

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 13 Mars 2014

    Il ne fallait pas être devin pour dire que le substitut avait croisé celui que les journaux appelaient déjà « le tueur de juges ». L'homme gisait, face contre terre au milieu d'une mare de sang...?? C'est à Fred Andersen, dit le Danois, chef de groupe à la Crim', qu'est confiée une enquête peu banale. Un tueur en série égorge des magistrats, à Paris, puis en province. Même mode opératoire. Même signature : des sachets de papier contenant des éclats de peinture. Aucun lien entre les victimes qui ne se sont jamais rencontrées. L'enquête piétine et l'hécatombe continue, provoquant les « coups de gueule » d'une hiérarchie aux prises avec les politiques et le découragement des flics. Mais lorsque l'assassin les nargue en enlevant ?un ex-commissaire spécialiste des trafics d'oeuvres d'art qui vient justement d'achever un ouvrage sur Van Gogh... la palette du vagabond d'Auvers va faire jaillir de la toile des bouts de vérité.

  • Ombres portees Nouv.

  • Peindre n'est pas tuer

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 9 Juillet 2018

    De nos jours. À Paris et en banlieue.
    Max, condamné à trois ans d'emprisonnement pour une série de cambriolages, quitte la maison d'arrêt du Val d'Oise avec pour tout bagage un sac rempli de cahiers et une farouche envie de commencer une nouvelle vie.
    Pendant sa détention, il a obtenu le premier prix d'une exposition de peinture organisée par la Pénitentiaire. Le succès remporté par son Portrait de Jeanne Hébuterne, inspiré d'une toile d'Amedeo Modigliani, va lui souffler l'idée d'une activité plus lucrative que le travail qu'on lui offre afin de prouver qu'il peut reprendre place dans la société.
    Parce que rien ne s'efface, parce qu'il sait qu'il ne retrouvera jamais plus son rang, il expérimente dès sa sortie le mode de réinsertion inédit et tout aussi original que rentable qu'il s'est inventé tout en travaillant comme homme d'entretien avec son ex codétenu Robert dans un immeuble parisien.
    Le système fonctionne sans heurts jusqu'au jour où Max reçoit l'étrange message posthume d'un criminel surnommé en son temps " Le boucher du Val d'Oise".
    Hasard ou coïncidence, le courrier lui parvient au moment où paraît un surprenant article de presse rapportant l'histoire du legs d'une toile inestimable à un héritier dont personne ne trouve trace. Intrigué par un détail commun aux deux écrits, Max va parvenir à faire rouvrir un dossier vieux de quarante ans.
    Max et Robert, deux hommes issus de milieux sociaux très différents, tous les deux malmenés par la vie, rapprochés par leur condition de sortants de prison, vont nous entraîner jusque dans le Paris des années 1920, à la recherche d'indices qui permettront d'élucider une affaire qui ne l'avait jamais vraiment été.

  • La jeune fille au marteau

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 12 Février 2015

    Ce livre (le deuxième opus de Marie Devois dans la collection) est consacré à l'enquête menée autour du célèbre tableau disparu de Diego Velázquez L'Expulsion des Morisques. Cette formidable investigation, pleine de rebondissements, plonge le lecteur dans l'Espagne du Siècle d'Or mais déclenche également une série d'événements bien présents auxquels il faudra donner un sens : effractions, enlèvement, séquestration. et un meurtre commis voilà plus de dix ans.

  • Gauguin mort ou vif

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 19 Mai 2016

    Construite avec la précision d'un mécanisme d'horlogerie, la machination ourdie pour piéger les protagonistes d'un conte aussi barbare qu'énigmatique va entraîner Paul Magnin, commandant de police au commissariat de Quimper, dans une enquête déroutante.
    Deux êtres de chair vont s'affronter dans un duel sans merci sur fond de toiles de maître jusqu'à ce que jaillisse la vérité. Celle du Koké d'Hiva Oa (Gauguin) ? Ou celle d'un monde que n'ont pas encore quitté les démons du passé ?
    Ce roman noir est inspiré par la figure de Paul Gauguin, personnage unique et multiple, peintre de génie, mari infidèle, n'ayant eu pour tout bagage que son désir de retrouver l'homme primitif.

  • Turner et ses ombres

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 24 Mai 2017

    Camille sort stupéfaite de la projection du film de Mike Leigh, Mr Turner. Son enthousiasme pour l'oeuvre du maître de la peinture anglaise donne à son mari, le commandant de police Paul Magnin, l'idée d'un joli cadeau d'anniversaire : quatre jours à Londres qui lui permettront de contempler les toiles de Turner. L'escapade tourne vite au cauchemar lorsque Camille se réveille dans une pièce qui ressemble à une chambre d'asile psychiatrique où passe en boucle cette chanson des Tigger Lillies qui parle de pluie de grêlons et de crucifix ?
    Magnin fait appel à son collègue de Scotland Yard, le superintendant John Adams qu'il rejoint à Londres. S'abattent alors sur la Tate Britain une série d'événements étranges : la Tamise qui charrie du sang provenant du musée ; des rats crevés exposés dans la Clore Gallery ; le vol d'une oeuvre de Turner, La dixième plaie de l'Egypte ; Une performance aussi macabre que déroutante : une voix chantant la fin des temps qui sort de la poche d'un des vêtements de la disparue.
    Le musée londonien subirait-il une punition ? Pourquoi ? De la part de qui ? Le dénouement ébouriffant ne laissera aucun amateur d'art indifférent.

empty