Cohen Et Cohen

  • Sur la route avec Jackson

    Marc Villard

    • Cohen et cohen
    • 18 Octobre 2018

    Le roman se déroule pendant les dernières années de la vie de Jackson Pollock, qui trouvera la mort dans un accident de voiture en 1956.
    1951. Pollock se saôule, joue, perd et règle sa dette en donnant deux toiles de grand format.
    Juin 1956. Un jeune couple de bras cassés, accompagné d'un compère, braque une banque et dérobe les deux toiles de Pollock. Manque de chance, la banque appartient à la mafia. Recherchés également par la police, les deux jeunes gens revendent une première toile à un fourgue et rendent la seconde à un Pollock qui ne dessaôule plus. Il mourra quelques jours plus tard et l'histoire se terminera très mal pour les deux amants.

  • Le roman se déroule à Marseille pendant la grande canicule de l'été 2003. Un tableau de Monticelli, pépite du musée où Oreste Pappalardo est gardien, est prêté à Paris, pour une exposition thématique. Samba, voisin et protégé d'Oreste vole le tableau. Mais l'oeuvre appartient au meilleur ami de Gilbert de Perrodil, le grand patron du groupe d'assurance Panopta, mécène de l'exposition où devait être exposé le Monticelli volé. De Perrodil n'admet pas qu'on ait fait de la peine à son ami. De Perrodil est fumasse. De Perrodil a les moyens de se venger. Il engage Karim Kacem, le détective privé spécialisé dans les problèmes autour de l'art pour retrouver le tableau et son voleur.

  • Jean-Michel de Brooklyn

    Marc Villard

    • Cohen et cohen
    • 17 Septembre 2015

    Dans ce roman noir (quel événement !!!), Marc Villard convoque Jean-Michel Basquiat à New York en 1983. Il lui reste alors 5 ans à vivre. Il affole déjà le marché de l'art. Une cour protéiforme l'entoure : son amie, sa galeriste, un ancien camarade de classe faussaire.
    Entre ces différents protagonistes, commence un jeu de cache-cache, rythmé par le rock New Pop, la drogue omniprésente et l'envie d'exister aux yeux du monde, ne serait-ce qu'un quart d'heure, comme le suggère Andy Warhol.

  • Le triomphe de la mort

    Patrick Weiller

    • Cohen et cohen
    • 9 Janvier 2014

    Il ne fallait pas être devin pour dire que le substitut avait croisé celui que les journaux appelaient déjà « le tueur de juges ». L'homme gisait, face contre terre au milieu d'une mare de sang...

    C'est à Fred Andersen, dit le Danois, chef de groupe à la Crim', qu'est confiée une enquête peu banale. Un tueur en série égorge des magistrats, à Paris, puis en province. Même mode opératoire. Même signature : des sachets de papier contenant des éclats de peinture. Aucun lien entre les victimes qui ne se sont jamais rencontrées. L'enquête piétine et l'hécatombe continue, provoquant les « coups de gueule » d'une hiérarchie aux prises avec les politiques et le découragement des flics. Mais lorsque l'assassin les nargue en enlevant un ex-commissaire spécialiste des trafics d'oeuvres d'art qui vient justement d'achever un ouvrage sur Van Gogh... la palette du vagabond d'Auvers va faire jaillir de la toile des bouts de vérité.

  • Le silence de saturne

    Isabelle Mimouni

    • Cohen et cohen
    • 9 Janvier 2014

    Zacharie Abortin, patron du laboratoire pharmaceutique Organics spécialisé dans les médicaments génériques, décide de réunir ses enfants pour évoquer de possibles problèmes de succession. Comme à son habitude, il se montre froid, distant et même revêche vis-à-vis de sa progéniture.
    Qui pour lui succéder ? Quelle est la véritable logique ayant présidé à la constitution de sa collection d'oeuvres d'art ? Les morts successives des différents protagonistes donneront leur réponse à ces questions, sous les yeux exhorbités du Saturne peint par Goya.

  • L'odeur du ciel

    Henri Bonetti

    • Cohen et cohen
    • 9 Janvier 2014

    L'Odeur du ciel est un faux recueil de nouvelles qui raconte les différentes facettes d'une même histoire. Un peintre très célèbre qui a révolutionné l'art contemporain s'est suicidé au milieu des années 1950 en se précipitant du haut d'une terrasse. Il était dépressif, il vivait un dernier amour qui se passait mal. On découvre progressivement, que ce suicide est en faite un meurtre maquillé en suicide. 25 ans après, alors que la fille de l'artiste vit une histoire d'amour avec un flic, celui-ci entreprend d'enquêter sur cette subite disparition, démarche qui lui coûtera à son tour la vie. La question se pose à nouveau, meurtre ou suicide ? S'en suivront de nombreuses disparitions...

  • Turner et ses ombres

    Marie Devois

    • Cohen et cohen
    • 24 Mai 2017

    Camille sort stupéfaite de la projection du film de Mike Leigh, Mr Turner. Son enthousiasme pour l'oeuvre du maître de la peinture anglaise donne à son mari, le commandant de police Paul Magnin, l'idée d'un joli cadeau d'anniversaire : quatre jours à Londres qui lui permettront de contempler les toiles de Turner. L'escapade tourne vite au cauchemar lorsque Camille se réveille dans une pièce qui ressemble à une chambre d'asile psychiatrique où passe en boucle cette chanson des Tigger Lillies qui parle de pluie de grêlons et de crucifix ?
    Magnin fait appel à son collègue de Scotland Yard, le superintendant John Adams qu'il rejoint à Londres. S'abattent alors sur la Tate Britain une série d'événements étranges : la Tamise qui charrie du sang provenant du musée ; des rats crevés exposés dans la Clore Gallery ; le vol d'une oeuvre de Turner, La dixième plaie de l'Egypte ; Une performance aussi macabre que déroutante : une voix chantant la fin des temps qui sort de la poche d'un des vêtements de la disparue.
    Le musée londonien subirait-il une punition ? Pourquoi ? De la part de qui ? Le dénouement ébouriffant ne laissera aucun amateur d'art indifférent.

  • Nocturne au Louvre

    Brigitte Joseph-Jeanneney

    • Cohen et cohen
    • 23 Mars 2017

    L'action se situe au musée du Louvre, qui vient d'acquérir sa Grande Pyramide. Nous sommes en 1995.
    Nicolas Lesur vient d'être nommé directeur de la sécurité. Des phénomènes étranges et criminels, menacent de bouleverser la vie du musée, victime de calamités en série. Néophyte, jouant son avenir, le jeune ingénieur se trouve d'emblée dans l'obligation de se transformer en aventurier.
    Rumeurs et soupçons enveniment l'atmosphère de huis-clos de la digne institution. Dans ce climat délétère Nicolas entreprend seul une enquête qui s'apparente à une course de vitesse : il lui faut absolument mettre fin à ces désordres avant que les media ne s'en emparent et égratignent l'image de l'établissement.
    Le lecteur possède alors les clés du musée, convié à l'arpenter de fond en comble. Les coulisses livrent leurs secrets : postes de sécurité, réserves, toitures... Les oeuvres se donnent à voir sous un éclairage inhabituel, parfois sous une lumière crue. Il croise aussi des personnages pittoresques, habités par leur vocation, obnubilés par leurs responsabilités : une communicante ficelle, une secrétaire pipelette, un manutentionnaire maladroit, un gardien sujet au vertige, un journaliste pique-assiette...
    La nuit est en elle-même un personnage de ce roman. Durant ces longues heures nocturnes, le musée est placé sous le contrôle de caméras parfois déficientes, et les rondiers illuminent de leurs torches le moindre recoin suspect, faisant résonner leurs pas sous les voûtes de pierre.
    Par sa modestie, par sa détermination et son sang-froid, Nicolas est un Tintin égaré dans les brumes de l'univers de Belphégor et finira, après maintes surprises et de nombreux retournements de situation, par résoudre l'énigme proposée au lecteur.

empty