Littérature traduite

  • Sigrid Weigel est un des plus grands spécialistes de l'oeuvre de Walter Benjamin, et nous présente dans ce livre l'analyse détaillée de certains aspects fondamentaux de la production du philosophe et critique allemand. Organisé en un avant-propos suivi par 10 chapitres divisés en trois grandes parties, le livre aborde une série de questions qui vont du rapport entre le sacré et la création, à l'interprétation de textes de Goethe, Brecht et Kafka, jusqu'à la théorie de l'art, des images et des médias. Paru en Allemagne en 2008, le livre s'est vite imposé comme un de textes de référence sur la pensée de Walter Benjamin : avec cette traduction française, il deviendra aussi en France un des livres incontournables pour tous ceux qui s'intéressent à l'oeuvre de cet auteur fondamental de la première moitié du XXe siècle.

  • Nombreux sont ceux qui ont cru à la mise en scène du pédé qui rôde dans la nuit à ses risques et périls, tué par un jeune homme et par quelques autres voyous fascistes et homophobes. Ils y ont cru par désinformation, par indifférence, par automatisme, par antipathie envers Pasolini, quelques-uns aussi par peur. Ils ont tous dogmatiquement épousé la thèse ofcielle, fermant les yeux sur ses évidentes contradictions et faisant taire leurs propres scrupules de vérité.
    Pédé, et c'est tout retrace la généalogie du dernier roman de Pasolini, Pétrole, publié posthume en 1992. L'ouvrage aurait été mis sous presse tronqué d'un ensemble de pages décisives. Cette reconstruction, qui jette enn une nouvelle lumière sur la mort de Pasolini, porte sur la découverte de nouveaux matériaux inédits que Pasolini conservait parmi les feuillets du manuscrit et qui sont ici publiés pour la première fois.

  • L'amitié

    Pavel A. Florenski

    • Mimesis
    • 24 Octobre 2017

    Forme de connaissance la plus accomplie, l'amitié occupe une place d'exception dans l'oeuvre et la pensée de Pavel A. Florensky, l'un des plus grands penseurs russes du XXe siècle. Se déployant dans l'action, elle se nourrit de la foi absolue en Dieu et serait l'émanation directe, sur terre, de la puissance divine.
    Figurant parmi les lettres publiées en 1914 dans le traité La Colonne et le fondement de la vérité, somme de la culture et de la pensée religieuse russes, Pavel Florensky s'adresse ici, sous forme épistolaire, à Sergej S. Troickij, mort dans des circonstances tragiques quelques années auparavant. D'un lyrisme inégalé, ce texte est le fragment d'un dialogue ininterrompu avec l'ami de toujours.

  • Giovanni Pascoli (1855-1912), poète majeur de l'époque moderne et contemporaine italienne, marque la transition entre le XIXe siècle de Carducci ou Leopardi et le « siècle bref ». Davantage que D'Annunzio, il a été un inventeur de formes et de sensibilités dont la poésie italienne - de Montale à Pasolini à Raboni - lui est encore redevable. Il a surtout poussé la recherche poétique, et son « impensé » éclairant, jusque dans les ressorts du signifiant et des contenus par quoi la mémoire personnelle peut se fondre au vaste architexte. La poétique qui se dégage de ces textes, dont l'essai sur l'enfance-poésie (Il fanciullino) en est la parfaite synthèse au moment où l'élégie, comme la prise de position citoyenne et l'écoute de l'inconscient, réanime le débat littéraire, en fait une oeuvre actuelle.

  • La dissolution juridique du conflit tragique entre les Justices est à l'origine politique de l'Occident. Mais la loi ne suffit pas à résoudre les tensions qui tourmentent la polis. Platon s'efforcera de faire disparaître cette inquiétude en formant un citoyen vertueux par nature, directement en harmonie avec le bien de la communauté. Ce livre veut vérifier si la notion de Michel Foucault, la « biopolitique », peut être appliquée au-delà de sa traditionnelle définition historique. Non pas comme dilemme exclusivement moderne, mais comme noeud ontologique de la politique depuis sa fondation à Athènes. Bref, il s'agit de déceler encore un lien conceptuel entre l'oikos et l'économie. En analysant la trilogie de l'Orestie d'Eschyle, la mythologie oedipienne et la fondation platonicienne de la cité juste, l'auteur explore la situation d'Athènes entre le Ve et le IVe siècle avant J.-C., lacérée par les conflits entre la loi et la justice, entre le pouvoir et la vie.

  • Auteur du célèbre Principe Responsabilité, Jonas a consacré ses premiers travaux philosophique à la gnose de l'Antiquité tardive. L'« Introduction à l'histoire et à la méthodologie de la recherche » ouvrant La Gnose et l'esprit de l'Antiquité tardive (1934), ici traduite, expose les présupposés philosophiques de la réflexion de Hans Jonas sur le gnosticisme. Elle permet de comprendre comment sa synthèse remarquée du phénomène gnostique s'est adossée aux travaux du jeune Heidegger et a influencé ceux de Bultmann. Jonas y avance la double thèse du gnosticisme comme dualisme radical et comme unité intrinsèque de l'esprit de l'Antiquité tardive. Si ce texte présente un intérêt philosophique en soi, il permet aussi d'éclairer les développements de son oeuvre.

  • Cinquante ans après la fin de la guerre d'Algérie des pistes nouvelles s'ouvrent pour la recherche historique sur un conflit qui a engagé pendant plus de sept ans l'Algérie, tout en impliquant l'ensemble du Maghreb. Fondée sur des sources inédites, cette recherche se focalise sur la dimension internationale de la guerre de libération nationale algérienne, en approfondissant le côté maghrébin de la lutte. Elle marque ainsi une rupture par rapport à la majeure partie de l'historiographie, centrée essentiellement sur l'engagement français dans le conflit. Dans ce contexte, la possibilité de mettre fin à la guerre d'Algérie à travers le projet d'une Fédération nord-africaine a été proche de se réaliser à des moments divers. Le Sahara et ses ressources gazières et pétrolières, les frontières maghrébines et la question mauritanienne sont les causes les plus importantes de l'évaporation de l'idéal unitaire maghrébin. Ces divergences sont jusqu'à aujourd'hui à la base de l'inaction de l'Union du Maghreb Arabe, constituée en 1989.

  • L'État-nation est aujourd'hui une épave du passé, un projet politique que le XXe siècle a usé et détruit. Il survit comme fragment d'une époque glorieuse. Or, de nouvelles formes de pouvoir et d'organisation sociale émergent dans les plis de la globalisation et de la civilisation technologique, condamnant à l'extinction ce qui reste de la machine étatique moderne. De manière analogue, de nouvelles identités personnelles et collectives surgissent parmi les décombres de l'individualisme bourgeois, effritant inexorablement le mythe et l'image de la nation. Le destin anthropologique et politique de notre planète semble ainsi suspendu entre un passé qui tarde à disparaître et un futur incertain où s'affirment les styles de vie, les catégories mentales et les systèmes biopolitiques qui forgeront le prochain millénaire.

  • Gabor Dessau, expert en minéralogie et juif, se retrouve dans la condition paradoxale d'« employé » de l'armée italienne en Erythrée. Sa condition est aussi inconcevable que l'est son admirable engagement dans la préservation jusqu'au bout des instruments de son propre travail. Sa capture est inéluctable, et il sera prisonnier des Anglais. Gabor sera sauvé par son propre savoir et par son travail et, comme cela arrive souvent, par la rencontre avec quelqu'un qui croit en lui. Il devient ainsi l'expert minier du Maharadjah de Jaipur, la merveilleuse 'ville rose'. Ces événements évoquent un épisode très ancien, raconté dans les textes bibliques, celui de Joseph. Le récit n'est pas imaginaire : c'est la narration d'une vie. L'auteur a pu reconstruire cette histoire grâce aux journaux intimes, à la correspondance et à d'autres documents qu'elle a retrouvés dans la maison de ses grands-parents, à Pérouse. Les faits évoqués ont été examinés et vérifiés à la lumière d'autres documents et textes.

  • Dans le second tome (inachevé et posthume) de la Critique de la Raison dialectique, Sartre ne propose pas seulement une réflexion sur la pensée marxienne de l'histoire, mais il trace une conception nouvelle et problématique de la praxis tout court. Praxis, matière, connaissance et histoire sont ainsi les feux entrelacés d'une perspective éthique et théorétique que Cambria réfère de façon analytique dans la première partie de ce livre. Mais la présentation systématique des thèses du second tome de la Critique se déroule dans un dialogue serré et continuel avec Sartre. C'est pourquoi, dans la suite du texte, l'auteur circonscrit les lieux aporétiques de la réflexion sartrienne et avance des conclusions autonomes. Il en dérive une refondation radicale du matérialisme en tant que pratique de compréhension et en tant que dynamique de la vie qui se fait connaissance.

  • La naissance et la diffusion des nouvelles images - photographie, cinéma, télévision et oeuvres audiovisuelles - ont entraîné une importante révolution épistémologique : les nouvelles images ont conduit l'homme contemporain à adopter une attitude confiante non seulement envers l'image mais aussi envers le réel. Le parfait double du réel offert par les nouveaux médias a silencieusement supprimé le doute sur la fidèle restitution de la réalité en images et sur les manifestations du monde externe. Cette attitude fait en sorte que la potentialité des nouvelles images conduise le spectateur à vivre une tromperie extatique. Pour contraster cette crédulité répandue dans la société contemporaine, il sera nécessaire de récupérer les principes et les thématiques de la pensée moderne née au dix-septième siècle. Cette récupération servira non seulement à s'opposer aux illusions et aux tromperies, mais aussi à mieux comprendre la nature des nouvelles images, qui s'avèrent être des filles de la modernité.
    Andrea Rabbito est maître de conférences à l'Université «Kore» d'Enna (Italie).

empty