Religion & Esotérisme

  • Les religions du Tibet

    Marcelle Lalou

    • Mimesis
    • 17 Août 2021

    Ce texte fondateur, à l'époque de sa parution, a marqué un progrès considérable dans les travaux sur ce que l'on appelait « le lamaïsme ». Grâce à sa connaissance exceptionnelle du Tibet et à une documentation abondante pour l'époque, Marcelle Lalou a pu donner un aperçu de l'ensemble de la richesse et de la variété des religions tibétaines. La religion prébouddhique des Bon-po, les possibles influences chrétiennes anciennes, l'histoire du bouddhisme au Tibet dans ses grandes étapes et ses réformes principales, puis les aspects de la vie religieuse et les grandes constructions de monastères et de temples, jusqu'au développement considérable des pratiques tantriques, font l'intérêt de ce travail scientifique inégalé.

  • La Divine Liturgie désigne, dans la tradition byzantine, la célébration de l'eucharistie. Sa célébration se démarque par sa beauté singulière, beauté qui ne saurait être réduite qu'à l'esthétique, puisqu'elle reflète la beauté divine qui se révèle à travers la célébration liturgique comme par un jeu de miroirs. En ce sens, la Divine Liturgie byzantine est une liturgie du Sublime parce qu'elle est une théophanie : elle nous révèle Dieu, son acteur principal, qui est Beau et Bon. Le présent ouvrage nous y initie en nous présentant les acteurs, les costumes, le décor, la musique, et le déroulement : l'action du Verbe fait chair, afin de donner sa chair en nourriture pour la vie du monde.

  • La toute première histoire de la lutte du paganisme contre le christianisme naissant. Le monde antique n´a pas combattu la foi nouvelle par le fer et le feu seulement. Il a usé contre elle des armes redoutables qu´une pensée - depuis longtemps rompue à toutes les subtilités de la dialectique - pouvait opposer non seulement au dogme et à la mystique chrétienne, mais aussi à l´idée d´une « Révélation ». Paru en 1934, ce livre de Pierre de Labriolle nous rappelle que c´est en réponse aux objections, aux critiques, aux réfutations des auteurs attachés aux dieux traditionnels, que les apologistes et les Pères de l´Église ont peu à peu construit la doctrine chrétienne. Il demeure l´étude la plus complète sur la confrontation intellectuelle entre païens et chrétiens jusqu´à la fermeture de l´École d´Athènes par Justinien en 529.

  • Eschatologie du quotidien : le Nouv.

    Ce livre, le deuxième de la collection "Dans la règle de l'art" , est un commentaire libre du tableau de l'artiste russe Maxim Kantor, conservé aujourd'hui dans le Musée National d'Histoire et d'Art de Luxembourg, après avoir été exposé à côté du Jugement dernier de Bosch, en 2018, à Vienne. Commentaire libre qui débouche sur une véritable méditation théologique, car ce tableau se plaît à dire que le quotidien est éminemment eschatologique.
    Chaque instant relève de l'éternité. En prenant donc l'inspiration du Jugement dernier représenté par Maxim Kantor comme une scène vespérale et familiale, Alberto Fabio Ambrosio, en tant que théologien, glose ce tableau jusqu'au dernier détail.

  • Tout ce que l'on écrit aujourd'hui sur l'alchimie doit quelque chose à l'immense travail critique de Marcellin Berthelot. Grand chimiste et historien de l'alchimie, Berthelot utilise ici des documents introuvables d'origine grecque, syriaque, arabe et nous propose une conception de cette «science» comme une sorte de «protochimie».
    Un ouvrage hors du temps, un grand classique de l'histoire de la science, ou de la folie des hommes, la plus fascinante.

  • Le présent ouvrage donne un aperçu sur le réformisme musulman : son avènement, ses promesses et ses limites, les causes de ses trébuchements, les raisons de son retour, les éléments essentiels de sa méthode et de ses problématiques, etc. Plus que jamais, une histoire « critique » du réformisme est utile pour comprendre réellement et authentiquement les débats qui animent le monde musulman, ainsi d'ailleurs que les communautés musulmanes en Occident. Les problèmes évoqués sont ceux-là mêmes qui continuent à agiter le monde arabe après les révolutions, en particulier la question de la « civilité de l'État » (madaniyyat al-dawla), élaborée depuis plus d'un siècle par Muhammad 'Abduh, l'une des figures de proue du réformisme musulman, qui sera largement évoqué dans cet ouvrage.

  • L'islam est religion et État : cette confusion semble être à la base de tous les conflits actuels. Le retour du califat au cours du XXe siècle, avec la fondation de mouvements militants visant à établir le Coran comme Constitution des nations musulmanes, mine la sérénité européenne. Au lendemain des attentats terroristes de Paris (2015), les rues vides et la mobilisation des forces de l'ordre nous mettent devant la terrible réalité de la guerre. Les réactions politiques se multiplient en faveur de l'attaque militaire. Peut-on vaincre le terrorisme sans alimenter la réaction et la violence des extrémistes ? Qu'en est-il de la bataille culturelle contre l'extrémisme islamique ? À cette question répond le penseur égyptien Abu Zayd (1943-2010), professeur d'études islamiques, théologien libéral, accusé d'apostasie. L'étude approfondie de son oeuvre nous permet de dégager les enjeux de l'interprétation de la tradition musulmane et de jeter les bases pour une reforme de l'islam.

  • Hans Söderberg pose sur les Cathares et l'énigme de leurs origines un regard neuf qui fut salué par les grands spécialistes des sciences des religions, Henry Corbin et Henri-Charles Puech.
    Qui étaient donc ces grands hérétiques? Les descendants européens des Manichéens? Les héritiers des Bogomiles et des Pauliciens? Les adeptes d'une secte religieuse qui vit le jour dans le sud-ouest de la France? Söderberg interroge Cathares, Manichéens, Gnostiques etc. en les confrontant dans leur contexte historique et philosophique, nous ouvrant ainsi des pistes et des réponses inédites.

  • Gabor Dessau, expert en minéralogie et juif, se retrouve dans la condition paradoxale d'« employé » de l'armée italienne en Erythrée. Sa condition est aussi inconcevable que l'est son admirable engagement dans la préservation jusqu'au bout des instruments de son propre travail. Sa capture est inéluctable, et il sera prisonnier des Anglais. Gabor sera sauvé par son propre savoir et par son travail et, comme cela arrive souvent, par la rencontre avec quelqu'un qui croit en lui. Il devient ainsi l'expert minier du Maharadjah de Jaipur, la merveilleuse 'ville rose'. Ces événements évoquent un épisode très ancien, raconté dans les textes bibliques, celui de Joseph. Le récit n'est pas imaginaire : c'est la narration d'une vie. L'auteur a pu reconstruire cette histoire grâce aux journaux intimes, à la correspondance et à d'autres documents qu'elle a retrouvés dans la maison de ses grands-parents, à Pérouse. Les faits évoqués ont été examinés et vérifiés à la lumière d'autres documents et textes.

empty