Livres en VO

  • Fondateur de l'anatomie comparée et figure centrale de la biologie du xixe siècle, Georges Cuvier a réuni avec l'aide de son élève et col-lègue Achille Valenciennes tout ce que l'on savait sur les poissons dans leur imposante Histoire naturelle des poissons publiée en 22 volumes de 1828 à 1849. Malgré les années, ce travail demeure un jalon dans l'histoire des sciences et continue à être mobilisé par l'ichtyologie sys-tématique et la biologie comparée en général. En guise d'introduction à cette oeuvre monumentale, le premier volume retrace l'évolution de l'étude des poissons telle qu'elle était alors comprise - depuis les tout débuts jusqu'au premier tiers du xixe siècle - et résume les critères de classification que suivraient leurs propres travaux. Cuvier se fait donc ici historien de sa propre science. Cet essai d'une importance cru-ciale - l'une des premières tentatives d'histoire complète d'un grand groupe d'organismes - est publié dorénavant en anglais en plus du texte français original, magnifiquement illustré et accompagné de riches annotations et commentaires, servant à porter à notre attention ce texte majeur tout en soulignant son importance historique.

    Nouvelle édition de Théodore W. Pietsch.
    Théodore W. Pietsch est professeur émérite à la School of Aquatic and Fisheries Sciences, et conservateur émérite au Burke Museum of Natural History and Culture, deux institutions de l'Université de Washington. Expert en ichtyologie, il s'intéresse plus particulièrement à l'histoire de l'évolution, à la morphologie fonctionnelle et à la biologie de la reproduction des poissons marins. Ses centres d'intérêt couvrent également l'histoire de l'ichtyologie et l'histoire des sciences en général. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Les planches inédites de poissons et autres animaux marins de l'Indo-Ouest Pacifique d'Isaac Johannes Lamotius et Charles Plumier (1646-1704) et ses dessins de poissons de France et des Antilles, déjà édités par les Publications scientifiques du Muséum.

  • Here, for the first time in English, is Georges Cuvier's extraordinary "History of the Natural Sciences from hs Origin to the Present Day." Based on a series of public lectures presented by Cuvier from 1829 to 1832, this first of a Pive-volume series, translated from the original French and heavily annotated with commentary, is a detailed chronological survey of the natural sciences spanning more than three millennia.
    Lt is truly astonishing in its detail and scope. Cuvier was fluent in many languages, English, German, Spanish, and certainly Latin, in addition to French. He was therefore well prepared to investigate and interpret firsthand the scientific literature of Europe as a whole. The work is an affirmation of Cuvier's vase encyclopedic knowledge, his complete command of the scientific and historical literature, and his in-comparable memory.
    This history is remarkable also for providing in one place a large set of useful references to a vast ancient literature that is not easily found anywhere else. This huge body of in-formation provides us furthermore with unique insight into Cuvier's concept of the natural sciences, and to the vast breadth and progress of this human endeavor. With this work, Cuvier tilts an important gap in philosophical thought between the time of Cari Linnaeus and Charles Darwin.

  • «?L'histoire des sciences naturelles depuis leur origine jusqu'à nos jours?» est présentée ici pour la première fois en édition bilingue. Ce volume, amplement annoté et commenté, est le deuxième d'une série de cinq tomes regroupant les cours professés par Georges Cuvier de 1829 à 1832. Cette étude de grande envergure couvre de manière chronologique -l'histoire des sciences naturelles sur une période qui s'étend du début du xvie à la fin du xviie siècle. Le lecteur a ainsi accès à l'atelier historique de Georges Cuvier. Loin d'être une activité lui paraissant annexe au regard de ses travaux d'anatomiste, Cuvier y consacra un temps important, consultant de très nombreux ouvrages en de multiples langues (anglais, allemand, espagnol, latin, français). Elle lui conférait aussi une grande notoriété. Prononcées au Collège de France, ces leçons s'adressaient à un public large et consacraient son magistère sur les sciences naturelles de l'époque. Cuvier y présentait l'histoire des sciences comme une marche continue dont il scandait le développement. Il considérait les siècles ici étudiés comme une période de profonds changements. Louant la lutte contre les «?dogmatismes?» religieux, il en faisait le vecteur d'une nouvelle liberté de pensée et d'écrire. Reléguant l'étude des anciens, les sciences naturelles seraient ainsi entrées dans un nouvel âge, celui de l'observation et de la classification.

  • Critical revision of the heligmonellidae (nematoda: trichostrongylina: heligmosomoidea)

    Collectif

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 8 Décembre 2017

    Les Heligmonellidae représentent la famille la plus riche en espèces parmi les Heligmosomoidea. Ces derniers font partie de l'une des trois super-familles des Trichostrongyloidea, Nématodes parasites du tube digestif de la plupart des Vertébrés terrestres. La famille comprend plus de 360 espèces, principalement parasites de Rongeurs et distribuées dans le monde entier. Leur cycle biologique étant monoxène et leurs hôtes relativement faciles à élever au laboratoire, ces parasites peuvent servir de modèles pour les chercheurs, leur permettant d'aborder des sujets tels que les relations hôte-parasite, la biologie, la pathogénicité et la phylogénie. Cependant, la très grande diversité du groupe, jointe à une apparente homogénéité morphologique, rend leur identification extrêmement difficile. Cette révision critique présente pour la première fois, une compilation de toutes les données taxonomiques, morphologiques et morphométriques disponibles concernant la famille des Heligmonelllidae. Son but est de fournir aux chercheurs les outils nécessaires pour identifier les taxa connus le plus précisément possible. Quatre des cinq sous-familles reconnues sont traitées ici : les Tricholinstowiinae, les Heligmonellinae, les Pudicinae et les Brevistriatinae.

  • Charles Plumier (1646-1704) et ses dessins de poissons de France et des Antilles

    Théodore W. Pietsch

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 13 Octobre 2017

    Jamais un homme ne s'est autant vu refuser une place dans l'histoire que Charles Plumier. Artisan, dessinateur et graveur, mieux connu pour son oeuvre de botaniste, Plumier a consacré la plus grande partie de sa vie à recueillir et dessiner des plantes et des animaux. Précédant de près d'un siècle les grands naturalistes du dix-huitième siècle dont les descriptions de nombreux nouveaux organismes ont inondé l'Europe à cette époque, le principal mérite de l'apport de Charles Plumier à la botanique et à la zoologie a été attribué à d'autres. Né à Marseille en 1646, Charles Plumier fut d'abord formé par les religieux du Couvent des Minimes aux mathématiques et aux sciences physiques, mais il se tourna rapidement vers l'histoire naturelle, se lançant dans l'étude de la botanique avec un grand enthousiasme. Il impressionna tellement ses supérieurs, tant par ses talents de botaniste que de dessinateur et de graveur qu'il fut engagé, en 1689, comme naturaliste à bord d'une expédition vers les possessions françaises des Antilles pour collecter des spécimens d'histoire naturelle. L'immense succès de son voyage, suivi par deux expéditions aux Antilles, lui assura un revenu à vie et lui valut le titre de Botaniste du roi. Souvent malade et toujours préoccupé par l'édition de son oeuvre, le père Plumier passa les dernières années de sa vie dans la cellule du Couvent des Minimes de la Place royale de Paris à compiler ses notes et ses dessins et à préparer ses manuscrits pour l'édition. Alors qu'il avait entrepris un voyage vers le Pérou pour identifier l'arbre qui produit de la quinine, il fut victime d'une attaque de pleurésie et mourut le 20 novembre 1704 à l'âge de 58 ans. L'héritage de Charles Plumier s'incarne dans un corpus considérable de dessins toujours conservé dans les collections de la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle à Paris. Si ses contributions à la botanique ont été étudiées de façon assez détaillée et un certain nombre de ses dessins de plante ont été publiés, son influence sur la zoologie a été relativement peu explorée et ses dessins zoologiques sont restés largement inédits jusqu'à présent. Cet ouvrage, le premier d'une série de monographies à paraître sur Plumier, a été conçu pour mettre en lumière l'oeuvre exceptionnelle de Plumier et donner une nouvelle vie à des images qui ont été quasiment invisibles depuis plus de trois siècles.

  • Les dessins d'Antoine Nicolas Duchesne pour son histoire naturelle des courges

    Harry Paris

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 31 Octobre 2007

    Le présent volume met, pour la première fois, à la disposition d'un large lectorat des reproductions en haute définition des 258 dessins de courges du genre Cucurbita, illustrant une centaine de cultivars, conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle et réalisés au xviiie siècle par le talentueux Antoine Nicolas Duchesne, du Jardin du Roi à Versailles, un pionnier de la génétique et de l'évolution. Cet ouvrage bilingue anglais-français, rédigé par le Dr Harry Paris, spécialiste reconnu des cucurbitacées, s'adresse certes aux scientifiques (botanistes, généticiens, agronomes, horticulteurs, historiens des sciences) mais aussi à un plus large public incluant les jardiniers, en particulier les amateurs, très nombreux, de plantes cultivées et notamment de cucurbitacées. Son grand format (320 mm x 440 mm), la diversité et la somptuosité des planches et la qualité artistique de la présentation ne manqueront pas d'intéresser les bibliophiles. Ce livre est non seulement la première publication contenant les noms et la classification proposés par Duchesne pour les trois espèces de Cucurbita les plus importantes au plan économique mais il expose aussi le résumé des investigations menées par Duchesne sur ce genre. Les planches sont accompagnées d'extraits appropriés de l'Essai sur l'histoire naturelle des courges de Duchesne avec, par Harry Paris, des commentaires sur les illustrations et une analyse des documents publiés ou inédits relatifs à ces planches. Comme pour ses travaux sur les fraisiers, ici encore l'accent est mis sur la ténacité indéfectible et l'extraordinaire sens de l'observation d'Antoine Nicolas Duchesne, couplés à des idées évolutionnistes originales et prémonitoires.

  • Les archives des bibliothèques et des muséums à travers le monde sont pleines de trésors peu visibles et sous-évalués mais peu d'objets sont aussi délicats et inconnus que les peintures de poissons et invertébrés réalisées à la fin du xviie siècle par Isaac Johannes Lamotius sur la minuscule île Maurice dans l'océan Indien et aux Moluques. Seul et coupé de la vie intellectuelle hollandaise de l'époque, accablé par la tâche quasi impossible de gouverner une petite mais indisciplinée communauté de colons hollandais, Lamotius se consola en étudiant la faune et la flore alors inconnues de l'île. Durant son mandat, et quelque temps après quand il fut exilé sur l'île de Rosengain dans l'archipel de Banda, il consacra ses temps libres à dessiner et peindre des animaux aquatiques, en particulier des poissons marins. Bien qu'il en produisit sans doute beaucoup plus, il ne reste plus aujourd'hui qu'un jeu de 250 planches en couleurs dont la totalité est reproduite pour la première fois dans le présent volume. Les planches révélées ici, conservées dans le fonds de la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris, ont été dévoilées par Georges Cuvier au début du xixe siècle. Ce n'est qu'en 1959 que l'un des auteurs, procédant à une étude comparative détaillée de ces planches et d'autres jeux d'illustrations semblables sur lesquels s'appuyaient de nombreuses publications d'histoire naturelle du xviiie siècle, les identifia comme réalisées par Lamotius. Ces dessins sont largement supérieurs à tout ce qui se faisait à la même époque. Ils fournissent la première preuve de l'existence de beaucoup des espèces figurées, avec des données sur leur collecte?; la fidélité scientifique est telle que presque toutes ces espèces peuvent être aisément identifiées. Ensemble, ces planches constituent la description la plus ancienne connue de la faune marine de l'île Maurice et, en cela, une des plus anciennes études des poissons et invertébrés marins de tout l'Indo-Ouest Pacifique. Accompagnées de commentaires scientifiques et historiques, ces images renaissent après avoir été perdues de vue par le public durant plus de trois siècles.

  • Les planches inédites de foraminifères d'Alcide d'Orbigny à l'aube de la micropaléontologie

    Collectif

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 18 Juillet 2005

    Chercheur passionné et naturaliste accompli, Alcide Dessalines d'Orbigny (1802-1857) a laissé une oeuvre prestigieuse et féconde dont le caractère exceptionnel, par son ampleur, ses implications dans la science actuelle et la diversité des sujets abordés, ne laisse pas d'étonner scientifiques et historiens. En présentant son premier travail sur les foraminifères (microorganismes unicellulaires, pourvus d'une coquille capable de se fossiliser), il signait l'acte de naissance de la Micropaléontologie, sans soupçonner l'importance qu'elle prendrait ensuite dans le concert des géosciences, notamment en Paléocéanographie et Paléoclimatologie, et dans le développement de la recherche pétrolière ou encore des travaux d'aménagement du territoire, tel le creusement du Tunnel sous la Manche. Les planches de foraminifères dessinés par d'Orbigny concrétisaient plusieurs années d'observation?; elles étaient destinées à l'illustration de son travail fondateur sur les foraminifères, mais restèrent inédites bien que devenues une référence incontournable pour de nombreux chercheurs. D'une grande qualité, elles témoignent des dons d'observation de leur auteur et de ses talents artistiques. Il importait donc de les publier. Elles sont reproduites dans ce volume et analysées par Marie-Thérèse Vénec-Peyré qui retrace leur histoire, replace les espèces dans le contexte scientifique actuel et fait le point sur le matériel type conservé dans les collections de Micropaléontologie du Muséum national d'Histoire naturelle. Spécialisée dans l'étude des foraminifères actuels et fossiles, Marie-Thérèse Vénec-Peyré, étudie en particulier le témoignage apporté par ces microorganismes sur les environnements du passé. Directeur de recherche au Centre national de la Recherche scientifique, elle effectue ses travaux dans le Département Histoire de la Terre du Muséum national d'Histoire naturelle au sein de l'Unité Mixte de Recherche 5143 (CNRS - MNHN - Université Pierre et Marie Curie), Paléobiodiversité et Paléoenvironnements. Ses fonctions de chargée de conservation des collections de Micropaléontologie du MNHN la désignaient naturellement pour la rédaction de cet ouvrage. Elle s'inscrit dans la continuité de la tradition micropaléontologique au Muséum, initiée par Alcide d'Orbigny, fondateur de la Micropaléontologie et premier titulaire de la Chaire de Paléontologie au MNHN.

  • Les dessins d'Antoine Nicolas Duchesne pour son histoire naturelle des fraisiers

    Günter Staudt

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 30 Décembre 2003

    Remarquable jardinier du XVIIIe siècle, éminent spécialiste des fraisiers, correspondant des plus grands naturalistes de son temps, Antoine Nicolas Duchesne était en outre un talentueux dessinateur. Esprit curieux et soucieux d'observer et d'expliquer la diversité biologique, évolutionniste et généticien avant l'heure, il ne se contentait pas de cultiver ses plantes, il étudiait leur biologie, les croisait, expérimentant en permanence à cette frontière, floue à l'époque, entre variété et espèce. Ses observations, qui ont attiré l'attention de Darwin, n'étaient pas simplement consignées mais faisaient, de sa main, l'objet d'illustrations précises et détaillées. Les planches ainsi réalisées sur les fraisiers constituent une référence essentielle, incontournable. Il importait donc de publier les oeuvres de ce précurseur de méthodes et d'idées qui allaient se développer au siècle suivant et révolutionner non seulement la botanique mais aussi les conceptions de l'organisation et du fonctionnement du monde vivant. Le présent volume rend enfin accessibles les planches inédites, conservées à la bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle, de ce précurseur, de ce «?jardinier cultivateur?» comme il aimait se qualifier, de cet inspirateur des «?naturalistes profonds?» avec lesquels il n'hésitait pas à entretenir parfois des controverses scientifiques. Les dessins de Duchesne figurent avec ses commentaires d'époque et ceux, actuels, de l'auteur du volume, le Professeur Günter Staudt.

  • Mollusques continentaux de la Martinique ; non-marine molluscs of Martinique, Lesser Antilles

    Collectif

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 1 Décembre 2015

    Ce magnifique ouvrage, bilingue (français et anglais), traite d'une composante faunistique largement méconnue et pourtant fascinante de l'île de la Martinique (Antilles françaises) : les mollusques continentaux (terrestres et d'eau douce). Après une présentation générale des milieux naturels de l'île, le livre dresse un bilan complet des connaissances sur la base de récoltes récentes sur le terrain, d'une analyse de la bibliographie et de la consultation de collections privées et publiques. Des clés illustrées permettent l'identification de la classe, de la famille, du genre ou de l'espèce. Les 86 espèces de l'île sont détaillées : écologie, cartes de répartition, liste des stations connues à la Martinique, statut patrimonial. De superbes planches en couleur présentent les coquilles, l'animal vivant et l'habitat.

  • Here, for the first time in English, is Georges Cuvier's extraordinary «History of the Natural Sciences from Its Origin to the Present Day.» Based on a series of public lectures presented by Cuvier from 1829 to 1832, this third of a five-volume series, translated from the original French and heavily annotated with commentary, is a detailed chronological survey of the natural sciences spanning roughly fifty years, from the close of the seventeenth century to approximately 1750. It is truly astonishing in its detail and scope. Cuvier was fluent in many languages, English, German, Spanish, and certainly Latin, in addition to French. He was therefore well prepared to investigate and interpret firsthand the scientific literature of Europe as a whole. The work is an affirmation of Cuvier's vast encyclopedic knowledge, his complete command of the scientific and historical literature, and his incomparable memory. This history is remarkable also for providing in one place a large set of useful references to a vast ancient literature that is not easily found anywhere else. This huge body of information provides us furthermore with unique insight into Cuvier's concept of the natural sciences, and to the vast breadth and progress of this human endeavor. With this work, Cuvier fills an important gap in philosophical thought between the time of Carl Linnaeus and Charles Darwin.

    Theodore W. Pietsch is Professor Emeritus in the School of Aquatic and Fishery Sciences, and Curator Emeritus of Fishes at the Burke Museum of Natural History and Culture, University of Washington. His primary interests are in ichthyology, focusing on the evolutionary history, functional morphology, and reproductive biology of marine fishes, but also in the history of ichthyology and the history of science in general. He is the author of more than a twenty books, including The Curious Death of Peter Artedi: A Mystery in the History of Science, Tropical Fishes of the East Indies, Oceanic Anglerfishes: Extraordinary Diversity in the Deep-Sea, and Charles Plumier (1646-1704) and His Drawings of French and Caribbean Fishes.

  • Anglais Tropical deep-sea benthos t.30 ; chirostylidae of the western and central pacific: uroptychus

    Keiji Baba

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 14 Septembre 2018

    Squat lobsters of the genus Uroptychus Henderson, 1888 and a herein proposed new genus Heteroptychus (Anomura: Chirostylidae) from the Western and Central Pacific are reported based upon the material now in the collection of the Muséum national d'Histoire naturelle, Paris. The material consists of 3,784 specimens distributed among 152 species in the two genera, including 100 new species of Uroptychus and six new species of Heteroptychus. Heteroptychus n. gen. is established for Uroptychus scambus Benedict, 1902 and eight related species including one western Atlantic species. Uroptychus edwardi Kensley, 1977 (now transferred to Heteroptychus), previously synonymized with U. scambus, is resurrected. The number of species of Uroptychus from the Indo-West and Central Pacific now stands at 219. One hundred twenty-six species of Uroptychus and six of Heteroptychus occur in New Caledonia and its vicinity (northward to the Solomon Islands, southward to the Norfolk Ridge, and eastward to Fiji and Tonga). Somewhat lengthy diagnoses are provided for previously known species in order to accurately characterize their specific status, and for some known species and new species, full descriptions are given. A key to species is provided for Uroptychus from the Indo-West Pacific and Central Pacific, and for Heteroptychus worldwide. For the purpose of elaborating on the specific status of a number of known species that were briefly described, their type materials were examined, and their characters are incorporated in the key to species.

  • Anglais Convolvulaceae : flora of cambodia, laos, vietnam.

    George W. Staples

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 9 Novembre 2018

    This volume on Convolvulaceae is the 36th issue of the Flora of Cambodia, Laos and Vietnam and the first to integrate Tropical Fauna and Flora series. So far, thirty-five fascicles have been published on families of angiosperms and Gnetaceae.
    The family Convolvulaceae comprises about 1,900 species distributed worldwide in the tropical and warm temperate regions. This new account of the Convolvulaceae in Cambodia, Laos, and Vietnam includes 22 genera, 108 species, and 10 infraspecific taxa, with brief mention of another 13 cultivated species. The indigenous species richness for Convolvulaceae is quite high in this area, particularly for the genera Argyreia, Cordisepalum, Dinetus, Erycibe, Ipomoea, Lepistemon, Merremia, Neuropeltis, Porana, Rivea, and Tridynamia.
    A general introduction to the family is followed by technical descriptions for each genus, species, and infraspecific taxon, keys for identification, and concise summaries of what is known about the ecology, phenology, the distribution globally and mapped, any uses, vernacular names in languages spoken in the area, and pertinent notes concerning taxonomy or other topics. The flora is profusely illustrated with historical and modern botanical illustrations (line drawings, watercolours) and colour photos of living plants in the field. Voucher specimens are cited to document all information presented in the book. A bibliography of cited references where more detailed information may be found is included and three indexes conclude the flora.

  • Anglais Marine bivalves of tropical West Africa

    ,

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 13 Novembre 2019

    Bivalves are one of the most important groups of marine animals: they are abundant in benthic communities, they are sought after as seafood or ornament, and their shells are almost always conspicuous on the world's beaches.

    This identification guide for West African marine bivalves covers 462 species belonging to 59 families, based on an extensive material collected over several decades from Mauritania (Cap Blanc) to Angola (Baia dos Tigres), and now housed in Muséum national d'histoire naturelle, Paris. Therefore, any bivalve collected in marine near shore in West Africa is most likely to be covered. Deep sea species (those normally collected below 500 m depth, an additional 150 species) are listed but not treated.

    The book is profusely illustrated (over 3500 colour and 1600 greyscale photographs, 800 stippled drawings, an average of 12 views per species) so as to be accessible to the non-specialist as well. Each species is treated with: (1) a description accompanied by a drawing of the interior showing the diagnostic details of the hinge and internal impressions, and a photographic plate showing a selection of specimens from different localities across the species' range (2) an indication of distribution accompanied by a schematic map, (3) an indication of habitat, and (4) remarks, including comparisons with similar species. In the headings for each family, generic descriptions are illustrated with thumbnails of the included species, so as to serve as a visual orientation. Morphological terms used in descriptions are explained in a Glossary.

    The taxonomic part is preceded by an introduction addressing the history of research, the physiography and hydrology of West African coasts, the general characteristics of bivalve molluscs and hints for collecting them.

  • Anglais Deep-sea crustaceans from Papua New Guinea

    Collectif

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 9 Juillet 2020

    Tropical Deep-Sea Benthos, a continuation of Résultats des Campagnes MUSORSTOM, is a series dedicated to the inventory and description of the deep-sea fauna of the world, with special emphasis on the most extensive, yet remote and least explored, region - the Indo-West Pacific. The comprehensive series of marine expeditions undertaken by the French Muséum national d'Histoire naturelle and the Institut de Recherche pour le Développement (IRD) continue to collect many new, strange and sometimes colourful crustaceans. The present volume includes for the first-time results from recent expeditions off and Papua New Guinea.

    Papua New Guinea always had a special place in the heart of marine biologists. Firstly, but barely explored during the expedition of the Challenger (1875), deep-sea fauna from Papua New Guinea remained a gap of knowledge until the recent series of expeditions launched by MNHN: Biopapua (2010), Papua Niugini (2012), Madeep (2014) and Kavieng (2014). From the amazing sampling of benthic fauna, the international network of naturalists and taxonomists, federated around the Tropical Deep-Sea Benthos program, has described since 2012, more than 258 new species of molluscs, fishes, sea-spiders, corals and crustaceans. This special PNG volume comprises descriptions and new occurrences for more than 360 species including cirripeds, crabs, armoured shrimps, ghost shrimps and squat lobsters. Many are illustrated by spectacular colour images of freshly caught specimens. With 44 new species of crustaceans described in this volume, more than 300 new marine species will have been discovered around Papua New Guinea and its satellite islands.

    Edited by Laure Corbari, Shane T. Ahyong and Tin-Yam Chan.

  • Anglais Living and working with giants ; a multispecies ethnography of the Khamti and elephants in Northeast India

    Nicolas Laine

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 19 Novembre 2020

    S'appuyant sur une recherche de terrain approfondie dans le nord-est de l'Inde, au sein de la population Khamti, cet ouvrage propose une ethnographie multi-espèces des relations de travail hommes-éléphants qui s'y déploient encore. L'auteur analyse non seulement l'action humaine mais également l'implication animale dans la mise en place et le maintien de ces relations de travail. Grâce aux descriptions riches et vivantes de Nicolas Lainé, le lecteur est en mesure de suivre et de comprendre l'ensemble du processus, de la capture d'un jeune éléphant de forêt à sa transformation en éléphant de village, comme une dynamique d'engagements réciproques. Les capacités cognitives et corporelles à la fois des humains et des éléphants sont prises en considération, ainsi que leurs influences mutuelles et les représentations qui découlent des contextes de communication et de collaboration manifestes entre les espèces. Cette approche multidisciplinaire permet alors de penser l'unité de travail homme-animal en termes d'interaction collaborative, voire d'engagement intersubjectif -ouvrant la voie à des réflexions sur les modalités mutuellement bénéfiques de l'existence des humains et des animaux dans un environnement partagé.

    «Living and Working with Giants est une intervention critique pour penser l'Anthropocène -et j'utilise le terme Plantationocène pour marquer l'importance du travail de Lainé- car il montre comment les différentes formes de sylviculture, la capture et l'apprivoisement de la faune étaient tributaires du travail des hommes et des éléphants. [...] En suivant les modes de capture d'éléphants qui ont survécu dans la communauté Khamti de l'Arunachal Pradesh et dans l'Assam adjacent au nord-est de l'Inde, le travail de Lainé est une ethnographie multi-espèces dans son meilleur sens. Il nous incite à repenser les formes de discipline et les subjectivités que les régimes coloniaux et postcoloniaux ont produites» (Maan Barua, Université de Cambridge).

    Nicolas Lainé est titulaire d'un doctorat en ethnologie de l'Université Paris Ouest (2014). Il est actuellement chercheur postdoctoral à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au sein de l'UMR Paloc (Patrimoines locaux, environnement et globalisation) au Muséum national d'histoire naturelle, à Paris, et postdoctorant associé à l'Irasec (Institut de Recherche de l'Asie du Sud-Est Contemporaine) à Bangkok. Il est membre du réseau thématique international multidisciplinaire « Biodiversité, santé et sociétés en Asie du Sud-Est », soutenu par le CNRS-InEE (Institut national de l'écologie et de l'environnement, France), et est membre expert du groupe de spécialistes de l'éléphant d'Asie de la CSE (Commission de survie des espèces) de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Ses recherches portent sur les relations homme-animal en Asie, les liens entre diversité bioculturelle et santé, et la décolonisation des sciences.

  • Le Pléistocène récent (~75000-15000 ans) est une période clé pour la préhistoire de la Vallée du Nil. Au gré des changements climatiques de cette période, les populations humaines ont dû s'adapter à un Nil changeant. En particulier les changements environnementaux majeurs aux sources du Nil, tel que l'assèchement de certains lacs est africains, ont eu de profondes conséquences, bien qu'encore débattues, sur l'environnement de la Vallée du Nil à cette période, et son rôle de refuge écologique pour les populations humaines. En outre, bien que la Vallée du Nil constitue l'une des routes possibles de migrations hors d'Afrique ainsi que retour en Afrique, les différences dans les méthodes employées et les usages terminologiques empêchent toute comparaison systématique entre la Vallée du Nil d'une part et les régions voisines d'autre part.
    Cette monographie réunit des contributions proposant des synthèses actualisées et de nouvelles données sur l'enregistrement archéologique, paléoenvironnemental, paléoanthropologique et géologique de l'Afrique du Nord-Est et des régions voisines (Afrique du Nord, Afrique orientale et le Levant) entre 75000 et 15000 ans. A travers une approche pluridisciplinaire, cette monographie permet d'explorer des questions d'actualité, telles que la capacité d'adaptation des Hommes modernes, en particulier aux changements climatiques, ainsi que les interactions et dispersions humaines dans le passé.

  • As a continuation of the Résultats des Campagnes MUSORSTOM, the series Tropical Deep-Sea Benthos is dedicated to the exploration, inventory, and description of the deep-sea fauna of the world, with special emphasis on the most extensive, yet remote and least explored, region - the Indo-West Pacific. The comprehensive series of marine expeditions undertaken by the Muséum national d'Histoire naturelle, Paris and the Institut de Recherche pour le Développement (IRD) continue to sample and preserve new species that are changing the current view of the systematics and, therefore, the evolution of the order scleractinia. The present volume includes the extensive results from all expeditions along the New Caledonian Economic Exclusive Zone.
    Standing on the eastern edge of the Australian tectonic plate, about 1,200 km east of Australia, New Caledonia has attracted the attention of several generations of coral biologists as it harbors the second largest coral reef site in the world. In 2007, these reefs received the status of World Heritage Area «Lagoons of New Caledonia: Reef Diversity and Associated Ecosystems». Nonetheless, one of the first mentions of scleractinian corals from this region refers to deep-sea corals «the solitary corals, classified and in part described in this communication, are remarkable for a large number of new species» Gardiner (1899: 161). Since then, over 37 deep-sea expeditions off New Caledonia have taken place, enabling the most comprehensive collection of deep-sea scleractinians from the Western Pacific. Indeed, the New Caledonian azooxanthellate coral fauna is, by far, the most diverse known to date. This special volume comprises detailed descriptions of 267 species, of which 47 are new to science, and includes all scleractinian families that have azooxanthellate representatives. All examined species are illustrated, some of which have an exquisite perfect symmetry.

  • Anglais Nomad lives : from Prehistoric Times to the Present Day

    , ,

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 19 Novembre 2021

    Cet ouvrage vient illustrer des fragments de vies de peuples « nomades », passés et actuels, d'Afrique, d'Asie, des Amériques du nord et du sud ou d'Europe, sous différentes facettes (habitats, productions matérielles, organisation économique et territoriale, sociale, rites et croyances, art). Ce mode de vie a prévalu pendant des millions d'années avant qu'un autre, sédentaire, ne s'y substitue progressivement à partir de 9 000 ans. Pour autant, les nomades n'ont pas disparu. Aujourd'hui minoritaires et fréquemment marginalisés, ils demeurent une composante à part entière de notre humanité.

    C'est ce point de vue que nous avons adopté dans Vies de Nomades et c'est à la découverte de femmes, d'hommes et d'enfants de tous les horizons - géographiques, climatiques, sociologiques et même chronologiques -, mais tous unis par leur mode de vie nomade, que nous invitons nos lecteurs. Cet ouvrage regroupe près d'une trentaine de contributions signées d'archéologues, d'ethnologues/anthropologues, de sociologues, de géographes, d'économistes et d'historiens.

    Un rappel toutefois : à aucun moment, les nomades du présent ne sont considérés à travers ces textes comme des avatars des nomades du passé, pas plus que les nomades d'aujourd'hui (ou d'hier) ne sauraient être représentatifs d'une seule et même organisation sociale, économique, d'un seul et même rapport au monde. La diversité des contributions ici rassemblées souligne, bien au contraire, le caractère pluriel de ce mode de vie. Être nomade, vivre en nomade, ne peut se décliner de façon univoque et au fil des pages s'est imposée une question, simple en apparence mais excessivement complexe dans la réalité des peuples eux-mêmes et des chercheurs en sciences humaines : « qu'est-ce qu'être nomade ? » C'est autour d'elle que se clôt l'ouvrage sous le regard croisé d'un archéologue, d'un ethnologue et d'une sociologue.

  • Anglais Boraginales, olacaceae and allies, apiaceae : flore de Madagascar et des Comores

    , , , ,

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 23 Décembre 2021

    Madagascar, the red Island, hosts a distinctive and highly diverse flora estimated to comprise about 14,000 species of vascular plants, about 83 % of which are endemic. Endemism is also significant among genera, and the island also has 5 endemic families of angiosperms. This exceptional diversity results mainly from the wide array of eco-geographic conditions reflecting the island's range of substrates, elevations, and bioclimates.The estimated number of species in the Malagasy flora is increasing year after year, thanks to ongoing collecting efforts in the field and research leading to the description of new species. Taxonomic treatments like those presented here provide a significant contribution to our understand of Madagascar immense plant diversity and document the need for its urgent and effective conservation.The present volume includes taxonomic revisions of 3 groups of Angiosperms. Within the order Boraginales, the circumscription of families has been extensively. 5 of the 11 families currently recognized occur on Madagascar, and are treated in the first part of the volume : Boraginaceae, Coldeniaceae, Cordiaceae, Ehretiaceae, and Heliotropiaceae. Significant changes have also impacted the classification of the family Olacaceae since it was first treated in Flora of Madagascar and the Comoro Islands in 1955. The previously recognized order Olacales has been merged into the Santalales, and Olacaceae were divided into 8 monophyletic families, 3 of which occur on Madagascar and are treated in the second chapter. The 3rd contribution to this volume deals with Apiaceae, where only a few changes have occurred. The treatment of the 15 genera present on Madagascar is complemented with an overview of the cultivated members of the family present on the island.In keeping with the revised format of the Faune et flore tropicales collection, this volume includes, for each of the 3 chapters, a general overview of the families followed by detailed descriptions of the species, comprising accurate and up-to-date taxonomic and nomenclatural information, and line drawings for nearly all species along with many photographs; identification keys are provided in English and in French, and a distribution map is given for each species separately; preliminary risk of extinction assessments are also provided based on the UICN Red List requirements.

  • Anglais Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam t.33 ; Apocynaceae

    David J. Middleton

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 24 Décembre 2014

    The family contains about 450 genera and about 4000 species dis¬tributed throughout the world but concentrated particularly in the Old and New World tropics. The two subfamilies treated here are the Rauvolfioideae with about 915 species in 82 genera wordwide, and the Apocynoideae with about 822 species in 80 genera wordwide. In this region, these two subfamilies have 38 native genera (plus one more sometimes naturalised), and 119 native species (plus two more sometimes naturalised).

  • Anglais Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam t.34 ; Polygalaceae

    Colin A. Pendry

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 24 Décembre 2014

    The Polygalaceae is a family of about 1 000 species and is found throughout the world's tropical and temperate regions. Although there are only five genera and 43 species of Polygalaceae in Cambodia, Laos and Vietnam, they exhibit remarkable diversity in morphology. Its species range from diminutive herbs such as Salomonia, to herbs and shrubs in Polygala, lianas in Securidaca and forest trees in Xanthophyllum. It even includes one myco-heterotroph, Epirixanthes, which is an easily overlooked inhabitant of the forest floor. Polygalaceae species may be found in a many habitats from sea level to 2 600 m, including open, disturbed areas and within closed forests.


    This volume includes keys and detailed descriptions of all species, notes on their ecology and distributions, citations of all known specimens, line drawings to illustrate each genus and fourteen colour photographs of seven species. Polygala is the most diverse genus in the region, with 22 species.

  • Les dessins de champignons de Claude Aubriet

    ,

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 9 Décembre 2010

    Les documents manuscrits de la famille des Jussieu, professeurs de botanique au Jardin du Roy puis au Muséum d'histoire naturelle (1710-1853) ont été acquis en 1858 par le Muséum après la mort d'Adrien de Jussieu. Conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum ils forment un fonds riche d'informations pour l'histoire des sciences, particulièrement celle du Jardin et celle de la Botanique.
    Parmi les plus anciens, se trouve un portefeuille contenant 98 dessins de champignons (en couleur), réalisés vers 1730, par Claude Aubriet (c. 1665-1742) sous la direction d'Antoine de Jussieu (1686-1758). Claude Aubriet, peintre miniaturiste au Jardin du Roy, est connu pour la réalisation des illustrations des Elémens de botanique que publie Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) en 1694. Ces dessins sont loués pour leur précision par Carl von Linné lui-même.
    Les dessins de champignons par Aubriet furent exécutés à une période « clé » dans l'histoire de la mycologie, puisqu'en 1729, Pier Antonio Micheli publie dans son ouvrage fondamental (Nova plantarum genera) une étude précise des champignons, accompagnée d'excellentes gravures en noir et blanc.
    Les réalisations d'Aubriet, souvent soignées et fidèles aux modèles, sont précieuses car les représentations en couleurs de champignons sont rarissimes avant la fin du xviiie siècle. Elles témoignent en outre du regard que l'on portait alors sur ces cryptogames, qui apparaissaient bien mystérieux du point de vue de leur organisation, de leur reproduction et, pour tout dire, de leur « existence » même.
    Cette publication intéressera vivement les mycologues et contribuera à faire connaître Claude Aubriet. En outre, elle souligne le rôle décisif que les illustrateurs scientifiques ont toujours joué au cours de l'histoire.
    Docteur en Histoire et Philosophie des sciences (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Xavier Carteret a étudié les travaux du naturaliste Michel Adanson (1727-1806) et l'histoire des classifications botaniques jusqu'à la fin du xviiie siècle. Il est également connu dans le domaine de la mycologie et de l'illustration mycologique.
    Docteur en Histoire de l'art moderne, Aline Hamonou-Mahieu a étudié pendant près de dix ans les collections de dessins et de vélins d'histoire naturelle de Claude Aubriet au Muséum national d'Histoire naturelle de Paris, à la Royal Horticultural Society et au Natural History Museum à Londres. Successivement employée par les Ministères de la Culture, de l'Enseignement et de la Recherche, de l'Éducation nationale, Aline Hamonou- Mahieu a écrit de nombreux articles pour des revues d'histoire de l'art et des sciences.

    The handwritten documents of the Jussieu's, professors of botany at the Jardin du Roy and subsequently at the Muséum d'Histoire Naturelle from 1710 until 1853, were acquired by the Muséum in 1858 after the death of Adrien de Jussieu. Kept in the main library of the Muséum, these collections constitute a rich source of information for the study of the history of natural sciences, in particular the history of the garden and of botany.
    The oldest documents include, e. g., a folder containing 98 colour plates of mushrooms prepared around 1730 by Claude Aubriet (ca. 1665-1742) under the direction of Antoine de Jussieu (1686-1758). Claude Aubriet, painter and miniaturist at the Jardin du Roy, is known for his illustrations in the Elémens de botanique published by Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) in 1694. Because of their quality, these plates have been used, e. g., by Linnaeus.
    These mushroom paintings were prepared in a key period in the history of mycology when Pier Antonio Micheli published in his fundamental work (Nova plantarum genera, 1729) a fine study on the fungi, accompanied by excellent engravings in black and white.
    The artwork of Aubriet, usually carefully done and clearly depicting the species, is precious because colour illustrations of mushrooms dating from before the end of the 18th century are very rare. They also reflect the lack of understanding at that time of the cryptogams, whose structure, reproduction, and existence in general, remained mysterious.
    The present publication will be of considerably interest to mycologists and will contribute to our acquaintance with Claude Aubriet. Moreover, it will underline the decisive role that scientific illustrations have played in the course of history.
    Xavier Carteret, doctor in history and philosophy of sciences at the École des Hautes Études en Sciences Sociales, has studied the work of the naturalist Michel Adanson (1727-1806) and the history of botanical classifications until the end of the 18th century. He is also known in the field of mycology and mycological illustration.
    Aline Hamonou-Mahieu, doctor of modern art history, has studied during almost ten years the collections of natural history painting and vellums of Claude Aubriet at the Muséum national d'Histoire Naturelle of Paris, and at the Royal Horticultural Society and Natural History Museum in London. Employed, successively, by the Ministères de la Culture, de l'Enseignement et de la Recherche, de l'Education nationale, Aline Hamonou-Mahieu has written numerous articles in journals on the history of art and natural sciences.

  • Anglais The natural history of Santo

    Collectif

    • Museum national d'histoire naturelle
    • 14 Avril 2011

    Les îles du Pacifique sont célèbres pour le très haut niveau d'endémisme et la grande vulnérabilité de leurs faunes et de leurs flores. L'île d'Espiritu Santo, ou Santo, cumule les superlatifs : la plus grande et la plus haute du Vanuatu, Santo est un extraordinaire microcosme géographique et culturel, avec récifs, grottes, montagnes, îles et îlots satellites, et une occupation humaine qui remonte à 3?000 ans. Renouant avec l'esprit des "Grandes Expéditions Naturalistes", l'expédition Santo 2006 avait mobilisé sur le terrain plus de 150 scientifiques, bénévoles et étudiants de 25 pays. Petit tour de force éditorial avec plus de 100 auteurs, ce Natural History of Santo est un éloge de la biodiversité de cette "île-planète". À la fois beau livre richement illustré et bilan des connaissances scientifiques, The Natural History of Santo se veut un outil de connaissance pour sa conservation durable. Il s'adresse autant aux acteurs locaux du développement et de l'éducation qu'aux naturalistes du monde entier.

empty