Littérature traduite

  • Le changement climatique

    Mark Maslin

    • Edp sciences
    • 31 Mars 2022

    La prise de conscience mondiale du changement climatique progresse, et des militants comme Greta Thunberg ou des groupes comme Extinction Rebellion bénéficient d'un soutien de plus en plus large. De nombreux pays ont déclaré que nous sommes désormais en situation d'urgence climatique. Cette menace nous oblige à examiner l'ensemble des fondements de la société moderne et à réfléchir à l'avenir que nous voulons créer. S'appuyant sur les toutes dernières données scientifiques du rapport du GIEC 2021, ce livre analyse les preuves que le changement climatique est déjà en cours et présente les conséquences catastrophiques qu'il pourrait avoir à long terme. Mark Maslin se penche également sur la géopolitique du changement climatique et sur les solutions que nous pouvons employer pour éviter ses pires effets. Tout au long de son exposé, il démontre comment nous devons développer de nouveaux modes de pensée pour le XXe siècle au niveau des individus, des entreprises et des gouvernements afin de relever collectivement le défi du changement climatique.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les énergies renouvelables

    Nick Jelley

    • Edp sciences
    • 14 Avril 2022

    Ce livre détaille les principales sources d'énergie renouvelables - solaire, éolienne, hydroélectrique et biomasse - ainsi que celles qui sont moins développées - géothermie, marée et vagues. L'auteur expose les défis que représente l'intégration des énergies renouvelables dans les réseaux électriques, ainsi que la nécessité du stockage de l'énergie. Il examine également les efforts internationaux visant à soutenir les énergies renouvelables et à lutter contre le changement climatique, et détaille les récentes innovations en matière de production d'énergie éolienne et solaire, de stockage et de conversion de l'électricité en gaz pour le chauffage propre.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Saintété de cour : les Capétiens et leurs saintes femmes

    Sean L. Field

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 17 Mars 2022

    Le pouvoir des rois de France s'est accru de façon exponentielle au cours du XIIIe siècle, des croisades de saint Louis jusqu'aux conflits de Philippe le Bel avec l'Église. Sean L. Field réexamine l'âge d'or capétien et soutient que les saintes femmes, mystiques, voyantes ou ascètes, ont joué un rôle crucial, mais négligé, pour légitimer cette montée en puissance. À travers les destins de six de ces femmes, il observe que, pendant la série de scandales qui agitent la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle, elles ont joué un rôle non moins important, mais cette fois-ci en tant que boucs émissaires.

  • La physique du pop corn : découvrir et apprendre avec 22 expériences

    Aidan Randle-Conde

    • Edp sciences
    • 14 Octobre 2021

    Prêt à vous amuser avec votre nourriture ?

    Découvrez comment on peut créer de l'électricité, apprenez le fonctionnement interne des atomes et réalisez des expériences en faisant des vagues, etc. Devenez un scientifique de la cuisine en appréhendant les gaz à l'aide d'une montgolfière artisanale, en utilisant la lumière pour recréer un arc-en-ciel et en maîtrisant l'élan avec des modèles réduits de voitures !! Ce petit livre utilise la science appliquée pour une approche amusante et interactive de l'apprentissage pour toute la famille.

  • La chimie du cola : découvrir et apprendre en 21 expériences

    Jamie Gallagher

    • Edp sciences
    • 14 Octobre 2021

    Prêt à vous amuser avec votre nourriture ?
    Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur le plastique et son recyclage, apprenez à lire le tableau périodique des éléments, faites des expériences avec des fusées au soda et bien plus encore ! Devenez un scientifique de la cuisine en étudiant la glace, en faisant germer des cristaux de sucre et en posant des questions sur les acides présents dans les aliments et les boissons de tous les jours ! Ce petit livre utilise la science appliquée pour une approche amusante et interactive de l'apprentissage pour toute la famille.

  • Cet ouvrage est un témoignage photographique indéfectible des effets épiques d'un climat violent, depuis le premier événement d'extinction jusqu'à aujourd'hui, où le chaos climatique est imposé par un réchauffement planétaire non naturel. Il nous dévoile des images aussi émouvantes que terrifiantes pour faire comprendre l'énormité des événements climatiques, offrant une reconnaissance radicale de la vulnérabilité déchirante et de la beauté époustouflante de notre planète surpeuplée.

  • L'anthropocène

    Erle C. Ellis

    • Edp sciences
    • 14 Octobre 2021

    L'impact de l'humanité sur la planète a été profond. Avec le feu, la chasse intensive et l'agriculture, nous avons assisté à une accélération du changement climatique, une pollution généralisée, une accumulation de plastique, des invasions d'espèces et une extinction massive d'autres espèces. Autant de changements qui ont laissé une trace permanente dans les archives géologiques des roches.

    La proposition d'une nouvelle période géologique - l'Anthropocène - ne fait pas consensus, pourtant, elle s'est malgré tout imposée comme un nouveau récit puissant de la relation entre l'homme et la nature.

    Ce livre s'appuie sur les travaux de géologues, de géographes, de spécialistes de l'environnement, d'archéologues et de chercheurs en sciences humaines pour expliquer l'Anthropocène et ses implications plus larges.

  • Mort et pleurs rituels : de la lamentation funèbre antique à la plainte de Marie

    Ernesto De Martino

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 3 Février 2022

    Dans Mort et pleurs rituels, Ernesto De Martino présente les résultats de son enquête ethnographique menée en Lucanie sur les coutumes funéraires. Il revient aux origines de celles-ci, fondées sur le refus d'une mort insignifiante et l'exigence humaine visant à procurer au défunt une seconde mort d'ordre culturel. Parmi ces dernières, l'institution de la plainte funèbre a joué un rôle primordial dans les civilisations méditerranéennes antiques.
    L'ouvrage se clôt sur l'Atlas illustré des pleurs, inventaire des techniques du corps exprimant le pathos : le riche répertoire des images (qui vont de l'Égypte ancienne à la Renaissance) évoque l'Atlas Mnémosyne conçu par l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929).

  • La théorie quantique

    John Polkinghorne

    • Edp sciences
    • 20 Mai 2021

    Voici est un ouvrage passionnant, précis et accessible à un large public, sur l'une des réalisations intellectuelles les plus remarquables du XXe siècle dont la découverte fut une véritable révolution dans notre compréhension des processus physiques. En 6 chapitres, il aborde les problèmes d'interprétation encore irrésolus 75 ans après les premières découvertes ainsi que les thèmes les plus importants soulevés par la théorie quantique tels que l'incertitude, la physique probabiliste, la complémentarité, le caractère problématique de la mesure et la décohérence.
    Le texte principal n'utilise pas d'équations mais une annexe à la fin du livre permet d'aller plus loin pour les lecteurs qui le souhaitent.

  • L'intelligence artificielle

    Margaret A. Boden

    • Edp sciences
    • 20 Mai 2021

    L'intelligence artificielle, qui consiste à faire faire aux ordinateurs ce que peut faire l'esprit humain et ses applications touchent tous les aspects de notre vie et se trouvent tout autour de nous. Ce petit livre nous rappelle que les résultats de l'intelligence artificielle ont été inestimables pour les biologistes, les psychologues et les linguistes en les aidant à comprendre les processus de la mémoire, de l'apprentissage et du langage sous un angle nouveau. L'intelligence artificielle a aussi alimenté et aiguisé les débats philosophiques concernant la nature de l'esprit, l'intelligence et le caractère unique des êtres humains.
    Ainsi, Margaret Boden, leader dans le domaine de la recherche en intelligence artificielle, passe en revue ici tous les défis philosophiques et technologiques soulevés par l'intelligence artificielle, et tente de répondre à la question si complexe : les programmes pourront-ils être un jour réellement intelligents, créatifs, ou même conscients ?

  • Les "Deux nouvelles sciences" de Galilée : une lecture moderne

    Angelo De Angelis

    • Edp sciences
    • 27 Janvier 2022

    « Discours et démonstrations mathématiques concernant deux nouvelles sciences » de Galilée est l'un des cinq ouvrages majeurs de la pensée scientifique selon Hawking. Contenant entre autres la première formulation du principe de relativité restreinte et du principe d'équivalence à la base de la relativité générale, ce livre a fortement inspiré Descartes, Newton et Einstein. L'ouvrage n'est pas seulement un livre de physique puisqu'au delà des considérations sur la science des matériaux et la mécanique (les deux nouvelles sciences), Galilée discute également de mathématiques, de l'infini, d'acoustique musicale et d'harmonie.

    Lire Galilée aujourd'hui n'est pas facile, en particulier parce que ses démonstrations sont basées sur des connaissances géométriques loin de notre façon de penser. Cette édition traduit son discours dans un langage accessible aux lecteurs modernes, dès le lycée, en préservant l'esprit original de l'auteur. Elle présente également une version restaurée des figures originales de Galilée qui excellait aussi dans l'art de la peinture.

  • Crise de l'ordre et pandémie séculaire

    Guido La Barbera

    • Science marxiste
    • 7 Octobre 2021

    En quel sens peut-on parler de « crise de l'ordre », en tant que crise de l'équilibre mondial entre les puissances et des institutions et alliances qui le représentent ? La question, c'est la Chine. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale impérialiste, il n'y a jamais eu une puissance ascendante unique, ou du moins qui ne soit pas insérée dans le système d'alliances dominant, ayant une force économique comparable à celle de la première puissance, les États-Unis, et voulant accompagner sa montée en puissance par la construction d'une force militaire comparable. [...].
    La crise de l'ordre : la crise de l'équilibre entre les puissances, provoquée par le changement colossal des rapports de force entraîné par l'irruption de la Chine. C'est le début d'une nouvelle saison de l'interventionnisme et du capitalisme d'État, car il faut répondre aux grands groupes chinois en Europe et aux États-Unis, sur le terrain des hautes technologies et de la bataille électrique et numérique. C'est aussi un cycle de réarmement, déclenché par les plans de Pékin pour une force militaire « de classe mondiale » dans les quinze prochaines années et alimenté en conséquence par la réaction des autres puissances.
    Il y a une conclusion à méditer : un fait crucial est que la crise de l'ordre et ses luttes mondiales ébranlent et mobilisent en même temps l'idéologie dominante. Dans les vieilles puissances, le déclin atlantique a montré la « fragilité » de l'idéologie libérale face au défi de l'Asie ; à Pékin, la bataille pour un nouvel ordre dans lequel la Chine serait reconnue se revêt des mythes nationalistes d'un impérialisme montant. De nouveaux venins de la mobilisation impérialiste se répandent, dans un crescendo quotidien, dans les vieilles et nouvelles puissances.
    Voilà pourquoi nous avons continué à étudier, ces dernières années, le développement et les contradictions de l'impérialisme unitaire. L'irruption de l'Asie est une confirmation scientifique extraordinaire pour la science marxiste, qui part des thèses de Marx et Engels dans le Manifeste du parti communiste, passe par la stratégie révolutionnaire de Lénine et est restaurée dans les « Thèses de 1957 » d'Arrigo Cervetto. Cependant, cette victoire scientifique serait stérile si elle restait repliée sur elle-même, si elle ne devenait pas une arme pour la défense de classe : ces nouveaux venins de l'idéologie dominante doivent être compris pour être combattus. Chaque crise, chaque guerre, chaque collision sociale est devenue le front d'une bataille internationaliste ; récemment, la lutte contre la pandémie séculaire a révélé des énergies inattendues, disponibles à réfléchir sur les contradictions de classe que le virus a également mises à jour.

  • C'est quoi le sol ?

    ,

    • Edp sciences
    • 24 Juin 2021

    Comment se forme le sol ? De quoi est-il composé ? Quels services rend-il aux hommes ?
    Découvre quelques-uns des tours de magie dont le sol a le secret - et certains dangers qui le guettent...

  • La prunelle de ses yeux ; convertis de l'islam sous le règne de Louis IX

    Jordan William

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 8 Octobre 2020
  • Une introduction à ; l'univers décrypté par les énigmes

    Cumrun Vafa

    • Edp sciences
    • 21 Octobre 2021

    Au cours des trente dernières années, les progrès de la physique théorique ont été étroitement corrélés à ceux des mathématiques, en particulier dans le domaine de la théorie des cordes. Ce livre porte à la fois sur les développements de la physique et des mathématiques contemporaines.
    La conception de l'ouvrage est extrêmement originale : l'auteur ne se contente pas d'exposer sa vision des théories scientifiques, mais il appuie son argumentation en lui donnant un aspect ludique grâce à des énigmes intrigantes de mathématiques et de physique qui défient parfois l'intuition. Par exemple, si l'on rallonge d'un mètre une ceinture entourant la Terre à l'Équateur, quelle est la taille de l'objet qu'on peut glisser sous cette ceinture ?
    Après une revue des progrès récents dans notre compréhension de l'Univers (symétries et modèle standard des particules, trous noirs et cosmologie, etc.), l'auteur développe dans l'avant dernier chapitre le lien intime entre physique et mathématiques, en introduisant en particulier les notions de dualité et de symétrie miroir en théorie des cordes.
    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants de physique et de mathématiques et à toute personne curieuse des développements récents de la science.
    Edward Witten, lauréat de la médaille Fields de mathématiques, écrit à propos de cet ouvrage : « Ce livre est un voyage fascinant et original dans les idées les plus avancées en physique et en mathématiques. Il est illustré par des énigmes élémentaires et amusantes. Le lecteur y trouvera de quoi apprendre et de quoi s'amuser. »

  • Psychopharmacologie essentielle : le guide du prescripteur

    Stephen M. Stahl

    • Medecine sciences publications
    • 2 Février 2021

    Guide indispensable, pratique et complet des médicaments essentiels en psychiatrie, cet ouvrage est le complément de Psychopharmacologie essentielle : bases neuroscientifiques et applications pratiques. Cette nouvelle édition du Guide du prescripteur a été considérablement enrichie et mise à jour pour tenir compte de l'expérience clinique de l'auteur, des études cliniques et des recommandations officielles.

    - Pour chaque substance sont exposés la classe pharmacologique, le mode d'action,la posologie, les modalités de surveillance du traitement, les effets secondaires, les précautions particulières selon les patients, les interactions médicamenteuses ainsi que les indications et contre-indications. Chaque fiche se termine par des « Lauriers », qui sont des points particuliers (positifs ou négatifs) à souligner pour chaque substance.

    - L'utilisation de couleurs différentes selon l'information traitée, le marquage des rubriques par des icônes spécifiques ainsi que la rédaction synthétique et précise facilitent l'accès aux données recherchées.

    - Trois index complètent l'ouvrage : par noms de médicaments (noms génériques et commerciaux), par indications et pathologies, par classes médicamenteuses.

  • La biologie cellulaire par les nombres

    ,

    • Edp sciences
    • 2 Septembre 2021

    Le monde de la cellule, incroyablement encombré mais extraordinairement actif, n'a rien de comparable à notre expérience quotidienne. Un regard quantitatif permet de mieux comprendre l'organisation dynamique de la cellule.
    Ce livre explore les grandeurs caractéristiques de la biologie cellulaire : la taille, les concentrations, l'énergie, la durée et l'information aux différentes échelles, de la molécule à la population cellulaire. Pour cela, il rassemble les données issues de travaux scientifiques récents, avec le souci d'établir des relations entre les différents organismes-modèles. Il s'appuie ensuite sur cette classification pour examiner la signification physiologique de ces données, dans un dialogue permanent entre mesures expérimentales, interprétation et prédictions théoriques. Le lecteur pourra ainsi acquérir une intuition profonde des processus qui animent la cellule - et découvrir de nouvelles facettes de ce monde microscopique.
    Cet ouvrage est destiné aux étudiants de licence en sciences de la vie, et constitue un support pédagogique pour les enseignants.

  • L'Europe dans les collisions mondiales

    Federico Dalvit

    • Science marxiste
    • 1 Février 2019

    « Opposition prolétarienne à l'impérialisme européen et à l'impérialisme unitaire » : ce mot d'ordre contient trois indications stratégiques.
    D'abord, le contenu impérialiste de la construction européenne dont le véritable moteur réside dans la confrontation mondiale et dans la réaction à l'émergence de l'Asie et de la Chine en particulier. Ce présupposé théorique qualifie l'unité européenne en tant que scission impérialiste, c'est-à-dire qu'elle signifie que l'unification de l'Europe ne représente pas une atténuation des tensions entre les puissances, mais au contraire une élévation de la division et de l'affrontement sur le plan mondial. Si l'UE a supprimé la guerre et la violence entre les États à l'intérieur de ses frontières, ce sera pour projeter sa puissance à l'extérieur.
    Deuxièmement : l'opposition à l'impérialisme européen, c'est-à-dire à « l'ennemi qui est chez nous » dans le slogan des internationalistes en 1914, présuppose la lutte, non seulement contre l'Union européenne, mais aussi contre les enveloppes nationales utilisées par le capital pendant les siècles de l'ascension et de l'affirmation bourgeoise jusqu'au XXe siècle impérialiste. C'est d'ailleurs sous ces bannières nationales que l'Europe s'est détruite dans les deux guerres mondiales entre 1914 et 1945. Seul l'internationalisme communiste, avec l'assaut d'Octobre 1917, a su s'opposer à ces carnages.
    Enfin, le concept d'impérialisme unitaire contient l'opposition de classe à la domination mondiale du capital : le développement impérialiste a apporté avec lui une augmentation colossale du prolétariat mondial. Deux milliards de salariés : c'est la force de notre classe à l'échelle mondiale. Se saisir solidement du principe de l'internationalisme est donc une nécessité vitale, pour ne pas devenir la proie des idéologies empoisonnées du nationalisme, ni de la nouvelle réaction, à l'échelle continentale, de l'européisme impérialiste ou des mythes d'autres puissances.

  • Les métamorphoses du travail forcé ; une histoire globale XVIII-XIX siècle

    Alessandro Stanziani

    • Presses de sciences po
    • 17 Septembre 2020

    Ce livre ne raconte pas l'histoire de Joseph Conrad mais celles des travailleurs et des asservis qu'il a côtoyés tout au long de son singulier périple : les serfs de l'Empire russe, les salariés et les matelots des empires français et britanniques, enfin les marins, les esclaves et les immigrés d'un océan Indien battu par les moussons. Le voyage avec l'écrivain se termine au Congo où les violences extrêmes perpétrées à l'encontre des populations indigènes côtoient la peur, la solitude et la quête effrénée de profit des compagnies.
    Prenant appui sur ce périple, Alessandro Stanziani fait oeuvre d'historien, celle de la difficile conquête de la liberté en général, et de la liberté au travail en particulier.

  • Vers l'est, Magyar ! histoire du touranisme hongrois

    Balázs Ablonczy

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 1 Octobre 2021

    Qu'arrive-t-il quand une nation européenne choisit de se penser comme asiatique ? C'est ce que firent les Hongrois à travers le touranisme, courant de pensée valorisant leurs origines steppiques et exaltant leur fraternité avec les peuples turco-mongols, voire même avec un ensemble plus vaste de peuples eurasiatiques, de la Finlande au Japon.
    De la politique à la linguistique et à l'art, de l'Autriche- Hongrie à l'Europe postcommuniste, Balázs Ablonczy explore dans cette traduction inédite l'histoire d'une mouvance originale, clé pour comprendre la Hongrie d'hier et d'aujourd'hui.

  • ATLAS DE POCHE ; pharmacologie

    , ,

    • Medecine sciences publications
    • 6 Décembre 2016

    Chaque année, de nouvelles molécules sont mises sur le marché en tant que médicament, dont certaines présentent un mécanisme d'action original.

    Afin de faciliter la compréhension et l'assimilation des différents modes d'action des médicaments, l'Atlas de poche de pharmacologie couvre l'ensemble de cette discipline à travers 174 doubles pages à la présentation claire et concise, associant texte et illustrations en couleur.

    Cet ouvrage aborde notamment :

    - la pharmacologie générale, c'est-à-dire l'étude des principes de base de l'absorption, de la distribution, du mode d'action moléculaire et de l'élimination des substances actives ;

    - la pharmacologie des spécialités, qui recouvre l'analyse des aspects fonctionnels et thérapeutiques des différentes classes de médicaments en relation avec les grandes fonctions de l'organisme ;

    - le traitement de maladies particulières, comme l'hypertension, la migraine, l'ostéoporose, etc.

    Cette nouvelle édition a été entièrement revue et actualisée en prenant en compte les molécules nouvelles et les développements récents, tels que l'utilisation des inhibiteurs de kinases ou celle d'anticorps monoclonaux dans la lutte contre certains cancers. De nouveaux chapitres sont également consacrés à la BPCO et à la sclérose multiple.

    De nombreuses informations complémentaires mises à jour sont disponibles dans la bibliographie, le glossaire, la liste des médicaments les plus courants et l'index.

    Cet ouvrage s'adresse à tous les étudiants en médecine, pharmacie et sciences de la vie, mais aussi aux enseignants de pharmacologie. Il sera également utile à l'ensemble du corps médical et aux pharmaciens en activité, soucieux d'actualiser leurs connaissances.

  • Justice sommaire ; pratiques et idéaux de justice dans une société d'Ancien Régime

    Simona Cerutti

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 22 Avril 2021

    Sous l'Ancien Régime, la procédure sommaire était une procédure rapide et à bas coût que les pauvres pouvaient mobiliser devant différentes magistratures civiles. À partir d'une étude minutieuse des affaires traitées par le tribunal du Consulat de commerce de Turin, Simona Cerutti explore les idéaux et les débats sur les définitions concurrentes d'une « justice bonne et véritable ».

  • Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne 1914-1918

    Paul Frölich

    • Science marxiste
    • 15 Avril 2014

    Paul Frölich avait conçu ce livre comme la première partie d'une oeuvre plus importante (10 Jahre Krieg und Bürgerkrieg.I. Der Krieg, « Dix ans de guerre et de guerre civile. I. La guerre »), qui aurait dû s'occuper des événements intervenus en Allemagne pendant et après la Première Guerre mondiale. Toutefois, il ne réussit à terminer que le premier volume (Der Krieg, « La guerre ») que nous présentons ici dans sa première édition française.
    Le livre s'ouvre sur les événements d'août 1914, qui représentent un tournant.
    Le capitalisme entre dans le XXe siècle ayant épuisé la phase de développement progressif des forces productives et ayant atteint le stade de l'impérialisme. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale transforme les rythmes insouciants de la Belle Époque en détonations meurtrières. Comme l'écrit Erich Maria Remarque (À l'Ouest, rien de nouveau), « une génération a été détruite par la guerre, même si elle a réussi à échapper aux obus ». Cette guerre représente le commencement dramatique de ce que Lénine appela « l'époque des guerres e des révolutions ».
    Il ne s'agit plus de guerres bourgeoises pour la formation de marchés, mais de guerres impérialistes pour le partage de marchés et du monde tout entier en sphères d'influence. La lutte de la Bosnie pour son indépendance de l'Autriche, qui constitue le casus belli, ne change pas le caractère essentiellement impérialiste de la guerre. L'impuissance de la bourgeoisie à résoudre les causes de l'instabilité et les conflits de l'époque impérialiste est démontrée par le fait que l'effondrement des deux Empires - l'Ottoman, et l'Austro-hongrois - a ouvert, au carrefour entre Europe, Asie, Afrique, un arc de crise encore existant, allant des Balkans jusqu'au Moyen-Orient.
    Remarque avait raison : la destruction n'a pas été exclusivement physique. Le conflit emporte comme un ouragan les classes exploitées. D'autant plus que, en quelques jours à peine, l'édifice politique que les travailleurs avaient construit avec leurs luttes, grâce aux efforts et aux sacrifices de beaucoup - l'Internationale socialiste - a fondu comme neige au soleil. Après les grands discours, les affirmations solennelles et les ordres du jour, la plupart des partis socialistes se rangent du côté de leurs bourgeoisies respectives, allant jusqu'à théoriser que l'Internationale doit être considérée comme un instrument pour les périodes de paix, et « suspendue » en temps de guerre.
    C'est la plus flagrante trahison des aspirations de la classe ouvrière. Selon certaines sources, Lénine lui-même, à l'annonce du vote en faveur des crédits de guerre par la social-démocratie allemande - jusque là point de repère de l'ensemble du prolétariat européen - aurait exprimé son étonnement et son incrédulité. Un grand rendez-vous historique est manqué. Le désarroi des masses est énorme. Les courants internationalistes restent isolés et dans l'impossibilité de renverser la situation. À l'exception de la Russie.
    En effet, « quelque chose de nouveau » entre en scène « à l'est ». La Révolution d'octobre et les épisodes de fraternisation entre les troupes sur le front oriental deviennent l'exemple à suivre. Ce n'est pas un hasard. L'exception russe était due à la rupture précoce de Lénine et des bolcheviks d'avec les réformistes. Son analyse de l'impérialisme, du social-impérialisme et ses bases sociales dans l'aristocratie ouvrière - corrompue par les miettes de superprofits - explique la dynamique objective de la trahison social-démocrate. Le retard de la rupture avec les réformistes empêche les internationalistes allemands et de l'Europe de l'ouest de suivre l'exemple russe.
    La révolution reste isolée. Sur le côté oriental, elle accélère objectivement le développement de l'Asie, en amorçant les luttes de libération nationale dans les pays arriérés. Sur le côté occidental, elle ne trouve pas l'alliance naturelle avec le prolétariat le plus important et le plus avancé politiquement du monde : le prolétariat allemand. Pour cette raison, en Occident, la révolution doit reculer devant une contre-révolution interne qui, malheureusement, en vole traîtreusement le langage, les symboles et les drapeaux : le stalinisme. Pendant des décennies, le capitalisme d'État oriental se présente comme socialisme voire comme communisme. Mais finalement l'histoire a réclamé des comptes.
    La « rupture du maillon le plus faible de la chaîne impérialiste » se réfère à l'immense « crise de déséquilibre » représentée par une super-structure encore tsariste du développement capitaliste en Russie. En effet, la social-démocratie n'a même pas essayé de limer le maillon le plus fort, le maillon allemand ; au contraire, elle l'a renforcé, en déployant le prolétariat aux côtés de sa propre bourgeoisie. C'est là l'échec historique du réformisme, un échec qui n'admet pas d'appel.
    La question historique et politique centrale demeure la trahison de la social-démocratie en 1914. Comment cela a pu se produire ? Quelles en ont été les conditions ? Quelle la dynamique ? Comment peut-elle justifier sa trahison devant les masses ? C'est en répondant à ces questions que le travail de Paul Frölich prend toute son épaisseur.
    Internationaliste, connu pour sa superbe biographie de Rosa Luxemburg, Frölich nous offre une chronique politique autant sévère que documentée de ces événements.
    Depuis les causes de la guerre (l'impérialisme, le colonialisme, le militarisme) et les positions internationalistes et antimilitaristes de la IIe Internationale, jusqu'au « triomphe de la folie » déclenché le 28 juin 1914, à Sarajevo, par l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône autrichien, par les nationalistes bosniaques.
    De la social-démocratie impériale du 4 août (date du premier vote au Reichstag sur les crédits de guerre), à la paix sociale imposée grâce aux syndicats et à la suspension des lois de protection des travailleurs. Sur ce terrain, les dirigeants sociaux-démocrates vont même au-delà des requêtes du patronat, allant jusqu'à abolir les célébrations du Premier mai.
    Depuis les luttes de classe qui ont eu lieu en dépit de tout cela, au courage de Karl Liebknecht qui, lors du procès politique contre lui, s'érige en juge du gouvernement et de la bourgeoisie allemands. Liebknecht est condamné à quatre ans et un mois de prison et à six ans de privation des droits politiques. Une condamnation qui contribue à faire pousser des ailes aux radicaux de gauche et au groupe Spartakus, malgré l'emprisonnement à plusieurs reprises d'autres dirigeants du calibre de Rosa Luxemburg et Franz Mehring.
    On en arrive ainsi à la crise finale et aux révoltes de masse, à savoir à la débâcle politique et militaire de l'impérialisme allemand.
    Dans son travail, l'auteur ne saisit pas toujours entièrement les limites de l'action politique de la gauche social-démocrate (voir chapitre 3, l'allusion à « la grève générale politique de masse », une thèse chère à Rosa Luxemburg). Dans le même chapitre, Frölich fait référence à la « thèse erronée d'Engels » contre l'insurrection et en faveur d'une action respectueuse des lois. De toute évidence, il ne savait pas que l'introduction de 1895 d'Engels aux Luttes de classe en France de 1848 à 1850, de Marx, avait été grossièrement falsifiée par l'élimination de plusieurs morceaux, et qu'elle avait été publiée à l'époque sous cette forme domestiquée dans le Vorwärts. C'est Karl Kautsky qui avait refusé à Engels la publication du texte complet.
    Mais, dans l'ensemble, le texte de Frölich est très valable. C'est une fresque fascinante du grand drame historique dans lequel les masses anonymes, trahies et trompées, sont envoyées à l'abattoir. Un massacre que l'auteur estime à hauteur d'environ 35 millions de victimes, en comptant, dans les différents pays, la chute de la natalité, les morts au front et les victimes des famines et des difficultés de toutes sortes à l'intérieur. Nous sommes certains que, en parcourant ces pages, aujourd'hui encore, même le lecteur politiquement engagé et non dépourvu de culture historique sera pris d'étonnement, d'indignation et, peut-être, de colère. C'est bien qu'il en soit ainsi.
    La force que la social-démocratie allemande aurait pu déployer contre la guerre et contre sa propre bourgeoisie est impressionnante : des centaines de milliers de membres du Parti, quatre millions d'électeurs, 110 représentants au Parlement ainsi que de nombreux journaux ayant une large diffusion parmi le prolétariat, ce à quoi il faut encore ajouter les organisations syndicales et les coopératives. Mais Frölich documente la progressive diffusion - dès avant le déclenchement du conflit - de positions opportunistes, social-impérialistes et colonialistes au sein du Parti et parmi ses cadres syndicaux. Il en analyse aussi ponctuellement les formulations et les prétentions théoriques, souvent basées sur la « défense des intérêts nationaux ». À une époque telle que la nôtre, caractérisées par des processus de renationalisation, par le localisme et le racisme, il s'agit là d'une leçon précieuse.
    Le bruit de la campagne en faveur de la guerre est assourdissant. Les journaux surchauffent les esprits. La chasse à l'étranger est lancée. Les chants de guerre accompagnent le départ des troupes : « À chaque balle, un Russe / À chaque coup de baïonnette, un Français / À chaque coup de pied, un Britannique ! » Parmi ceux qui vocifèrent, il y a aussi de nombreux travailleurs socialistes, entraînés dans le tourbillon. Une autre leçon à retenir.
    Le chapitre sur la guerre en tant qu'« affaire » est instructif. « Business as usual », écrit Frölich au tout début du chapitre. Il explique les diverses méthodes par lesquelles « l'or était distillé à partir du sang humain ». Il documente aussi l'extraordinaire multiplication généralisée des profits, la grande arnaque financière de Daimler Motoren Werke à Stuttgart, les menaces de sabotage de cette même Daimler, les dons intéressés à la Croix-Rouge, les sociétés par actions de la bienfaisance. Parmi les autres exemples, le libéralisme commercial paradoxal et effronté de Thyssen qui, en pleine guerre, vend des boucliers à l'armée allemande à 117 reichsmarks la pièce, et à 68 reichsmarks au gouvernement néerlandais.
    Les hommes de confiance des grands industriels deviennent les conseillers des bureaux gouvernementaux. Les épisodes d'escroquerie que relate Frölich sont nombreux. Les impôts de guerre se répercutent principalement sur la consommation de masse.
    Le livre contient beaucoup d'affirmations qui font réfléchir. Rappelons-en deux.
    « Regardez le monde tel qu'il était avant la guerre, et vous verrez que c'était un monde qui était fait pour la guerre », écrit Frölich au début du texte. Il parle d'économie mondiale, de concentration du capital, de blocs de puissances, d'armements, de partage des marchés... Si l'on fait une comparaison, comment le monde d'aujourd'hui se présente-t-il ?
    « Pour nous, aujourd'hui, il est clair que les deux questions que constituaient le maintien de la paix et la révolution, n'en faisaient qu'une. Lutte contre la guerre voulait dire lutte de pouvoir contre la bourgeoisie dans tous les pays, autrement dit lutte révolutionnaire. Aujourd'hui, il est tout aussi clair pour nous que la lutte révolutionnaire présuppose certaines conditions spirituelles, morales et organisationnelles. » Et encore : « Le désarmement était une utopie. À tout moment, il était possible d'en contourner les effets en créant de nouveaux moyens de guerre. » La critique de Frölich à l'égard des positions de Karl Kautsky est ponctuelle. Ce dernier imaginait un capitalisme sans l'impérialisme et sans politique de puissance. Une lutte véritable pour la paix et contre le militarisme n'est possible qu'à la condition d'être une lutte contre le capitalisme.
    En conclusion de son livre, Frölich affirme qu'il ne voit pas la paix dans l'avenir de l'Europe : « Certains États se sont effondrés. Sous les ruines de la guerre mondiale gisent les cendres des vieilles monarchies. Le monde a été partagé de manière différente. La France se considère comme la première puissance du continent européen, les États-Unis comme la première puissance du monde. Certains États impérialistes ont été détrônés. Les colonies ont fait un grand pas en avant sur la voie de leur libération. L'Allemagne et l'Autriche sont devenues elles-mêmes des colonies. ... Les peuples se sont laissés entraîner au massacre de masse dans le but de renverser le militarisme allemand qui menaçait tout le monde. Ce but "élevé" est atteint, et le monde, plus sinistre que jamais, regorge d'armements. Avant la guerre, les armées comptaient sept millions d'hommes ; elles en comptent onze millions après la guerre. ... On dit que ce sera la dernière guerre. La Société des Nations existe désormais. Les tribunaux d'arbitrage sont mis à contribution. Les peuples sont unis sur le papier par de sacro-saints traités qui n'engagent à rien. En vue de la prochaine guerre, les techniciens et les chimistes se mettent au travail et les États s'arment. ... Et pourtant ! La bourgeoisie s'est elle-même porté le coup le plus terrible en déclarant cette guerre. Dans l'immense empire de l'Est, la classe de l'avenir a déjà triomphé. Les vieilles puissances capitalistes sont grosses de la révolution. Et si aujourd'hui la bourgeoisie, dix ans après ce maudit 4 août, cherche encore une fois à prêcher la conciliation des classes en vue de l'extermination des peuples, alors retentira le cri de Karl Liebknecht, répété par des millions de voix : Contre la guerre, révolution! » Les choses ne sont pas allées comme Frölich l'espérait. L'erreur de 1914-1918, sous d'autres formes, a déjà été répétée en 1939-1945. Elle ne doit plus se répéter. Voilà pourquoi elle doit être connue.

  • ATLAS DE POCHE ; atlas de poche d'hématologie

    , , ,

    • Medecine sciences publications
    • 25 Novembre 2013

    Discipline transversale, l'hématologie dispose de nombreuses techniques diagnostiques qui se sont largement diversifiées ces dernières années. Le diagnostic morphologique constitue désormais le pivot de la méthode d'orientation permettant ainsi de mieux sélectionner les techniques ou les marqueurs les plus appropriés.

    Après une première partie consacrée à la physiologie et à la physiopathologie des cellules sanguines, aux techniques d'examen, aux valeurs normales et aux différentes étapes du diagnostic en hématologie, sont abordées les cellules sanguines et médullaires normales. Les affections hématologiques, quel qu'en soit le type, sont ensuite traitées, pour enfin se consacrer aux ganglions et à l'étude du matériel obtenu par ponction d'un organe.

    Abondamment illustrée, cette troisième édition revue et augmentée prend en compte la nouvelle classification de l'OMS ainsi que les récentes techniques diagnostiques.

    Guide indispensable pour la démarche du diagnostic hématologique, cet ouvrage s'adresse aux étudiants et aux internes en hématologie, ainsi qu'aux hématologues, techniciens et biologistes des laboratoires d'analyses médicales auxquels il permettra de faire le point sur tout ce qu'il est nécessaire de connaître dans cette spécialité.

empty