Presses De Sciences Po

  • L'économie morale des élites dirigeantes

    Pierre Lascoumes

    • Presses de sciences po
    • 17 Février 2022

    L'actualité judiciaire récente et celle des mois à venir (HSBC, Fillon, Cahuzac, Bolloré, Ghosn ou Sarkozy) le confirment si besoin : les transgressions des élites sont monnaie courante. Leur pérennité dans le monde politique et économique suscite des indignations aussi régulières que passagères.
    Pierre Lascoumes montre que des facteurs structuraux expliquent cet état de fait. Les élites ont développé une économie morale singulière, à l'écart des normes sociales. Détentrices du pouvoir, elles énoncent des règles générales mais usent de l'autorégulation pour ce qui les concerne. Si nécessaire, un vaste répertoire de justification relativise leurs fautes intentionnelles. Enfin, la faiblesse des sanctions institutionnelles, en particulier judiciaires, assure la robustesse de ce système.

  • Les raisons de la défiance

    Luc Rouban

    • Presses de sciences po
    • 6 Janvier 2022

    La défiance politique est une spécificité française. Les politistes en mesurent l'extension et l'intensité depuis des années. Mais comment l'expliquer ?
    Dans cet essai incisif, Luc Rouban recherche les raisons de la défiance. Analysant les enquêtes du baromètre de la confiance politique, il montre qu'elle trouve sa source dans la question de la reconnaissance sociale et s'épanouit sur les fragilités de la société française. Un nouveau rapport au politique se fait jour où la tentation autoritaire est forte. Car la défiance n'est pas l'indifférence. Ce n'est pas non plus la déception face à des politiques publiques inefficaces ou coûteuses. C'est l'idée que le système politique n'a rien à offrir de bon, qu'il est perverti et mensonger.

  • L'économie féministe

    Hélène Périvier

    • Presses de sciences po
    • 22 Octobre 2020

    La science économique a été pensée par des hommes, pour être au service d'une société dirigée par des hommes. Elle est aussi la science sociale la moins féminisée : les femmes représentent à peine un quart des économistes. "Je suis une économiste féministe" , affirme Hélène Périvier. En levant le voile sur l'apparente neutralité des concepts et des analyses de cette discipline, elle met au jour les ressorts d'une organisation sociale issue du modèle patriarcal, centrée sur Monsieur Gagnepain, tandis que Madame Aufoyer est devenue Madame Gagnemiettes.
    L'économie féministe, parce qu'elle renouvelle les thèmes et les approches de la discipline, déploie des savoirs et des outils pour atteindre l'égalité des sexes.

  • La stratégie du non-problème ou comment éviter que la politique s'en mêle

    Emmanuel Henry

    • Presses de sciences po
    • 16 Septembre 2021

    Comment comprendre que certains problèmes comme la pollution des sols ou l'apparition de cancers professionnels restent durablement invisibles ? Pourquoi les décideurs publics ne les prennent-ils pas en charge avant qu'un énorme scandale ne rende incontournable d'y apporter des réponses politiques ?
    Le sociologue Emmanuel Henry, s'appuyant sur plusieurs affaires, montre que les lobbyistes de l'industrie déploient de véritables stratégies pour extraire du débat public les sujets qui seraient les plus préjudiciables à leur activité. Il s'agit de produire de façon consciente et systématique de l'ignorance.

  • Le droit est un puissant outil de transformation sociale. En France, le droit de l'égalité des sexes (en particulier au travail) a déjà une longue histoire dans les textes juridiques. Celui de la nondiscrimination est beaucoup plus récent. C'est par le truchement du droit européen et du droit international des droits de l'homme qu'il s'est peu à peu développé.
    Issu de cette double tradition, ce droit français de la nondiscrimination fondé sur le genre s'est inspiré du contentieux syndical pour combattre les discriminations systémiques.
    Marie Mercat-Bruns montre comment ce modèle singulier permet de penser une lutte contre les discriminations fondées sur d'autres motifs d'exclusion dans l'emploi (race, âge, handicap, notamment). Et qu'il peut défendre, au-delà de l'égalité formelle, une société de l'inclusion

  • Une agriculture sans agriculteur Nouv.

    Une agriculture sans agriculteur

    ,

    • Presses de sciences po
    • 22 Septembre 2022

    Avec La fin des paysans, Henri Mendras avait décrit à la fois l'exode rural et la mutation du paysan vers l'agriculteur. Le paysan est mort ? Vive le chef d'exploitation sur une ferme familiale et mécanisée. Tel a été, depuis les années 1960, le projet politique de nos campagnes. Qu'en est-il aujourd'hui ? Pourquoi ce malêtre des agriculteurs ?
    Bertrand Hervieu et François Purseigle montrent ce modèle agricole s'est peu à peu effacé. En 2020, le chef d'exploitation ne représente plus qu'1,6% de la population active. La production est assurée de plus en plus par des salariés ou des sous-traitants, encadrés par des firmes. Dans les espaces ruraux, les agriculteurs, devenus minoritaires, ne portent plus leur vision du territoire.

empty