Parole Et Silence

  • Les homélies quotidiennes du Pape lors de la messe à la maison Sainte-Marthe, chaque matin, illustrent à merveille le style du nouveau pape et sa capacité à se faire comprendre par des personnes de tous horizons.
    Un langage simple, direct, familier. Un contenu qui interpelle la conscience et le coeur de chacun en répondant aux souffrances et à l'aspiration de recherche intérieure de l'homme contemporain.
    Des métaphores, des images capables de toucher ceux qui les écoutent en les ramenant au concret du quotidien de leur vie.
    Loin d'une présentation théorique des vérités de la foi, le pape François propose au jour le jour le mystère chrétien dans sa manifestation pratique et éminemment personnel.
    Ce petit ouvrage rassemble les homélies quotidiennes du pape François, prononcées dans la chapelle de la maison Sainte Marthe (où il a décidé de résider), du 22 avril 2020 au 17 mai 2020 en pleine pandémie .
    Avec un style simple et ouvert, le message et la solidarité du pape François sont d'un enthousiasme contagieux.

  • «?Quand nous expérimentons la force de l'amour de Dieu, quand nous reconnaissons sa présence de Père dans notre vie personnelle et communautaire, il nous est impossible de ne pas annoncer et partager ce que nous avons vu et entendu. La relation de Jésus avec ses disciples, son humanité qui se révèle à nous dans le mystère de l'incarnation, dans son Évangile et dans sa Pâque nous font voir jusqu'à quel point Dieu aime notre humanité et fait siennes nos joies et nos souffrances, nos désirs et nos angoisses. Tout dans le Christ nous rappelle que le monde dans lequel nous vivons et son besoin de rédemption ne lui sont pas étrangers et nous invite également à nous sentir partie active de cette mission : « Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les » (Mt 22, 9)?».

    Ce livre rassemble les textes du Pape François sur la Mission : les messages pour les journées mondiales des missions et trois chapitres de l'exhortation apostolique Evangelii gaudium sur l'évangélisation.

  • «?La conversion écologique nous fait voir l'harmonie générale, le lien entre tout : tout est lié, tout est en relation. Dans nos sociétés humaines, nous avons perdu ce sens du lien humain. Je parle de cette relation fondamentale qui crée l'harmonie humaine. Souvent nous avons perdu le sens des racines, de l'appartenance. Quand un peuple perd le sens des racines, il perd sa propre identité. Il y a l'appartenance à une tradition, à une humanité, à un mode de vie... C'est pourquoi il est très important aujourd'hui de prendre soin des racines de notre appartenance, pour que les fruits soient bons.?».

    Ce livre regroupe les différentes interventions du pape François à propos de la conversion écologique.

  • «?Crise sanitaire, crise économique, sociale et même ecclésiale qui a frappé aveuglément le monde entier : la crise a cessé d'être un lieu commun des discours et de l'establishment intellectuel pour devenir une réalité partagée par tous. Ce fléau est une mise à l'épreuve qui n'est pas indifférente et, en même temps, une grande occasion de nous convertir et de retrouver une authenticité?».

    «?La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités. À la faveur de la tempête, est tombé le maquillage des stéréotypes avec lequel nous cachions nos «ego» toujours préoccupés de leur image ; et reste manifeste, encore une fois, cette appartenance commune (bénie), à laquelle nous ne pouvons pas nous soustraire : le fait d'être frères?».

  • Huit ans après son élection, le Pape François a écrit une nouvelle encyclique, qui représente le point de confluence d'une grande partie de son magistère. La fraternité fut le premier thème que François évoqua au moment de commencer son pontificat, quand il a incliné la tête devant les gens rassemblés sur la place Saint-Pierre. Là, il a défini la relation entre l'évêque et le peuple comme un « chemin de fraternité » et exprima ce désir : « Prions toujours pour nous : l'un pour l'autre. Prions pour le monde entier afin qu'advienne une grande fraternité ».

    Le titre est une citation directe des Admonitions de saint François : Fratelli tutti. Or, cela indique une fraternité qui s'étend non seulement aux êtres humains mais aussi immédiatement à la terre, en pleine harmonie avec l'autre encyclique du Pape, Laudato si.

    Antonio Spadaro

  • Ce livre regroupe les catéchèses du pape François sur le NOTRE PERE (5 décembre 2018/ 22 mai 2019) et celles sur la PRIERE (6 mai 2020/...).
    «Jésus priait comme priait chaque homme». Il priait avec intensité et notamment avec les Psaumes, «la prière des Juifs, celle que sa maman lui avait enseignée». Jésus «n'est pas jaloux de son intimité avec le Père», a expliqué le pontife : «Il est précisément venu pour nous introduire dans cette relation avec le Père». C'est ainsi que du temps de son ministère public, le Seigneur était le «maître de prière de ses disciples».
    C'est pourquoi, les chrétiens devraient demander au Seigneur de leur apprendre à prier aujourd'hui encore, et spécialement pendant le temps de l'Avent. Même «si nous prions depuis de nombreuses années, nous devons toujours apprendre». A l'inverse des pharisiens orgueilleux, qui aiment être regardés lorsqu'ils prient mais faisaient semblant, le premier pas pour aller vers le Père est d'être humble, a encore souligné le pontife. Car «la prière humble est écoutée par le Seigneur».

  • Ce livre regroupe les principes homélies de Joseph Ratzinger - Benoit XVI sur la résurrection.
    "Jésus est ressuscité et ne meurt plus. Il a enfoncé la porte vers une vie nouvelle qui ne connaît plus ni maladie ni mort. Il a pris l'homme en Dieu lui-même. « La chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu » avait dit Paul dans la Première Lettre aux Corinthiens (15, 50)". 7 avril 2012.
    "Nous sommes libres. Par la résurrection de Jésus, l'amour s'est manifesté plus fort que la mort, plus fort que le mal. L'amour l'a fait descendre et il est en même temps la force par laquelle il est monté; la force par laquelle il nous porte avec lui. Unis à son amour, portés sur les ailes de son amour, comme des personnes qui aiment, nous descendons avec lui dans les ténèbres du monde, en sachant que nous montons aussi avec lui. Seigneur, montre aujourd'hui encore que l'amour est plus fort que la haine; qu'il est plus fort que la mort. Descends aussi dans les nuits et dans les enfers de notre temps et prends par la main ceux qui attendent. Conduis-les à la lumière !
    Sois aussi avec moi dans mes nuits obscures et conduis-moi au-dehors ! Aide-moi, aide-nous à descendre avec toi dans l'obscurité de ceux qui sont dans l'attente, qui crient des profondeurs vers toi ! Aide-nous à les conduire à ta lumière ! Aide-nous à parvenir au «oui» de l'amour, qui nous fait descendre et qui, précisément ainsi, nous fait monter également avec toi ! Amen". 7 avril 2006.

  • En dehors des temps de prière, d'étude, de réunion, l'agenda d'un prêtre exorciste est rempli d'une suite de rendez-vous, précédés en général d'un premier entretien assuré par un prêtre de paroisse ou un membre du service diocésain. Une vraie rencontre est toujours inédite et imprévisible. À plus forte raison lorsque la personne, avec une confiance touchante, vous donne accès à son histoire personnelle et à ses combats intimes. Mais parfois l'imprévu prend une autre forme. Quelqu'un qui n'était pas invité est au rendez-vous. Un troisième, un tiers manifeste sa présence et prend la parole (prendre est le mot). Oui, le monde démoniaque est un monde réel. Devant cette réalité, on oscille entre aveuglement et fascination. On devrait plutôt exercer vigilance et résistance.

    C'est dans cet esprit que ce livre est écrit. On peut le lire comme un recueil de chroniques, dans les deux sens du terme : à la fois récits et commentaires personnels. Ou comme un témoignage, composé de brefs chapitres, à partir de choses vues et entendues. On trouverait dans l'histoire de l'Église et dans la vie des saints bien d'autres récits, plus impressionnants et plus significatifs. Mais ces exorcismes ordinaires vécus par un exorciste ordinaire peuvent apporter une information, susciter une réflexion, ouvrir des horizons.

  • Le livre du prophète Osée n'est pas sans ressemblance avec le Cantique des Cantiques. Il décrit, avec le symbole de l'amour conjugal, la fidélité de Dieu pour son peuple infidèle. Le sujet de fond : l'histoire d'Israël, non dans son déroulement extérieur, mais dans sa réalité profonde. Les points de repères historiques ne sont donc pas très précis.

    À la différence du Cantique des Cantique où seule la bien-aimée cherche, dans le livre d'Osée, le Seigneur cherche son peuple alors que son peuple ne le cherche pas. Dieu aime Israël, et dans les chapitres 4 à 14, chaque fois que le Seigneur prend la parole, c'est pour parler de son peuple ; Israël monopolise sa pensée et il n'a que lui à la bouche. Comment quelqu'un qui aime pourrait-il penser à autre chose qu'à l'être aimé ?

    Comment quelqu'un pourrait-il ne pas partager son amour ? Mais seul celui qui aime le Seigneur, peut être sur la même longueur d'onde que lui ; et c'est le cas du prophète dont la pensée s'harmonise spontanément avec celle de son Dieu.

  • Cet ouvrage voudrait être un instrument d'étude, pour une meilleure connaissance du concile Vatican II. Les seize textes conciliaires ne sont pas seulement analysés et commentés, mais présentés dans une histoire longue. Leur élaboration ne commence pas, comme on pourrait le penser, seulement à l'acte de convocation du concile, mais elle s'inscrit dans l'histoire de la théologie elle-même, le terreau où les documents vont pouvoir s'enraciner. De même, il est important de rappeler quels ont été leurs premiers fruits, dans les années qui ont suivi la clôture du concile, des années qui ont représenté à la fois une mise en application des textes mais qui ont comporté aussi divers développements.
    Son originalité est de présenter, pour chaque texte conciliaire, l'arrière-plan du texte dans l'histoire de la théologie et de la pastorale, un historique de la rédaction du texte, un commentaire de celui-ci, et une large évocation des prolongements que ce texte a connus dans les décennies suivant le concile.
    Il est le fruit d'un cours professé à la Faculté de théologie de Lyon, s'adresse aux séminaristes, prêtres, religieux, laïcs engagés dans des études ou souhaitant tout simplement connaître davantage le concile Vatican II. Il voudrait les aider à renouveler leur regard sur lui pour qu'il continue à porter du fruit pour la vie de l'Église et du monde.

  • Quand vint le temps de raconter des histoires à mes petits-enfants, il me sembla que, parmi celles qu'ils devaient absolument connaître, il y avait quantité de pages hautes en couleur de la Bible. Je me suis donc mis - en veillant à retenir leur attention, et en m'efforçant de ne rien cacher - à leur résumer tous les récits, en commençant par le début, c'est-à-dire la Création, et en pariant que les événements serviraient au moins à cadrer les contenus de cette littérature si touffue... L'aventure a duré jusqu'à l'été suivant, et même au-delà. Entretemps, leur arrière-grand-mère a manifesté le désir d'avoir elle aussi droit à ces histoires. Bien qu'elle fût fervente et « engagée », elle appartient à une génération où l'on ne recevait de la Bible que de rares morceaux...
    Puis mon épouse, nos amis, nos enfants, leurs conjoints ont aussi tenu à lire ces pages et à les commenter. C'est donc une Histoire Sainte destinée à quatre générations que l'on trouvera ici, renouant avec la tradition de la transmission orale au fil des âges. Bien entendu, il m'est régulièrement arrivé de frémir en me rendant compte de l'audace qu'il y avait à refaire une « Histoire sainte », maintenant que de savantes et belles traductions sont offertes à tous. Or ce livre illustré ne prétend pas du tout se substituer à elles. Il a pour seule ambition d'introduire à la Bible, en racontant toutes les histoires qu'elle contient - un peu de la même façon qu'autrefois les vitraux et les statues des cathédrales.
    La première édition ayant été épuisée, cette nouvelle édition réunit en un seul volume "Histoire Sainte" et "Histoire de Jésus".

  • Le judéo-christianisme si banalement décrié donne le sens du monde actuel, celui de la mondialisation. Car tous les humains, quelle que soit leur culture d'origine, y sont appelés à devenir desindividus - des individus véritables qui, réduits à leur unicité, « paient le prix », prennent des risques, renoncent à l'identité qu'ils pouvaient avoir dans le monde social. Tel est le propos de cet ouvrage.

    La I° partie voudrait montrer que tel ou tel des penseurs majeurs de la philosophie contemporaine (Kierkegaard, Marx, Nietzsche, Heidegger, Lévinas, Rosenzweig, Lacan, Foucault) apporte à chaque fois une contribution définitive à la thèse ici proposée, qui nous semble être au coeur de la philosophie aujourd'hui.

    La II° partie présente une lecture originale et imprévue des commandements du Décalogue pour y faire apparaître cette exigence d'individualité véritable. À laquelle s'opposent - vainement, car le sens de l'histoire triomphe toujours - les divers symptômes sociaux qui occupent dans le monde actuel le devant de la scène : athéisme, individualisme, pessimisme, féminisme, populisme, intégrisme, matérialisme, complotisme, égalitarisme.

  • Le marché aveugle accompagne une croissance infinie du profit, mais la terre n'est-elle pas finie ?
    Faut-il être économiste pour voir que le capitalisme se base sur une idéologie qui profite d'abord au capital ? Et assister à la destruction de la nature et à la mainmise des multinationales sur les destins de nos sociétés ?
    Comment provoquer un changement social comparable à celui rendu nécessaire pour lutter contre le Covid19 ?
    Le citoyen rebelle et responsable est la principale force vive qui puisse imposer un programme économique durable et amener la transition indispensable pour enfin recentrer l'économie sur l'homme et sur la nature.
    Ce livre remet l'homme et la nature au coeur du débat et le citoyen dans le rôle de celui qui en définitive décidera de la transition durable dont Il a besoin, au terme de bouleversements de nature démocratique, scientifique et politique.

  • L'Esprit Saint est pour nous en quelque sorte la « pudeur » de l'Amour divin. Il est à la fois la Personne qui dévoile à nos libertés blessées le mystère de l'Amour qu'est Dieu, et qui voile ou pondère en même temps cet Amour infini, afin de ne pas contraindre ces mêmes libertés. Ce voilement-dévoilement qui protège l'intégrité d'un mystère divin trop grand, trop beau, et en même temps attise en nos coeurs son désir, c'est la fonction de la pudeur, c'est le jeu de l'Esprit, le jeu subtil de la grâce.

    Après une analyse philosophique puis théologique de la pudeur, cette courte étude veut fonder son « appropriation » à l'Esprit-Saint dans l'Ecriture, puis à partir de cette première appropriation, remonter en quelque sorte le cours de la taxis trinitaire pour proposer une nouvelle image trinitaire : « Regard (Père) - Désir (Fils) - Pudeur (Esprit) ».

  • Ce corpus d'homélies qui trace en filigrane les trente premières années de la fondation de Rosans apportera non seulement aux familles et amis de la communauté, mais aussi au monde monastique et chrétien, un contenu riche et vivant. Pour illustrer cette courte histoire, pas d'album-souvenir, pas de chroniques ni de rétrospective, mais un recueil d'homélies des évêques qui ont présidé, comme pasteurs, aux destinées de la jeune fondation. À partir d'événements ponctuels de la vie de la communauté, leur regard de veilleur a saisi quelque chose de la réalité intérieure qui les anime et les dépasse, et leur parole de pasteur, au fil des textes proposés par la liturgie, a su mettre en évidence les ingrédients humains et spirituels qui composent un art de vivre selon la règle de saint Benoît.

    «?La vie monastique est bien une aventure dans un espace et un temps qui habitent tous les espaces et tous les temps. Ce qui fait la richesse et l'intérêt de cet ouvrage, c'est proprement ce regard croisé sur une vocation somme toute étrange et étrangère pour tant de nos contemporains. Une véritable pédagogie qui permet d'approcher le mystère de la vie monastique à travers le regard de ceux qui la côtoient sans en avoir pourtant l'expérience.?».

  • Les Béatitudes

    Pape François

    Cela fait toujours du bien de lire et de méditer les Béatitudes ! Jésus les a proclamées au cours de sa première grande prédication, au bord du lac de Galilée. Il y avait une grande foule et il est monté sur la colline, pour instruire ses disciples, c'est pourquoi cette prédication est appelée «le discours sur la montagne». Dans la Bible, la montagne est perçue comme le lieu où Dieu se révèle, et Jésus en prêchant sur la colline se présente comme le maître divin, comme le nouveau Moïse. Et que révèle-t-il ? Jésus révèle le chemin de la vie, ce chemin qu'il parcourt lui-même, plus encore, qu'il est lui-même, et il le propose comme le chemin du vrai bonheur. Pendant toute sa vie, de sa naissance dans la grotte de Bethléem jusqu'à sa mort sur la croix et sa résurrection, Jésus a incarné les Béatitudes. Toutes les promesses du Royaume de Dieu se sont accomplies en lui.

  • Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le quotidien belge Les Sports compte, parmi ses grandes plumes, un passionné de mécanique et de sports moteurs.
    Jacques Ickx, journaliste freelance de ce journal très pointu, rédige, entre 1948 et 1951, un billet quasi quotidien consacré au sport et aux sportifs, mais aussi à d'autres sujets, sous un titre générique « Tout autour de nous »

  • Loin d'une présentation abstraite des vérités de la foi, le pape François propose au jour le jour, dans ses homélies à sainte Marthe, le mystère chrétien dans sa manifestation pratique et de manière éminemment personnelle. Avec un style simple et ouvert, son message et sa solidarité sont d'un enthousiasme contagieux.
    Ce petit ouvrage recueille pour nous 365 paroles spirituelles tiréss de ses homélies quotidiennes. Des trésors à méditer en notre coeur ! En prenant quelques minutes quotidiennes avec François, c'est pour nous l'occasion de nous laisser rejoindre par Jésus qui nous a promis d'être avec nous tous les jours.

  • Discerner : ce verbe appartient au vocabulaire traditionnel de l'Église. Il résonne comme une exigence pour notre temps. Il est d'emblée associé à un engagement personnel de celui qui discerne ou aide à un discernement. Que recouvre ce verbe ? Il est souvent référé à une complexité. Quelle est-elle ? Où se situe-t-elle ? En quoi le discernement est-il rendu lui-même complexe ? Cet ouvrage commence par introduire au champ constitué par le discernement et l'acte de discerner. Puis, il propose trois études. La première, sur la première Épître de saint Jean, pose deux critères de discernement. La seconde, sur la première Épître aux Corinthiens, expose comment le discernement est, en sa source, une interprétation de l'action de l'Esprit prophétique. La dernière, sur les Apophtegmes des Pères, situe l'acte et l'art de discerner dans le cadre monastique. Enfin, avec l'exhortation apostolique Amoris laetitia du pape François, la conclusion situe le discernement dans le cadre actuel de situations complexes et difficiles et manifeste l'apport pour aujourd'hui des trois études proposées.

empty