Langue française

  • L'enfant a besoin de parents à bousculer, à aimer, de qui être aimé, à haïr et à craindre, car c'est dans ces interactions qu'il fait l'apprentissage de la vie en société. Quelles sortes de tensions, positives ou négatives, émanant des parents ou des enfants, parcourent la famille et la rendent plus forte et solide, ou, au contraire, contribuent à la désintégrer ?
    Quelles sont les conséquences sur la vie familiale de la dépression de l'un ou des parents ? Et quels sont les effets de la psychose (que celle-ci soit le fait de l'enfant ou des parents) ? Faut-il donner des conseils aux parents ? Qu'est-ce que la « maturité au bon âge » ? Et dans quelle mesure peut-on dire que « l'enfant crée la famille » ? Des textes longtemps restés inédits du célèbre pédopsychanalyste anglais pour mieux comprendre le rôle crucial joué par la famille dans le développement émotionnel de l'enfant.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Donald w.
    Winnicott (1896-1971) occupe, grâce à son originalité, à ses apports cliniques et conceptuels, une place centrale dans la psychanalyse. membre de la société britannique de psychanalyse, il consacra sa vie à l'étude du développement affectif de l'enfant et de l'adolescent.
    A l'exemple de freud, il tenta de nouer la connaissance analytique avec les notions biologiques et psychophysiologiques. en étendant ses travaux aux cas limites, " anti-sociaux " ou " psychotiques ", d.
    W. winnicott reconstruisit la dynamique de la petite enfance, plus particulièrement de la période de dépendance maternelle, livrant ainsi une théorie riche d'enseignements à la psychanalyse moderne.
    Ce compte rendu du traitement d'une petite fille, commencé alors que " piggle " avait deux ans, se poursuit pendant près de trois ans, en 16 séances " à la demande ". les notes de winnicott, auxquelles sont jointes certaines lettres des parents, fournissent au lecteur l'occasion rare d'être admis dans le cabinet de consultation pour y observer l'enfant et le thérapeute travaillant et jouant ensemble.
    Ce livre est un joyau clinique, émaillé d'exemples : fantaisies de l'enfant, jeux, langage qui éclaire l'organisation de la maladie, son évolution, le développement émotionnel. il est à la fois passionnant par ce qui s'y révèle de la pratique et de la théorie de winnicott et émouvant par la personnalité attachante de " piggle ".

  • Les textes réunis dans cet ouvrage, dont la plupart sont inédits en français, recouvrent l'ensemble de la carrière de d.
    W. winnicott (1986-1951).
    Pédiatre et psychanalyste anglais, il a consacré sa vie et son oeuvre à élaborer une théorie personnelle du développement affectif de l'enfant. il traite ici de sujets aussi divers que l'autisme, les désordres psychosomatiques, l'école, la famille, l'adoption et les illustre par de nombreuses observations. grâce à la richesse de son expérience clinique, grâce à l'éclairage que lui apporte la psychanalyse, winnicott porte un regard novateur et original sur les différents aspects du lien entre la psyché et le corps chez l'enfant.

  • L'objectif de Winnicott est de rendre confiance aux mères. De leur rappeler qu'elles possèdent un savoir naturel. Bref : si elles s'écoutent, elles feront mieux les choses que si elles apprennent (ailleurs) à les faire ! Thèmes traités dans ce recueil : la grossesse, la naissance, l'allaitement, la communication mère-enfant.

    Traduit de l'anglais par Madeleine Michelin et Lynn Rosaz.

  • Certaines personnes ne parviennent à se sentir aimées que si elles ont réussi à être haïes. C'est le cas, notamment, des patients psychotiques ou antisociaux qui « cherchent », attaquent sans cesse leur thérapeute. Pour ce dernier, le fait d'éprouver de la haine envers ces patients-là est très déstabilisant. Dans cet essai visionnaire de 1947, aussi important que La mère suffisamment bonne (plus de 30 000 exemplaires vendus en PBP), Winnicott montre que pour venir en aide à son patient, l'analyste doit paradoxalement lui rendre « haine pour haine », et donc reconnaître et tolérer sa propre haine. L'analyste se comportant, selon Winnicott, comme une mère envers ses patients, on ne sera donc par étonné d'apprendre ici qu'il existe de « bonnes » raisons pour une mère de haïr son enfant - Winnicott en dénombre même dix-sept...

  • Donald W. Winnicott (1896-1971), médecin, pédiatre et psychanalyste, occupe, du fait de l'originalité de sa pensée et de ses apports cliniques et conceptuels, une place unique dans la psychanalyse. Il fut le président, à deux reprises, de la Société britannique de Psychanalyse. Premier recueil d'articles de D. W. Wiiinicott publié en français en 1969, De la pédiatrie à la psychanalyse préfacé par le Dr Henri Sauguet, demeure l'ouvrage de base pour qui s'intéresse à son oeuvre ainsi qu'aux possibilités thérapeutiques offertes aux psychanalystes, aux pédiatres, aux travailleurs sociaux, à tous ceux, professionnels ou non, curieux de cet éclairage nouveau du psychisme. Ces trente textes de 1935 à 1963, constituent un ensemble privilégié pour suivre Winnicott dans sa longue expérience de la psychanalyse et de la psychothérapie d'enfants et d'adultes : vaste domaine d'exploration de la relation précoce mère enfant mais aussi des cas limite, antisociaux, psychotiques, pour lesquels la cure aménagée à cet effet par Winnicott rend possible la reconstruction de la période d'extrême dépendance infantile. Son indépendance d'esprit, la variété technique et conceptuelle de ses travaux, élargissant la voie frayée par Freud et approfondie par Mélanie Klein, apparaissent tout au long de ce livre essentiel.

  • Donald w.
    Winnicott (1896-1971) occupe, grâce à son originalité, à ses apports cliniques et conceptuels, une place centrale dans la psychanalyse. membre de la société britannique de psychanalyse, il consacra sa vie à l'étude du développement affectif de l'enfant et de l'adolescent.
    A l'exemple de freud, il tenta de nouer la connaissance analytique avec les notions biologiques et psychophysiologiques. en étendant ses travaux aux cas limites, " anti-sociaux " ou " psychotiques ", d.
    W. winnicott reconstruisit la dynamique de la petite enfance, plus particulièrement de la période de dépendance maternelle, livrant ainsi une théorie riche d'enseignements à la psychanalyse moderne.
    Ce recueil d'articles, écrits entre 1957 et 1963, réunit ses observations sur le développement de l'enfant et fait ressortir le rôle capital que joue l'environnement dans son évolution. l'apport original de d.
    W. winnicott réside sans aucun doute dans sa conception de cet environnement qui facilite les processus de maturation, mais qui peut avoir une importance étiologique primordiale s'il se montre défaillant ou traumatisant.

  • Winnicott, dont l'interlocuteur privilégié était l'enfant, se méfiait du langage trop savant des psychanalystes.
    Il aimait rencontrer ce qu'il appelait des "mères ordinaires" et s'adresser aux auditoires les plus variés pour traiter aussi bien de la dépression que de l'adolescence, du mur de berlin que de la pilule ou encore de la monarchie britannique.
    On trouvera dans ce volume, outre des articles parus dans des revues non spécialisées, des causeries prononcées devant des médecins ou des professeurs de mathématiques, des travailleurs sociaux ou des féministes.
    Le propos n'est pas d'enseigner mais de converser et, sans avoir l'air d'y toucher, de jeter quelque trouble dans les idées reçues de tout un chacun. pour ce faire, rien de plus efficace qu'une pensée complexe dans des mots simples : rien de plus tonique que la fraîcheur d'esprit, le paradoxe et l'humour.

  • Donald w.
    Winnicott (1896-1971) occupe, grâce à son originalité, à ses apports cliniques et conceptuels, une place centrale dans la psychanalyse. membre de la société britannique de psychanalyse, il consacra sa vie à l'étude du développement affectif de l'enfant et de l'adolescent. a l'exemple de freud, il tenta de nouer la connaissance analytique avec les notions biologiques et psychophysiologiques. en étendant ses travaux aux cas limites, " anti-sociaux " ou " psychotiques ", d.
    W. winnicott reconstruisit la dynamique de la petite enfance, plus particulièrement de la période de dépendance maternelle, livrant ainsi une théorie riche d'enseignements à la psychanalyse moderne. cet ouvrage prolonge en quelque sorte l'enfant et sa famille. comme pour ce premier recueil, il s'agit d'un ensemble de textes destinés aux parents, aux éducateurs, aux travailleurs sociaux, qui y trouveront le même type de réflexions et de conseils d'un caractère très concret.

  • Ce livre, le dernier qu'ait écrit Winnicott, prend pour point de départ l'article, devenu classique, que l'auteur a consacré aux « objets transitionnels ». Il a pour fil conducteur une conception du jeu, par quoi il faut entendre une capacité de créer un espace intermédiaire entre le dehors et le dedans, capacité qui ne s'accomplit pas dans les jeux réglés, agencés comme des fantasmes ou des rituels, mais qui se situe à l'origine de l'expérience culturelle. Il énonce enfin une théorie des lieux psychiques - une nouvelle topique - dont nous commençons à apercevoir l'originalité, par rapport aussi bien à Freud qu'à Mélanie Klein. La consultation thérapeutique et l'enfant montrait sur le vif comment opérait Winnicott, dans l'actualité de la relation. Nous découvrons, avec ce livre-ci, comment une théorie psychanalytique - cet objet transitionnel dont nous ne saurions nous passer - s'invente, se cherche et se trouve. Ce n'est pas seulement notre intelligence du discours mais notre perception du réel, de nous-même et de l'autre, qui se voient alors renouvelées.

    Ajouter au panier
    En stock
empty