Odile Jacob

  • Cahiers, journaux intimes, confessions, mémoires souvenirs " livres du moi "...
    Les écritures du moi, dans l'infinie diversité de leurs manifestations, forment un continent de la littérature européenne encore trop peu exploré - en raison même, sans doute, de son immensité.
    Aboutissement de quarante ans de réflexion sur la connaissance de soi, les Ecritures du moi constituent avec Auto-bio-graphie (second volet de Lignes de vie) à la fois une somme inégalée de l'histoire de l'autobiographie et un texte philosophique original : méditation au jour le jour, discipline de la pensée qui inlassablement approche son objet sans jamais l'épuiser....

    Georges Gusdorf est l'explorateur infatigable des littératures européennes. Il épouse la pulsation secrète des écrits de tant d'écrivains majeurs, depuis Montaigne jusqu'à Kafka ou Joyce : pensée qui n'en finit pas de se découvrir et de se recouvrir dans la quête de ce qui la produit, le Moi. Réflexion, au sens propre du terme, dialogue où parfois les rôles semblent inversés ; livre ouvert, dont les innombrables références invitent à la lecture, à la relecture, enfin à s'engager dans ce jeu de miroirs qu'est la recherche de soi.

  • Auto : le moi.
    Bio : la vie. Graphie : l'écriture. Tels sont en effet les trois axes autour desquels s'organise la matière de l'autobiographie ? genre littéraire protéiforme, aussi infiniment varié que l'est son inépuisable sujet, l'homme. Telles sont les pistes qu'explore Georges Gusdorf dans ce deuxième volet des lignes de vie, après l'enquête plus historique des Ecritures du moi. Ecrire sur soi, c'est parier sur sa propre survie et la survie de l'espèce, c'est tenter de préserver de la mort la part essentielle de son être.
    Mais de quel être s'agit-il ? Le moi insaisissable, tantôt glorifié, tantôt haï, le moi sous-tend toute vocation d'écrivain, sans jamais se révéler en entier dans l'écrit ; C'est qu'il appartient aux incertitudes de la vie, dans ses continuités et ses ruptures, ses fidélités et ses palinodies. Comme il est difficile de lui trouver une unité, et plus encore une raison d'être ! La vaste érudition de l'auteur est un guide sûr dans l'immense corpus de la littérature européenne ; sa curiosité, son mordant, son art du questionnement philosophique en font le compagnon hors pair de nos lectures.
    Amiel et Paul Valéry, Roland Barthes et saint Augustin, Goethe et Michel Leiris, pour n'en cite que quelques-uns, mêlent ici leurs traces, révélant la motivation profonde de toute entreprise autobiographique, la plus modeste comme la plus ambitieuse, la plus secrète comme la plus somptueuse : écrire sa vie, c'est lui donner un sens.

empty