• "L'auteur propose une lecture critique de Babeuf qu'il ne considère ni thermidorien ni ultra-anarchiste. En se basant sur Le Journal de la liberté de la presse et sur Le Tribun du peuple, Babeuf témoigne dans le premier de la perte de sens provoquée par le cataclysme de Thermidor et analyse le bonheur du Peuple dans le second. Il ne pose pas comme réalisé ce qui n'est qu'un horizon, mais il souligne qu'il faut se donner, vu que c'est le destin des hommes. - "

  • "La supposée révolution thermidorienne a usé son charme, son prestige, comme on disait alors ; Babeuf a parcouru un long chemin intérieur. Il a vu à l'oeuvre les « libérateurs de la tyrannie » et il sait à présent qu'il n'avait pas compris ce qui se mettait en place. L'usurpation de l'autorité constituante s'ajoute à un déni, opposé par le « million doré », c'est-à-dire les accapareurs, ceux qu'on nomme alors capitalistes, ainsi que les négociants des richesses qui sont à tous."

  • Compilation de textes provenant du journal Le Tribun du Peuple, ou le Défenseur des Droits de l'Homme, lancé le 4 septembre 1794 par le journaliste politique Gracchus Babeuf. Parfait pour commencer à découvrir cet auteur trop peu connu ! L'ouvrage de Gracchus Babeuf communément appelé Le Manifeste des Plébéiens est tiré du numéro 35 du journal Le Tribun du Peuple ou le Défenseur des Droits de l'Homme. Bien que tombé dans le domaine public, ce texte n'a aucunement été mis à la disposition de tout un chacun par la Bibliothèque nationale de France, comme cela aurait dû être le cas via le fonds en ligne Gallica. Ce précieux journal, les éditions Mille et une nuits en avaient jusqu'ici la primauté, et cette injustice m'a décidé à produire la présente édition, en l'accompagnant, pour une meilleure mise en contexte, de trois autres documents :
    - le Prospectus, qui présente la reprise d'un journal qui fut un temps Le Journal de la liberté de la presse ;
    - le fameux numéro 34, brûlot tant décrié par les ennemis de Gracchus Babeuf, pour le contenu duquel ce dernier s'est si âprement défendu dans le numéro suivant ;
    - et la Dernière lettre de Gracchus Babeuf, assassiné par la prétendue Haute Cour de Justice, à sa femme et à ses enfants, à l'approche de la mort.
    Six années seulement après la Révolution française, Gracchus Babeuf dénonçait dans son journal les usurpations, les manipulations des forces d'argent, de « l'aristocratie des agioteurs et des fripons ». Le lecteur découvrira dans ces lignes porteuses de vérités et d'espoirs une voix qui n'a pas vieilli, résolue, hardie, vivifiante.

  • écrits

    Gracchus Babeuf

    De quoi, François-Noël Babeuf, que l'histoire connaît sous le nom de « Gracchus Babeuf », né en Picardie en 1760, devenu parisien peu après 1789, condamné à mort en 1797, est-il devenu depuis deux cent douze ans, l'incarnation, le symbole ou l'annonce ? En quoi évoquer sa personne conduit-il à favoriser l'expression d'une aspiration générale au « bonheur commun », toujours présente ?
    C'est à proposer aux lecteurs le moyen d'en juger par eux-mêmes que le présent recueil des Ecrits de Babeuf est résolument consacré. Les « sources » de l'histoire personnelle et publique de Babeuf sont particulièrement nombreuses et diverses : en se laissant porter par l'émotion que suscite leur lecture, en s'interrogeant sur la signification des mots et le sens des actes dont ils indiquent la portée, la lectrice ou le lecteur d'aujourd'hui, découvrira la fécondité et la signification profonde du projet collectif de transformation sociale dont Babeuf fut, à la fois et en son époque, l'âme et le protagoniste majeur.
    Celui dont on a trop souvent dit que la pensée et l'action incarnaient une première forme historique du communisme contemporain, appartient d'abord à son temps : celui de la Révolution française. Babeuf n'eut en effet de cesse de se servir du levier de la démocratie politique et des luttes de masse qui ont fait irruption en France à partir de 1789, pour tenter d'imposer plus d'égalité et de justice sociale entre les êtres humains : en cela son message demeure actuel et parle à tous. Substantiellement introduits, commentés, annotés, référencés et remis en contexte, les Ecrits de Babeuf dont ce recueil est la quatrième réédition augmentée et complétée, tient compte des derniers travaux et des dernières recherches consacrées à l'histoire de Babeuf et de son journal, Le Tribun du peuple.

  • « Il est temps que le Peuple, foulé et assassiné, manifeste sa volonté pour que la misère elle-même soit anéantie. Qu'il proclame son Manifeste. Qu'il prouve que la démocratie est l'obligation de remplir, par ceux qui ont trop, tout ce qui manque à ceux qui n'ont point assez ! »Depuis 1793, les principes inscrits dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de l'an I sont détruits et ceux qui les défendent sont réprimés. En octobre 1795, Gracchus Babeuf (1760-1797) a compris que l'avènement du Directoire mène à la fin de la tentative démocratique, qu'il achève la trahison de la Révolution. Dans son journal Le Tribun du peuple, il revendique l'idéal d'Égalité et de « bonheur commun ». Bientôt accusé de conspiration, il sera arrêté et exécuté sur ordre du Directoire.

  • Nouveau calendrier de la République française, conforme au décret de la Convention nationale / (par Gracchus Babeuf) Date de l'édition originale : 1793 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Le tribun du peuple

    Gracchus Babeuf

    • Degorce
    • 18 Août 2016

    "Compilation de textes provenant du journal Le Tribun du Peuple, ou le Défenseur des Droits de l'Homme, lancé le 4 septembre 1794 par le journaliste politique Gracchus Babeuf. Parfait pour commencer à découvrir cet auteur trop peu connu !

    L'ouvrage de Gracchus Babeuf communément appelé Le Manifeste des Plébéiens est tiré du numéro 35 du journal Le Tribun du Peuple ou le Défenseur des Droits de l'Homme. Bien que tombé dans le domaine public, ce texte n'a aucunement été mis à la disposition de tout un chacun par la Bibliothèque nationale de France, comme cela aurait dû être le cas via le fonds en ligne Gallica. Ce précieux journal, les éditions Mille et une nuits en avaient jusqu'ici la primauté, et cette injustice m'a décidé à produire la présente édition, en l'accompagnant, pour une meilleure mise en contexte, de trois autres documents :
    - le Prospectus, qui présente la reprise d'un journal qui fut un temps Le Journal de la liberté de la presse ;
    - le fameux numéro 34, brûlot tant décrié par les ennemis de Gracchus Babeuf, pour le contenu duquel ce dernier s'est si âprement défendu dans le numéro suivant ;
    - et la Dernière lettre de Gracchus Babeuf, assassiné par la prétendue Haute Cour de Justice, à sa femme et à ses enfants, à l'approche de la mort.

    Extrait de la quatrième de couverture :

    Six années seulement après la Révolution française, Gracchus Babeuf dénonçait dans son journal les usurpations, les manipulations des forces d'argent, de « l'aristocratie des agioteurs et des fripons ». Le lecteur découvrira dans ces lignes porteuses de vérités et d'espoirs une voix qui n'a pas vieilli, résolue, hardie, vivifiante."

  • Babeuf, pendant l'épisode qui suivit la chute de Robespierre, écrivit contre les tyrans, ironisa contre les Jacobins et maudit le système de gouvernement révolutionnaire. Qu'a montré Babeuf ? Que la révolution en thermidor an 2 est loin d'être achevée ; que les riches, les ambitieux, les intrigants y ont prévalu depuis 1789 ; que la République est à fonder, qu'on est toujours en travail de liberté ; que les crimes commis résultent de la désappropriation du peuple souverain.

empty