Payot

  • " Conserve ces quelques lettres oú je réussis parfois à mettre un peu de mon âme".
    Les trois hommes qu'a le plus aimés isabelle eberhardt (1872-1904) ont suivi ce conseil, et c'est ainsi que nous sont parvenues les pages les plus saisissantes de son oeuvre. Ces lettres nous font pénétrer dans l'intimité d'un être étrange, objet de scandale et de ferveur, une femme qui, à vingt ans, parle d'elle au masculin et tourne le dos à l'europe de la belle époque pour accomplir son rêve de fusion avec le désert. Sa correspondance se lit comme le récit de son fulgurant voyage : six années d'errance imaginaire et réelle jusqu'à sa mort précoce dans les eaux d'un oued en crue.

empty