• La clé des songes existe-t-elle ? à sa mort en 1972, le célèbre psychologue paul diel laisse plus de dix mille rêves traduits selon la méthode introspective qu'il défend et, en grande partie, enregistrés sur bande magnétique lors des cours faits à ses élèves ou pendant leurs séances d'analyse personnelle.
    Jeanine solotareff, l'une de ses plus anciennes disciples, en reprend ici les plus significatifs ou originaux (par exemple l'analyse d'un rêve fait par descartes) après avoir expliqué ce qu'était la méthode de diel et donné des éléments de compréhension de la symbolique des éléments, des nombres et des couleurs.

  • Avant la formulation l'homme était saisi par les images et les histoires. La Bible, la plus formidable des histoires jamais écrite, est peuplée de personnages. Ce livres nous explique le rôle d'une douzaine d'entre eux pour la compréhension de notre délibération intime dont parle la Bible.

    Retrouver l'envie de relire la Bible avec un éclairage nouveau, simple et tellement actuel. Comprendre nos délibérations intérieures, nos combats, nos victoires et nos défaites à travers l'illustration de héros.

    Ce livre s'inscrit dans une série de douze livres qui se complètent les uns les autres, chacun traitant d'un aspect particulier. Ici l'exemplification par analogie de nos choix intimes face au sens de la vie.

  • L'originalité et la profondeur de la thérapie diélienne sont saisissables concrètement au travers de ces extraits de séances analytiques, pris sur le vif et tirés de la riche expérience professionnelle de Jeanine Solotareff. Au delà de la nécessaire réadaptation à la vie sociale et familiale, l'analyse diélienne ouvre sur la possibilité de poursuivre une évolution personnelle au long cours. Éclairants pour les praticiens désireux d'approfondir leur formation en psychanalyse, psychologie ou psychothérapie, ces témoignages contribueront aussi à enrichir la réflexion personnelle de tous ceux qui cherchent à donner un sens à leur vie.

  • Sommes-nous libres, pouvons-nous le devenir ? Sommes-nous soumis à une détermination et si oui, laquelle ? Ce questionnement a été celui de la philosophie occidentale depuis qu'elle s'est émancipée du discours théologique ; il reste ouvert plus que jamais en ce début du XXIème siècle, alors que l'être humain est à la fois intensément épris de liberté individuelle et douloureusement conscient de ce qui l'en sépare. Jeanine Solotareff apporte à ce débat la contribution originale de la psychanalyse introspective, tant sur le plan théorique grâce à une redéfinition des concepts fondamentaux, que sur le plan pratique grâce à une méthode permettant de s'affranchir progressivement des déterminantes subconscientes délétères.

  • La vie à deux

    Jeanine Solotareff

    • Rivages
    • 11 Février 2009

    A force de lire un peu partout des histoires de couples qui se brisent au bout de quelques années seulement, on en finirait presque par croire à l'impossibilité de la vie à deux. Jeanine Solotoreff montre qu'il n'en est rien : après cinquante ans de vie commune avec son mari, elle a voulu transmettre une expérience, celle d'une femme ayant appliqué à son couple la méthode introspective mise au point par Paul Diel, le père de la psychologie de la motivation. Sans tabou, mais avec émotion, humanité et sincérité, elle aborde ici tous les aspects de la vie de couple et de famille, depuis le premier regard jusqu'à la vieillesse partagée.

  • Ni entité transcendante comme le voudrait un certain spiritualisme, ni production accessoire du cortex cérébral comme l'envisagerait une vision étroitement matérialiste, l'esprit est à appréhender dans toute l'envergure de sa fonction, en tant que puissant outil au service de l'orientation essentielle de l'individu et de l'espèce humaine à la recherche du sens de la vie. C'est ce que démontre Jeanine Solotareff en proposant dans un premier temps une épistémologie fondée sur la psychanalyse introspective, dans un second temps une étude critique de quelques jalons de la pensée spiritualiste et matérialiste, pour conclure sur le rôle de l'esprit à l'oeuvre dans la créativité scientifique.

  • La pensée évolutionniste est, ou devrait être, une évidence. Pourtant, elle est mise en danger actuellement, notamment aux Etats-Unis, par les courants les plus réactionnaires. Jeanine Solotareff développe ici, à la lumière de la psychanalyse introspective, une approche de l'évolution humaine comprise dans son enracinement biologique, en permanente recherche de l'adaptation bio-psychique la plus satisfaisante possible. Une continuité se dégage alors, depuis l'investigation scientifique jusqu'à la recherche éthique du sens de la vie.

  • Le langage symbolique est l'une des plus enigmatiques productions de l'esprit humain, mais aussi l'une des plus universelles. C'est une forme d'expression présente dans toutes les civilisations et conservée par la mémoire collective à travers les siècles. Réactualisant la célèbre formule des épîtres de Paul « la lettre tue, mais l'esprit vivifie », Jeanine Solotareff démontre, à partir de l'exemple des paraboles des évangiles, que ce langage apparemment hermétique et souvent paradoxal exprime sous forme imagée les conflits intérieurs du psychisme et leurs voies de résolution. La pensée scientifique établit ainsi un rapprochement inattendu entre une formalisation ancestrale et nos préoccupations actuelles.

  • L'introspection ne peut être source de savoir qu'à condition d'être objective. Mais comment fonder cette objectivité alors que le sujet observant et le fonctionnement à observer ne font qu'un ? Cette question, analogue en apparence au principe d'incertitude de Heisenberg, a conduit plusieurs générations de théoriciens à condamner l'introspection en tant que telle, privilégiant des modes d'observation de l'humain exclusivement comportementaux, mais au prix d'une déperdition qualitative considérable. Jeanine Solotareff montre qu'il est possible de sortir de cette impasse théorique en utilisant la connaissance des lois du fonctionnement psychique pour construire une introspection guidée, méthodique, qui dans un processus systémique permet au regard intérieur de gagner progressivement en précision et en puissance.

  • L'étude de la fonction surconsciente entreprise par Jeanine Solotareff constitue un développement des découvertes de Paul Diel. Le surconscientdécouvertpar P. Diel est une modalitédu fonctionnementpsychiqueradicalementdifférente du « surmoi » freudien.
    Alors que le « surmoi », selon Freud, censure les désirs que les conventions sociales moralisantes jugent répréhensibles, le surconscient tel que le définit P. Diel est une fonction vitale qui s'inscrit dans le prolongement de toute la poussée évolutive depuis ses origines. Le surconscient assume la même fonction, chez l'être humain, que l'instinctivité chez les animaux : sauvegarder l'intégrité non seulement physique mais psychique. Certes, à la différence de l'animal incapable de déroger à ce que lui dicte son instinct, l'être humain peut refuser d'écouter l'intution surconsciente qui le pousse à s'auto-harmoniser ; mais il en subit alors les conséquences.
    Cet ouvrage apporte une connaissance clarifiée du savoir surconscient, qui se manifeste le plus souvent de façon informulée. Pour s'approprier cette lucidité « plus-que-consciente » il s'agit d'en devenir pleinement conscient. Cet ouvrage se propose de répondre ainsi au besoin le plus profond de chacun d'entre nous, celui d'une authentique harmonisation, face aux deux erreurs vitales, la vaine poursuitede désirs sans cesse multipliésou la quête écrasantede l'impossibleperfection.

  • Le problème de la liberté s'est posé sous l'angle religieux puis philosophique, avant de se poser sur un plan psychologique. Où se trouve la liberté de l'homme si Dieu est le grand maître de son destin ? L'être humain est-il libre si Dieu organise sa vie ? Dans ce cas, où se situe la liberté ? Ce problème est sans solution tant que la liberté est comprise comme l'exigence de pouvoir tout faire. Le problème se résout de lui-même si l'on comprend que Dieu est un symbole de l'insaisissable mystère de l'organisation dont tout être vivant est une manifestation, soumise à la nécessité de s'auto-organiser. Nous sommes libres au sein d'un déterminisme bienveillant et bienfaisant, ainsi que cette étude se propose de le montrer. L'authentique liberté dont nous parlons ici est la liberté de penser, qui implique l'indépendance d'un esprit libéré des conventions.

  • Cet ouvrage s'attache à une lecture, essentiellement symbolique et psychologique, du contenu de la parole de Jésus rapportée dans les Évangiles. La grille d'interprétation présentée ici, basée sur la méthode introspective de Paul Diel, nous éclaire sur les miracles, les paraboles et autres scènes narratives. Elle rend, ainsi, limpide un message qui s'adresse en réalité plus à notre sensibilité psychique qu'à notre intellect cartésien épris d'évidence tangible.

  • Comment comprendre l'évolution ? L'esprit humain ne peut prétendre découvrir d'où vient la vie, mais il se doit d'élucider les modalités de l'évolution, ne serait-ce que pour satisfaire le profond besoin de compréhension qui nous anime.
    Jeanine Solotareff se propose de montrer combien le besoin de trouver et d'accomplir le sens de la vie est partie intégrante de la nature humaine ; seule la recherche du " comment " évolutif permet d'éclairer la question éthique par excellence : " quel est le sens de la vie ? ". Or l'évolution, comme le démontre Jeanine Solotareff, dans la lignée des travaux de Paul Diel, n'est pas seulement celle, morphologique, que les biologistes se donnent comme objet d'étude : elle est aussi celle du psychisme et du monde ambiant que chaque espèce perçoit.
    Il devient alors possible de poser le problème de l'évolution sur des bases entièrement renouvelées, en prenant pour point de départ le constat de la recherche de satisfaction, poussant chaque espèce vivante à surmonter l'obstacle sous peine de disparaître. Ainsi peut être dépassé le débat stérile opposant d'une part les tenants d'un darwinisme mal compris niant toute autre dynamique que celle du hasard, d'autre part les interprétations spiritualistes et invérifiables de l'évolution, voire même le créationnisme qui nie l'évidence de la transformation des espèces.
    La recherche de satisfaction a guidé l'être vivant vers l'accès à la cpnscience de soi, assumée par l'espèce humaine. En devenant consciente d'elle-même, l'humanité - malgré ses perversions et ses abîmes - a atteint le plus haut degré d'évolution, ce qui ne signifie pas aboutissement ultime, mais bien plutôt promesse. Si l'évolution est une constante recherche de satisfaction, elle ne peut que se poursuivre et, guidés par une science du fonctionnement psychique, nous pouvons nous y associer consciemment.

  • L'être humain, issu de l'animalité par voie de différenciation-intégration, n'est plus régi par un instinct qui lui permettrait de satisfaire ses appétitions vitales, mais par un esprit conscient au service de la multitude de ses désirs. Abandonnant l'impératif de l'instinct, l'être humain se trouve devant l'instance consciente soutenue par le «surconscient», néologisme apporté par Paul Diel. Cette instance garde de l'instinct une direction orientée vers le sens de la vie, sans pour autant s'imposer de façon impérative. Ce processus, soumis à la loi de l'évolution, conduit l'esprit jusqu'à la science, en l'occurrence la science de la vie, la connaissance scientifique du fonctionnement psychique et des lois qui le régissent. La science du monde intérieur se fonde sur la connaissance du désir et de son évolution, elle favorise ainsi le développement de la conscience. Celle-ci saisit alors avec de plus en plus de précision le lien essentiel entre les deux mondes et peut proposer au conscient sa loi d'harmonie. Cette loi n'impose rien d'autre que la limitation sensée des désirs, eu égard aux limites qu'imposent tant le monde intérieur que le monde extérieur. Jeanine Solotareff, psychanalyste, a été la collaboratrice de Paul Diel pendant plus de vingt ans. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le rêve et le symbolisme s'appuyant sur le travail de ce dernier. La méthode qu'elle pratique aujourd'hui est basée sur la psychologie de la motivation, appelée méthode introspective. Elle préside l'Association de psychanalyse introspective (API).

  • L'esprit en question

    Jeanine Solotareff

    • Ellebore
    • 11 Octobre 2007

    Qu'est-ce que l'esprit ? c'est l'élément organisateur de la matière.
    Jeanine solotareff reprend cette définition établie par paul diel tout au long de son oeuvre et nous montre comment utiliser au mieux cet instrument pour résoudre les problèmes de notre vie. en évoluant, l'esprit humain, comprenant la liaison entre monde intérieur et monde extérieur, devient capable de réharmoniser leur relation. l'esprit se comprend limité par sa liaison avec la matière, incapable de sortir de l'espace-temps.
    Il ne peut pas affirmer qu'il y a un dieu, mais simplement l'imaginer, en faire le symbole de son émerveillement devant le monde. si l'être humain oublie la liaison esprit-matière - oubli que la psychanalyse introspective appelle "vanité" - l'esprit se dégrade et tombe dans l'un des deux fléaux de notre monde moderne que sont le spiritualisme et le matérialisme. mais pour avancer, l'esprit doit tenir compte de ce possible égarement, ce qui présente une difficulté certaine due à la subtilité de la vanité.
    Notre psychisme est ainsi le dialogue, ou plus souvent le conflit, entre ces deux pôles, l'esprit vain et l'esprit lucide. ce texte en deux parties est construit au fil des pages comme l'esprit lui-même. la première partie se déroule de la biogenèse de l'esprit au sens de la vie, la deuxième des erreurs de l'esprit au retour vers la lucidité à l'aide de la méthode introspective. chemin faisant, l'auteur ne craint pas de démonter certains dogmes établis par freud, dolto...
    Nous permettant ainsi d'aller toujours plus loin vers la compréhension scientifique du fonctionnement psychique, qui rejoint les conclusions du neurobiologiste antonio damasio.

  • L'investigation du psychisme débutée par Freud a été développée par Paul Diel qui mit au point une méthode introspective ouvrant sur une thérapie.
    Jeanine Solotareff nous explique en quoi celle-ci est basée sur le savoir surconscient que chacun a de soi, connaissance issue de l'instinct animal. Cette thérapie nous invite à surmonter les erreurs qui mettent en danger notre psychisme, erreurs mises au jour par le surconscient au travers de signaux comme la vanité, la culpabilité, l'accusation de l'autre, la plainte sur soi... (appelées fausses motivations).
    En comprenant les lois du fonctionnement psychique, l'analysé devient apte à repérer les éléments contradictoires qui meublent son monde intérieur. Il se libère peu à peu des faux motifs (intentions erronées) qui régentaient sa vie et retrouve peu à peu l'énergie perdue dans le refoulement subconscient de ses erreurs. Si la solution du conflit intérieur n'est pas trouvée au cours de la journée, la délibération continue sous forme de rêve qui sera alors " traduit " par cette méthode rigoureuse que détient le praticien averti.
    L'analyse diélienne est directive du fait qu'elle ne craint pas de mettre en évidence les erreurs que commet le patient et le mène ainsi vers le sens de la vie. L'auteur illustre et enrichit son propos par l'exposé de nombreux dialogues analytiques tenus avec des patients rencontrés au cours de sa carrière.

  • Ce livre se propose de montrer l'importance de la capacité introspective dans la vie humaine et ses manifestations dans toutes les acquisitions évolutives de l'humanité, aussi bien civilisatrices que culturelles - dont la production des mythes et des systèmes philosophiques.
    Mais l'étape de l'hominisation est menacée par un danger inhérent à l'introspection : son mésusage conduisant à l'introspection morbide, terme connu de chacun mais mal défini. La psychologie des profondeurs aboutit, avec l'ouvre de Paul Diel, à l'élaboration d'une méthode capable de guider l'introspection personnelle et de s'opposer ainsi à l'introspection morbide, déviation responsable tant de l'angoisse individuelle que de l'angoisse sociale.
    Cet ouvrage, d'une part rend compte de ces différents points en s'appuyant sur l'ensemble des écrits de Paul Diel, et d'autre part décrit et explicite la méthode introspective jusque dans ses détails. Elle permet de développer la lucidité de l'homme concernant son monde intérieur, de déployer au mieux ses capacités essentielles et d'accroître ainsi son plaisir de vivre. Jeanine Solotareff a publié chez Payot Le symbolisme dans les rêves.

  • À partir de textes rédigés par Paul Diel, Jeanine Solotareff poursuit la traduction psychologique du symbolisme dans l'évangile de Jean, verset par verset. En résulte un éclairage réciproque de la raison et de la religiosité qui, au lieu de s'opposer jusqu'à l'absurde, se renforcent mutuellement. C'est le message de Jésus dans son intégralité - sa foi dans le sens de la vie -, exprimé dans le symbolisme de ses actes et de ses discours, qui est ici restitué.

empty