• « La vérité, c'est vrai, j'mens pas, ou sinon que je meure ici et main'nant ! Akarbi la vérité, mon frère! » De « crier doucement » à « zbouba » en passant par « claouis », ce petit livre reprend et explique les expressions du parler pied-noir, à la fois simple, gouailleur, et d'une furieuse tendance à l'exagération. S'y dévoilent les origines multiples (française, arabe, espagnole, italienne, maltaise) qui l'ont façonné. Cette nouvelle édition a été complètement revue et augmentée.

  • Un homme - Jean. Et son chien. Une maison des marais. Ou plutôt des barthes, ces prairies humides qui bordent l'Adour. L'ombre tutélaire du grand-père disparu. Le grand initiateur et son aigle royal. Un souvenir - celui de Marie, la femme-renarde qui faisait corps avec Jean dans ses chasses furtives. Un braconnier taiseux et complice de l'amitié des oiseaux. Une ville trop grande, trop loin des prés. Un grenier vide et une histoire qui tente de trouver ses racines dans les marais. La montagne basque. La quête d'un grand chevreuil dans la forêt landaise. Des images fortes.

  • Un anti-guide par excellence !
    N'allez pas chercher dans ce livre : les meilleurs itinéraires de randonnée, les meilleures adresses classées par ordre décroissant selon vos finances, ou bien les astuces pour guérir toutes sortes de piqûres de serpents ou d'insectes. En revanche, vous y trouverez 26 villages élus par le bon goût de Léon Mazzella ; et plus sûrement encore, un moment littéraire d'une exceptionnelle intensité.

    «Un village pyrénéen ne se conçoit pas, dans l'esprit de celui qui va le décrire, s'il ne transmet pas un formidable émoi en apparaissant. C'est ce choc initial qui a gouverné le voyage, d'Est en Ouest et du Nord au Sud, de l'Atlantique à la Méditerranée, en France et en Espagne, muni d'un carnet et d'un stylo. Ce fut une chasse aux sensations, aux lumières, aux rencontres, une chasse au regard surtout, parmi les paysages du silence salutaire.» «Il y a là bien des villages où on aimerait vivre - ne serait-ce qu'un moment - après avoir lu votre livre. Je ne peux guère vous faire, je crois, de meilleur compliment.» Julien Gracq (extrait d'une lettre à l'auteur)

  • Dictionnaire chic du vin

    Léon Mazzella

    • Ecriture
    • 16 Septembre 2015

    Fillette, Barrique, Cuisse, Vin de messe, Piquette, Terroir, Pourriture noble, Mastroquet, Phylloxéra, Monocépage, Syrah, Mathusalem, Bouturage, Blondin (Antoine), De Gaulle, Part des anges, Lacryma Christi. : le vocabulaire de la vigne et du vin est à la fois connu de tous et mieux gardé qu'un secret.
    Lexique sérieux et drôle à la fois, ce Dictionnaire chic du vin a pour ambition de remettre en bouche toutes les évocations littéraires et artistiques, ces souvenirs de partage et d'amitié qui sont indissociables d'un bon verre de vin. À vocation plus intime et personnelle que scientifique, il se veut l'apanage d'un certain hédonisme, qui rappelle à chaque page que boire est d'abord un plaisir et par conséquent une joie.
    De « Ballon » (le verre), à « Pinard », « Pétrus » ou « Tanin », de « Chasse-Spleen » à « Queue de pelle », Léon Mazzella partage son plaisir de la dégustation dans ce « dico chic » et sensible qui fait l'éloge (raisonnable et raisonné) du « sang de la vigne ». Santé !

  • Journaliste et écrivain, léon mazzella a notamment publié les bonheurs de l'aube et flamenca aux éditions de la table ronde.

  • Le Sud-Ouest

    Léon Mazzella

    Le Sud-Ouest est un continent de sensibilités, un océan d'impressions, une forêt d'émotions, un pays de plaisirs, où un peuple de gens heureux ne s'arrache qu'à regret de sa terre maternelle - comme on le dit d'une langue. De la Charente à l'Espagne, de l'Atlantique aux pics les plus hauts des Pyrénées, le Sud-Ouest est une planète aux contours souples, une carte du Tendre que chacun dessine à sa guise. Pays de cocagne - c'est entendu -, espace où il fait si bon vivre que l'évoquer seulement exprime le bonheur insolent, le Sud-Ouest nous est ici raconté par un amoureux fou de son pays, n'aimant rien comme le décrire pour le faire goûter. Léon Mazzella, viscéralement ancré en Gascogne, est le chantre d'une région dont il connaît chaque couleur, parfum, musique, regard, sourire, pavé, brin d'herbe, vague, rayon de soleil, oiseau, mets. De A comme Adour, fleuve d'amour, à Z comme Zugarramurdi, village de sorcières, en passant par Armagnac, Bordeaux, Chocolatine, Jambon, Palombe, Rugby, Saint-Jean-de-Luz et Surf, voici le dictionnaire secret d'un guide-écrivain qui ouvre grand les portes de la maison Générosité. Le Sud-Ouest vu par Léon Mazzella est le bréviaire du quart le plus épicurien de l'Hexagone. C'est un lexique de charme qui nous apprend, dans la joie, à parler le Sud-Ouest comme on tutoie l'art de vivre. Avec chaleur et en partage. Faites passer !

  • " Je suis hanté par les aubes.
    J'éprouve ce supplément de vie dans une cabane landaise, à bord d'un bateau de pêche, dans la forêt alsacienne, un hôtel en Bretagne, sur la lagune à Venise, au cours de la feria de Pampelune, ou du nouvel an à Cuba... A la fin de la nuit, je marche sur un sentier des Pyrénées, me régale d'un riz aux écrevisses, fume un havane, retrouve les plages de la Côte basque. Notre vie est faite de dons et d'échanges avec l'aube.
    Après, c'est trop tard. "

  • Flamenca

    Léon Mazzella

    Tétouan, Séville, Sanlucar de Barrameda, Socoa, Oran, l'île de Procida, et plus loin encore Sanaa...
    De l'Algérie au Yémen, en passant par l'Espagne, le Pays basque et le golfe de Naples, des patios aux oliveraies et aux déserts, des bateaux de pêche aux ferias mêlant chevaux et toros, des brûlures du soleil aux bars de nuit, voici le roman de tous les Sud, de leurs chaleurs, couleurs, senteurs, excès, mystères, et sensualités à travers l'amour fou de deux êtres. Juive aux racines andalouses, Orabuena chante et danse.
    Marin de Méditerranée, Alberto se tait et la regarde. Tous deux, s'aimant comme il n'est pas permis de s'aimer, embarquent sur le radeau de leur passion Esther et Naphtali, leurs enfants. Entre l'inconsolable perte du père et l'héroïque lutte de la mère contre et cangrejo, ils connaîtront l'impossibilité d'être heureux pour avoir goûté un trop écrasant bonheur. Car il ne saurait y avoir de plus grande tragédie que celle qui se déroule sous l'éclatante lumière flamenca.

  • C'est un ouvrage impressionniste tant dans l'écriture, la photographie, que dans la mise en page.
    Un ouvrage qui est avant tout l'expression d'un art de vivre empreint à la fois de liberté et de discrétion que la ville d'Anglet cultive avec force.


    Anglet, la naturelle, réunit à la fois l'océan et la forêt, le fleuve et les collines verdoyantes. C'est une « ville jardin » où il fait bon vivre. Elle vit au rythme des éléments, de la mer, du soleil et du vent, de la contemplation de l'infini et du sport.
    Anglet, la dynamique, riche de ses étudiants et de ses entreprises innovantes est en mouvement vers l'avenir.

  • "La nuit est encore sombre lorsque je l'aperçois. La grande tour se cache au milieu des chênes. Mais pas question d'y monter pour l'instant. Nous déambulons dans ces longs couloirs qui mènent vers les pins pour installer les derniers appeaux. Le soleil matinal commence à percer entre les arbres encore perdus dans la brume et reflète des ombres en mouvement, des ombres ailées. Elles sont là.
    C'est à cet instant, gravé dans ma mémoire, qu'est née ma passion pour ce bel oiseau. Octobre et ses longues attentes dans des cabanes cachées au milieu des bois, les yeux rivés vers le ciel, guettant l'arrivée des palombes. L'automne prend alors une couleur toute particulière et se pare de son plus beau manteau bleu." (Cyrille Vidal)

  • D'aucuns s'imaginent un océan tantôt vert, tantôt beige, des pins et du sable, en marge du vrai, le bleu, qui borde un département singulier en traçant une ligne droite comme une échasse. Or, les Landes sont protéiformes, chatoyantes, vallonnées, sinueuses, sensuelles... Le velours côtelé des vignes ici, des champs de maïs ronds comme des planètes là. Des villages rassemblés, un habitat épars avec de temps à autre un airial qui troue une forêt forte, bien que malmenée par les tempêtes. Landes, les sentiers du ciel, ce sont des arènes, des champs de kiwis, l'embouchure d'un port de pêche, des plages désertes, des lacs géants, des étangs mystérieux et des marais. Une géographie d'esthète se dessine sous nous yeux, grâce au talent du photographe landais Frédérick Vézia, qui saisit la calligraphie naturelle de cette sublime région et nous donne à voir les Landes comme on ne les a encore jamais vues. Léon Mazzela, journaliste et écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur cette région chère à son coeur et à ses bottes, a signé pour l'occasion des textes empreints de poésie, celle qui s'impose naturellement à lui devant cette terre aux mille promesses.

  • Ces lacs n'ont d'artificiel que le nom. Car il y a longtemps qu'ils sont pour le montagnard ou le pêcheur un but de randonnée. Quand on est parvenu là-haut, c'est l'idée de nature qui s'impose. Et le barrage se fait lac. S'il fallait trouver un dénominateur commun à ce livre-album, ce serait l'eau. L'eau qui alimente les barrages, les turbines. Eau matière première des exploitants, mais eau motrice de l'aquarelliste. Philippe Lhez nous offre une série d'oeuvres originales et inédites dont la montagne et les lacs sont les motifs délicats. Brumes matinales, reflets irisés, pierriers arides ou vallées engourdies : ce sont les Pyrénées intimes et sublimes qui vous donnent rendez-vous dans cet album grand format, au fil des textes de Léon Mazzella. Lui connaît le bruit de nos pas sur la terre gelée, la patience du pêcheur à la mouche, la grandeur des monts alentour. Son point commun avec Philippe Lhez ? Tous deux partent d'une page blanche. L'écrivain la remplit de ses mots vrais. Le peintre est économe de ses couleurs pour que le blanc de la feuille soit la lumière de l'oeuvre. Le résultat est un livre unique, où la beauté des lieux est transcendée par le travail des auteurs.

  • Dax

    ,

    • Privat
    • 13 Septembre 2012

    Dax, ville du Sud, ville de fêtes, ville de sports, de loisirs, de santé, de convivialité, est aussi une ville du bien-être dans le Sud-Ouest. Dax est aussi célèbre pour ses thermes que pour sa féria, ses arènes que son stade de rugby, ses courses landaises ou ses corridas, sa fontaine chaude et son marché qui voit toutes les Landes affluer avec ses bons produits. Dax est protéiforme, symbole de liesse et de savoir-vivre, de décontraction et de sourire. Dax aime l'autre qui le lui rend bien. Ici, on entre sans frapper et on trinque à l'amour de la vie. Dax est une cité qui ne se donne pas des airs, puisqu'elle a en elle tous les atouts pour en distribuer aux quatre coins de la Gascogne. Dax flirte avec Bordeaux au Nord, avec le Pays basque et l'Espagne au Sud, elle sent les embruns atlantiques à l'Ouest et les pins et l'eau douce des lacs alentour. Dax est un concentré d'amour de la terre, de la mer, de la fête et du bien-être. Une synthèse capitale.

empty