• Un animal peut-il sourire?? Bien sûr, ou plus exactement... c'est parce que nous sommes nous-mêmes des animaux que nous pouvons le faire?! Cette inversion des rôles signe notre rapport à la diversité du vivant. Nous prétendons la dominer. En réalité nous la comprenons mal, nous la maltraitons et nous nous mettons en danger.
    Le pangolin est le symbole malheureux de cette relation à la nature?: braconné par centaines de milliers depuis de nombreuses années pour sa viande et ses écailles, il ne préoccupe les médias que brièvement, au moment de son implication hypothétique dans la Covid-19. Plus près de nous, les alter ego du pangolin - renards ou blaireaux - sont également décimés, alors qu'ils jouent un rôle important dans le contrôle de plusieurs maladies.
    La biodiversité attend que nous la comprenions enfin pour ce qu'elle est?: une puissante et immense source de vie en perpétuelle évolution qui garantit le maintien du vivant sur Terre. En la fragilisant par nos exactions, nous menaçons nos cultures, nos élevages ou notre santé. Philippe Grandcolas appelle à mieux la connaître pour mieux la respecter, à l'aube d'une crise d'extinction mondiale.

  • Le vivant a d'innombrables facettes qui sont prises en compte par le concept de diversité biologique (biodiversité). Ne s'attacher qu'aux mécanismes ou processus généraux qui seraient communs à un grand nombre d'espèces véhicule une pensée réductionniste qui ne permet pas de répondre aux questions d'évolution, d'adaptation et de changement environnementaux.

    Il faut donc réinvestir la pensée de la diversité en biologie et comprendre que la biologie comparative et la systématique offrent des clés pour interpréter l'origine et la fonction de chaque mécanisme. Plus encore, comparer des organismes pour comprendre leur évolution et leur fonctionnement nous amène à explorer les écosystèmes et les biomes et à étendre nos connaissances en simple matière de référencement de l'existant.

    Systématique et exploration du vivant montre que la science doit s'emparer de l'étude des parties inconnues du vivant et examine ces thématiques indispensables pour affronter les grandes crises environnementales actuelles.

  • Biodiversité et évolution traite de la dualité du vivant qui, bien qu'il se reproduise et transmette ses caractéristiques d'ancêtre à descendant, change malgré tout. Avec, entre autres, une introduction historique et épistémologique et une analyse critique de l'époque Anthropocène, il analyse la biodiversité et l'évolution des organismes au niveau moléculaire.

    Au-delà de l'amélioration de nos connaissances, cet ouvrage présente l'étude de ces deux domaines comme une précieuse école d'éthique. En effet, confrontés à d'autres organismes, les hommes relativisent leurs états et leurs comportements ; face aux changements évolutifs, ils comprennent que rien n'est immuable ; enfin, au regard des conséquences de leurs actions sur l'environnement, peut-être apprennent-ils de tous ces effets de rétroaction qui les affectent directement.

  • The Mémoires du Muséum publish the eighth volume of the series Zoologia Neocaledonica, dealing with the study of the fauna of New Caledonia, one of the «hot spots» of biodiversity in the Southern hemisphere. More than ever, the study of biodiversity in this megadiverse island is a current question. On the one hand, a growing number of molecular phylogenies bring crucial information about the origin and the evolution of local biodiversity. On the other hand, this biodiversity is more and more threatened by multiple landscape uses ant it deleterious consequences. In this context, systematic studies like those of Zoologia Neocaledonica are strongly needed as both a background and a primary source of knowledge, invaluable for evolutionary studies and land management policies.
    This volume comprises 19 contributions on Lizards, Fishes and diverses Insects, with the description of many speces to Science, taking into account more than one hundred taxa from New Caledonia.

empty