Chine

  • 24 heures dans la Chine ancienne

    Yijie Zhuang

    • Payot
    • 13 Avril 2022
  • Histoire de la Chine ancienne et impériale

    Damien Chaussende

    • Que sais-je ?
    • 16 Mars 2022

    La Chine n'est pas qu'un pays : c'est un monde en soi, qui plonge ses racines dans une histoire trois fois millénaire.

    En huit chapitres chronologiques, Damien Chaussende retrace cette histoire, de la naissance de l'écriture vers 1200 avant Jésus-Christ jusqu'à la chute de l'empire des Qing en 1912. Il présente pour chacune des grandes périodes l'essentiel du cadre événementiel et ce qu'il faut en retenir pour comprendre une culture riche et foisonnante. Il fait en outre la part belle à de multiples anecdotes historiques, aux personnages et aux grandes oeuvres qui forment le bagage culturel de tout un chacun dans la Chine d'aujourd'hui.

    Véritable petit guide, il sera utile aux amoureux de la Chine, aux étudiants et apprentis sinologues et à tous ceux qui souhaitent découvrir les grands jalons de l'empire du Milieu avant son entrée dans la modernité du XXe siècle.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Il était une fois la Chine

    José Frèches

    • Xo
    • 18 Octobre 2018

    José Frèches, écrivain et conteur passionné du « pays du milieu », nous raconte l'extraordinaire histoire de la chine, ses beautés, ses mystères.
    Comment comprendre la chine d'aujourd'hui sans tenir compte de son passé immémorial ? L'héritage culturel d'un Chinois du XXIe siècle tire son origine de cette civilisation ancienne de plus de 4500 ans.
    Récits de la vie quotidienne, légendes et anecdotes insolites... Dans cette nouvelle édition actualisée, José Frèches établit un pont entre nos deux mondes, nous transmettant avec enthousiasme son exceptionnelle connaissance de la Chine. Parce que nous avons tous envie de connaître la place qu'occupera ce pays immense et fascinant demain dans notre vie.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Rouage essentiel du nouvel ordre mondial, la Chine ne peut se comprendre sans son histoire sociale, intellectuelle et politique. oeuvre d'une vie, résultat de cinquante années de recherches et référence indépassable, le livre de John Fairbank déploie le long récit de « l'empire du milieu » des cultures paléolithiques à nos jours.

    Scrutant les origines d'une civilisation vieille de 4 000 ans, l'auteur donne les clés de lecture d'une culture toujours fantasmée, pour le meilleur et pour le pire, par les Occidentaux. Il fallait la hauteur de vue et tout le talent de conteur de John Fairbank pour éclairer les tendances à long terme et les réalités contemporaines qui façonneront le futur de la Chine et celui du reste de la planète.

  • La Chine et le monde musulman représentent aujourd'hui environ la moitié de l'humanité. L'histoire de leurs relations est ancienne. Elles sont à l'origine de constructions impériales et de phénomènes d'acculturation qui ont façonné l'Eurasie et le Moyen-Orient. Leurs échanges se développent aux XIIIe et XIVe siècles sous l'impulsion de dynasties mongoles. Le choc de la modernité européenne a modifié les rapports de force, mais il n'a pas été suivi d'une démocratisation ou d'une occidentalisation de ces sociétés. De puissantes résistances s'y opposent. Atavismes ou traditions politiques réinventées semblent légitimer l'adhésion à des valeurs communes et des gouvernances autoritaires. En réalité, chaque acteur fait preuve d'un inépuisable pragmatisme avec des moyens de pression qui vont de la guérilla aux leviers idéologiques les plus divers.

  • Alors que la Chine attire aujourd'hui tous les regards, Mobo Gao pose une question décisive : comment notre connaissance et notre compréhension occidentales de la Chine sont-elles construites ? Selon quel point de vue, quels jugements de valeurs implicites ou grille de lecture, l'image que nous avons de la Chine est-elle forgée ? S'inspirant des travaux d'Édouard Saïd sur l'orientalisme, Gao aborde 11 thèmes historiques ou culturels fondamentaux pour comprendre la Chine d'aujourd'hui et nous livres des explications stimulantes propres à désaxer notre regard et dévoiler une Chine paradoxale car elle-même animée d'intenses débats. L'auteur n'hésite pas à aborder de front des questions propices à de vives controverses, mais avec sérénité et rigueur intellectuelle. Par-là il met au jour les partis pris politiques et les cadres conceptuels inavoués des commentateurs de la Chines, aussi bien de droite que de gauche.

  • Politiquement affaibli après l'échec du Grand bond en avant et la grande famine qui l'a suivi (1958-1962), Mao Zedong lance en 1966 la « Grande Révolution culturelle prolétarienne ». Pendant qu'il élimine un à un tous ses compagnons d'armes et successeurs potentiels, il pousse la jeunesse à l'assaut de la bureaucratie civile et militaire : les « gardes rouges », appelés à « renverser ciel et terre », sèment le chaos dans le pays de 1966 à 1968. Mais les choses échappent à son contrôle et, pour garder l'Armée de son côté, il doit bientôt lâcher les jeunes rebelles. Du sommet de l'État aux couches populaires, le pays est alors au bord de la guerre civile. La Révolution culturelle ne prendra fin qu'avec le décès de Mao Zedong, en 1976, après avoir fait des millions de victimes. Nombre de dirigeants actuels ont été marqués, souvent durement, par cette tragédie.

    C'est aussi le cas de Yang Jisheng, étudiant à Pékin de 1966 jusqu'à la fin 1967, qui a participé aux débuts de cette période sanglante. Son livre est à la fois une narration inédite, minutieuse et précise des événements - y compris ceux que le récit officiel occulte - et une analyse menée avec une perception intime, une connaissance historique et une distance assez exceptionnelles. Il resitue ces événements dans leur contexte jusqu'à la victoire finale des réalistes sur les idéologues, sans laquelle ni l'ouverture de la Chine à partir de 1978, ni son décollage économique spectaculaire, n'auraient pu avoir lieu.

    Ce livre, publié à Hong Kong en 2016, reste interdit en Chine.

  • La République de Chine ; histoire générale de la Chine (1912-1949)

    Xavier Paulès

    • Belles lettres
    • 20 Septembre 2019

    La période républicaine (1912- 1949) est généralement appréhendée comme un interrègne entre la chute de l'Empire et l'avènement de la République populaire de Chine, avec comme fil rouge l'affrontement entre le Guomindang et le Parti communiste chinois. Cette interprétation est pourtant aujourd'hui largement dépassée. Tout d'abord, le parti communiste fondé en 1921, 11 ans après le début de la période républicaine, doit encore attendre 5 années pour cesser d'être un insignifiant groupuscule d'intellectuels. Le PCC ne devient un acteur de tout premier plan que très tardivement, aux alentours de 1944. Sa victoire en 1949 se place dans un concours de circonstances particulièrement heureux, en particulier durant les opérations de la guerre sino-japonaise de 1937 à 1945 et s'explique avant tout par les erreurs commises par le Guomindang et son leader Jiang Jieshi (Chiang Kaï-shek). Certes, il ne fait aucun doute que le parti communiste a su éviter l'anéantissement à au moins deux reprises (1927 et 1935- 36), s'affirmer, s'organiser, se doter d'une stratégie et d'une doctrine cohérentes sous la tutelle d'un leader à la fois charismatique et redoutablement efficace : Mao Zedong.
    Il n'est cependant plus question de traiter la période républicaine comme l'épopée révolutionnaire du Parti et donc de donner à ce dernier une importance disproportionnée. En lieu et place de cette grille de lecture, tend à s'imposer depuis une vingtaine d'années une interprétation privilégiant le concept de modernisation. Celle-ci s'inscrit dans une chronologie beaucoup plus large que la période républicaine, allant, en Chine, des guerres de l'opium à nos jours.

  • La République populaire de Chine

    Gilles Guiheux

    • Belles lettres
    • 8 Juin 2018

    L'Histoire générale de la Chine, série de dix volumes illustrés, allie rigueur scientifique et plaisir de la lecture, et constitue à ce jour la plus importante synthèse jamais publiée sur la civilisation chinoise.
    Des chapitres chronologiques exposent, en début de volume, les grands jalons de l'histoire politique et institutionnelle de la période traitée. Ils sont suivis de sections thématiques (administration, vie quotidienne, religion, littérature, économie, etc.) soigneusement choisies en vue d'une véritable initiation du lecteur. L'ensemble est enrichi de nombreuses illustrations, de cartes en couleur, d'une chronologie, de diverses annexes et d'un index complet.
    LA RÉPUBLIQUE

  • Histoire de la Chine

    René Grousset

    • Payot
    • 22 Février 2017

    Toute histoire de la Chine est aussi une histoire de la civilisation chinoise. Au fil des millénaires, les Chinois ont entretenu des rapports étroits avec un grand nombre de peuples. Huns, Turcs, Mongols, bouddhistes, musulmans, chrétiens, tous ont contribué à faire de la civilisation chinoise ce qu'elle est devenue. Certes, la Chine a tout absorbé, tout sinisé. Il n'en demeure pas moins que faire l'histoire de cette civilisation implique qu'on puisse analyser un à un les éléments extraordinairement nombreux et variés qui la constituent.
    René Grousset fut l'un des rares érudits capables de produire cette grande histoire de la Chine.

  • La Chine en dix mots

    Yu Hua

    • Actes sud
    • 6 Novembre 2013

    Clairvoyant, lucide, tendre, parfois ironique, toujours dénué de complaisance nationaliste, tel est le regard de l'auteur de Brothers sur son pays. Témoin d'un demi-siècle d'histoire chinoise, Yu Hua propose une analyse sociale pertinente et courageuse de la face cachée du miracle chinois. Et livre, en filigrane, le chemin d'un écrivain et de son oeuvre.

  • La chine en guerre

    Jean Levi

    • Arkhe
    • 19 Octobre 2018

    À l'ombre de la Grande muraille, un peuple en armes veille sur des frontières qui s'étirent sur des dizaines de milliers de kilomètres. Entre le XVIe siècle et le IIIe siècle av. J.-C., la Chine multiplie les conquêtes et étend peu à peu son immense empire. Comment une telle prouesse a-t-elle été possible ? C'est ce que nous dévoile Jean Lévi, qui dresse le portrait d'une Chine en guerre, depuis les premières sociétés guerrières jusqu'aux royaumes combattants.
    Mobilisant des centaines de milliers d'hommes, les armées chinoises développent alors une véritable science de l'intendance, de la topographie et de la manoeuvre. Pour nourrir ces bouches, armer ces bras et protéger ces torses, pourvoir à l'acheminement des vivres et des équipements, l'État guerrier et la société civile en viennent à fusionner, prémisse d'une nouvelle forme de bureaucratie totalitaire.
    Parallèlement, une pensée originale de l'art du combat émerge, dont Sun Tzu est l'illustre représentant. Celle-ci interroge la légitimité de la guerre, jugée profondément « immorale » dans son essence, rejoignant ainsi des préoccupations étonnement modernes.
    Plans de batailles, équipement militaire, tactique, entraînement, chaîne de commandement, découvrez les racines des pratiques martiales et de la pensée stratégique de l'Empire du milieu.

  • Dictionnaire amoureux ; de la Chine

    José Frèches

    • Plon
    • 5 Décembre 2013

    Complexe, incongrue, millénaire, « baroque » à bien des égards, la Chine déroute autant qu'elle fascine. Depuis des millénaires, son peuple très aimable a toujours réussi à s'organiser pour éviter le chaos qui guette toujours les sociétés surpeuplées. Aujourd'hui, la Chine est double : chinoise et capitaliste ; douce et rude ; généreuse et vorace ; Yin et Yang, comme il se doit. Le pire y côtoie le meilleur, comme partout, mais plus encore que partout car tout, en Chine, est hors normes, à l'aune du nombre de ses habitants. C'est ce continent en cours de transformation, écartelé entre le poids de son immense passé et les promesses d'un futur guidé par sa puissance économique et l'émergence de sa classe moyenne, que José Frèches entend faire aimer à son lecteur en lui racontant « sa » Chine. Nourri de références historiques, mais également d'anecdotes vécues, son récit se veut avant tout drôle et sincère, guidé par la tendre ironie avec laquelle il a toujours abordé la Chine. Entre 1972, date de son premier voyage et aujourd'hui, la Chine s'est beaucoup plus transformée qu'au cours des quelque cinq mille ans qui séparent la fondation du premier Etat chinois de l'arrivée des communistes au pouvoir.

  • Yan Lan a grandi dans la proximité des hommes les plus puissants de la Chine, de Zhou Enlai à Deng Xiaoping... Son grand-père, Yan Baohang, d'abord compagnon de route du nationaliste Chiang Kai-shek, épouse la cause communiste et sera agent secret pendant la Seconde Guerre mondiale. Son père, Yan Mingfu, diplomate, interprète personnel de Mao pour le russe, est le seul témoin vivant des discussions entre Mao et les dirigeants soviétiques.
    Mais la Révolution culturelle fait basculer la vie des Yan. Lan a neuf ans quand, un soir, les Gardes rouges font irruption dans l'appartement familial. Son grand-père est jeté en prison et meurt sept mois plus tard. Son père croupira dans une cellule pendant sept ans et demi. Sa mère, Wu Keliang, diplomate, accusée d'être issue d'une famille de contre-révolutionnaires, est reléguée dans un camp de rééducation par le travail où elle passera cinq ans avec sa fille.

    En retraçant la vie des siens, Yan Lan fait revivre un siècle d'histoire chinoise, du dernier empereur à aujourd'hui, en passant par la Révolution culturelle où vient se fracasser son enfance. Comme rarement, le lecteur pénètre les arcanes d'un système devenu fou qui décimera une grande partie de l'élite intellectuelle, économique et politique du pays. Pourtant la Chine s'est relevée, et l'histoire des Yan après la mort de Mao est celle du réveil chinois.

    La petite fille broyée par la Révolution culturelle est devenue l'une des femmes d'affaires les plus actives de son pays. La saga des Yan se poursuit, en écho avec les évolutions de la Chine contemporaine.

  • Les Chinois

    Alain Wang

    • Tallandier
    • 3 Mai 2018

    Pour comprendre le fonctionnement, l'originalité et le pragmatisme de la mentalité des Chinois, Alain Wang analyse les événements politiques, sociaux et culturels passés et contemporains dans ce pays hors norme qui a le pouvoir de transformer le monde.

    Quarante ans après la mort de Mao, la vie des Chinois a profondément changé : de grandes métropoles modernes ont surgi le long du littoral ; des autoroutes et un réseau de trains à grande vitesse quadrillent désormais le territoire et ont levé les freins d'une migration de la population, à l'origine d'un essor industriel exceptionnel ; le boom des nouvelles technologies de l'information bouleverse le quotidien ; la fin de la politique de limitation des naissances a entraîné une véritable révolution des moeurs pour les jeunes chinois qui se libèrent aujourd'hui du carcan familial confucéen. Mais la montée en puissance globale de la Chine cache une société inégalitaire où les multimillionnaires et la classe moyenne côtoient un milliard de paysans et d'ouvriers. Confrontée à des mouvements de protestation d'une société civile inquiète des problèmes environnementaux engendrés par une hyper croissance économique mal contrôlée, la cinquième génération de dirigeants communistes trouvera-t-elle un nouveau souffle pour poursuivre le développement du pays, relever le défi de la démocratisationet réaliser la promesse d'une "prospérité relative" ?

  • Ce deuxième volume commence avec l'âge des divisions, une période de guerre civile et d'invasions étrangères, en passant par l'âge d'or de la grande dynastie des Tang - à l'époque le plus puissant empire du monde - jusqu'à son effondrement ultime. Cette même période fût celle de la diffusion de nouvelles idées et religions, comme le bouddhisme ou l'école des mystères, et l'avènement de l'aristocratie chinoise et de sa culture.

  • L'histoire de la Chine en BD comprend 4 volumes. Avec humour et un graphisme lisible et créatif, cette excellente série offre un panorama de l'histoire de la Chine, des origines au début de l'ère moderne, tant du point de vue des événements que de la culture. Grâce au talent de l'auteur, et son sens de la synthèse, nous arrivons à comprendre, en nous divertissant, l'histoire tumultueuse de la Chine, ses dynasties, ses guerres, son économie, sa philosophie.
    La série s'adresse à tous ceux qui s'intéressent à la Chine, adolescents comme adultes.

  • La Chine est omniprésente. Après ses marchandises, ce sont ses services qui vont être proposés en masse aux consommateurs européens.
    Nos technologies de pointe sont déjà la cible de ses investissements. Et c'est aujourd'hui toute l'Europe qui est sous influence au moyen de réseaux visant nos décideurs politiques, hauts fonctionnaires, intermédiaires d'affaires, universitaires , tous attirés par l'eldorado chinois.

    Ce livre est né des défis que pose la Chine de Xi Jinping aux Européens.
    Il cerne avec précision la menace qu'elle fait peser sur l'Europe, notamment en privilégiant des relations bilatérales avec chaque pays, et montre que, si l'Union européenne est désormais plus réaliste, elle doit passer à la vitesse supérieure. Un impératif qui suppose qu'elle sache identifier ses intérêts fondamentaux et fasse les bons choix d'alliance.

  • Les sept traités de l'art militaire de la Chine ancienne

    Collectif

    • Guy tredaniel
    • 11 Décembre 2018

    Cet ouvrage rassemble sept des textes militaires les plus célèbres de la Chine ancienne. Soulignée par L'Art de la guerre de Sun Tzu, cette nouvelle traduction met en lumière plusieurs textes qui témoignent d'une compréhension de la stratégie et de la guerre qui a encore de l'importance des millénaires après leur publication originale.

    Chacun de ces textes présente une compréhension orientale unique de la guerre qui met l'accent sur la vitesse et la furtivité plutôt que sur la force brute. A partir du XIe siècle après J.-C., ces textes devinrent une lecture obligatoire pour les officiers chinois.

  • « Comment Mathusalem a-t-il pu atteindre l'âge très respectable de 969 ans ? Pourquoi un roi de Birmanie du xive siècle a-t-il été tué à cause de son amour pour les concombres ? Comment Mao Zedong a-t-il voulu écraser les moustiques avec des ouvrages ancestraux ? Vieille de plusieurs millénaires ou de quelques décennies, l'histoire nous fascine. Elle nous aide à comprendre le présent et elle éclaire l'actualité : tout ce dont traitent les journaux a une profondeur historique et fait écho à des événements passés. Ainsi, la visite du souverain pontife en Afrique permet de rappeler qu'il y a déjà eu trois papes africains, une grève des universités remémore une colère estudiantine au Moyen Âge, la rivalité entre la France et la Russie est l'occasion de se souvenir d'un ambassadeur du roi Louis XV qui a voulu renverser le tsar.
    Procès de cochon, condamnation de cadavre, délires d'inventeur, sacrifices pour la liberté, empereur amoureux ou tyran sanguinaire, le passé nous offre de belles histoires à raconter. En voici quelques-unes réunies dans un joyeux méli-mélo, de la lointaine Antiquité aux temps présents. » Au fil des pages, malicieusement illustrées, on s'instruit et on sourit. On se penche sur ce qu'on a appris (ou pas), sur ce dont on se souvient (ou pas), sur ce qu'on aurait aimé savoir (ou ignorer) sur l'histoire du monde et de la France.

  • Le tour de Chine en 80 ans

    Jacques Pimpaneau

    • Insomniaque
    • 9 Mars 2017

    Inspiré des Pièces de vieillesse de Rossini, cet ouvrage aurait pu s'appeler « Chine de vieillesse », la Chine étant le pays auquel Jacques Pimpaneau a consacré la plus grande partie de son existence. Ni autobiographie, ni livre d'érudition, l'ouvrage est le récit d'un parcours, commencé par l'étude du chinois à Paris et un séjour à l'Université de Péking à la fin des années 1950, pour aboutir à ce qui reste important pour l'auteur, ce qu'il a retenu de la culture chinoise après avoir tout oublié. Outre les anecdotes et réflexions dont regorge ce livre, y sont aussi évoqués les écrivains et les artistes qu'il a connus - ceux qui ont marqué son regard sur la Chine et à qui il doit de n'avoir été ni maoïste ni sinologue, mais simplement, d'après nombre de ses anciens étudiants, un professeur excentrique, pour qui « les différences entre les cultures sont bien moindres que celles qui existent partout entre classes sociales ».

  • Accomplir une révolution prolétarienne dans un pays où la classe ouvrière ne constitue qu'une faible minorité, c'est cette gageure que soutinrent en ces années 1920 le petit Parti communiste chinois et derrière lui la Comintern, majorité stalinienne et opposition trotskiste confondues. Partant de ce constat, Stephen Smith retrace le parcours du PCC depuis sa fondation jusqu'à son effondrement provisoire en avril 1927, sous les coups de son allié Chiang Kaï-shek, le chef de l'armée du Guomindang.

    Historien du travail, l'auteur de Pétrograd rouge décrit les rapports entretenus par les communistes avec les ouvriers, accordant une attention particulière aux liens de toute sorte (selon l'origine régionale, le métier, les affiliations aux sociétés secrètes, le clientélisme, etc.) qui entravaient leur organisation dans la grande métropole chinoise. Il s'intéresse aussi à l'action des mafias, actives en matière de marchandage ouvrier, troupes de choc du patronat, ainsi que de Chiang, lors du massacre des communistes, décrit avec quelques exagérations par Malraux dans sa Condition humaine. Porteur d'une grande valeur documentaire, le livre retrace les efforts du Parti pour mener les grèves, fonder des syndicats et se préparer à prendre le pouvoir. Mais cela, il ne le fera que plus tard, appuyé cette fois sur la paysannerie.

  • L'oeuvre d'Arif Dirlik (1940-2017), historien américain d'origine turque fera date dans les études chinoises. En abordant la le monde chinois par la mondialisation, il sort d'un exceptionnalisme culturel suspect pour envisager le pays dans une globalisation néolibérale dont il est devenu un acteur majeur.
    Des origines occidentales du mot « Chine », à la relation de la Chine à la modernité, et aux enjeux soulevés par l'écriture de l'histoire dans un pays de vieille culture historienne, jusqu'aux aléas du succès chinois des théories postmodernes, postcoloniales, la sélection de textes présentée ici permet de découvrir pour la première fois en français cette logique imparable qui lie l'histoire, le langage et la politique dans une longue et fructueuse carrière.

  • Depuis les années 1990, sévit, dans les cercles du pouvoir et certains courants de pensée chinois, un anti-occidentalisme interprété ici comme l'expression d'un nationalisme rétrograde, ou encore comme un refus de la démocratie dont l'Occident serait le parangon ; mais quelle que soit sa part de vérité, cette vision assez réductrice en dit aussi long sur la sinophobie sévissant dans l'Hexagone depuis que la page de ferveur maoïste a été refermée à la fin des années 1970. En effet, la distanciation, voire l'hostilité chinoise à l'égard de « l'Occident » recouvrent une grande variété d'attitudes, allant du nationalisme, de fait, le plus étriqué et xénophobe à une émancipation du surmoi occidental qui surplombe l'histoire intellectuelle chinoise depuis plus d'un siècle : en un mot, il s'agit d'un phénomène intellectuel beaucoup plus complexe que ce que son apparence binaire, opposant la Chine à l'Occident, laisse a priori penser.

empty