La femme qui se cognait dans les portes

Traduit de l'ANGLAIS (IRLANDE) par ISABELLE D. PHILIPPE

À propos

Un de ces sujets qu'il faut aborder avec précaution, en évitant le pathos. Sans se priver d'un humour discret, Roddy Doyle évite cette facilité. Il crée un fort portrait de femme et dit l'horreur avec un réalisme mesuré. Le Monde C'est avec un mélange d'humour - irlandais, bien sûr - et de cruauté que Roddy Doyle prend la voix de Paula Spencer, une Dublinoise dont la vie conjugale a été ponctuée de raclées, de dents cassées et de côtes brisées, alcoolique au surplus et par voie de conséquence. Mais qui reste digne et persiste à prétendre, à l'hôpital, après chaque dérouillée, qu'elle s'est cognée dans la porte .
Un roman nécessaire, magistral, dans lequel Roddy Doyle réussit le tour de force de trouver - lui, un homme - le ton juste pour dire : Moi, Paula, trente-neuf ans, femme battue...


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Roddy Doyle

  • Traducteur

    ISABELLE D. PHILIPPE

  • Éditeur

    Robert Laffont

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    21/02/2019

  • Collection

    Pavillons Poche

  • EAN

    9782221239940

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    330 Pages

  • Longueur

    18.2 cm

  • Largeur

    12.2 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    216 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Roddy Doyle

Né à Dublin en 1958, Roddy Doyle est l'un des écrivains majeurs de la littérature irlandaise contemporaine. Il est l'auteur de la célèbre trilogie de Barrytown - The Commitments, The Snapper, The Van - (collection « Pavillons », 1996, « Pavillons poche », 2009), portée à l'écran par Alan Parker (1991) et Stephen Frears (1993), ainsi que de Paddy Clarke Ha ! Ha ! Ha ! (1993, lauréat du Booker Prize).

empty