Medua ; nausica

À propos

Dans Médua, le narrateur, poète reconnu en quête autant de repos que d'inspiration, est en villégiature sur la côte belge. Un soir, il découvre, échouée sur la plage, une méduse qui lui fait penser à une jeune femme rencontrée dans le train dont la mystérieuse personnalité l'obsède depuis. Il décide de ramener sa trouvaille dans l'appartement où il séjourne. Le récit de son séjour bascule dès lors dans une dimension fantastique où les faits réels se juxtaposent avec les visions du poète submergé par les hallucinations. Pour écrire Médua (commencé en 1950 et terminé en 1976 !), Carême ne cache pas qu'il a été inspiré par La femme changée en renard de David Garnett. Pourtant le roman échappe à toutes les normes du genre. La nouvelle Nausica retrace l'histoire dramatique de deux êtres qui, bien qu'ils s'aiment, sont déchirés par l'action maligne d'une puissance destructrice. Pour l'auteur lui-même, ces deux portraits de femmes se répondent et doivent être publiés ensemble.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782371190689

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    22.1 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    216 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Maurice Carême

À 15 ans, il écrit ses premiers vers inspirés par une amie d'enfance. Dès lors, il ne cessera plus d'écrire. Élève brillant, il obtient, la même année, une bourse d'études et entre à l'École normale primaire de Tirlemont. En 1919, il crée une revue littéraire, Nos Jeunes qu'il rebaptise en 1920 La Revue indépendante. Maurice Carême collabore à la revue Anthologie de Georges Linze puis entre à La Revue sincère (1922). Maurice Carême a vu son oeuvre traduite dans de nombreuses langues. Par un aspect de son oeuvre, il est très apprécié pour son amour des enfants, un registre essentiel de son oeuvre (un quart de son oeuvre environ).
Plus de deux mille six cents poèmes de Maurice Carême ont été mis en musique par d'éminents compositeurs de son temps parmi lesquels Darius Milhaud, Francis Poulenc, Henri Sauguet, Jacques Chailley (1910-1999), Florent Schmitt, Carl Orff, etc.

empty